Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Radiohead
The King of Limbs  (TBD Records & XL Recordings)  mars 2011

Finalement, le problème avec Radiohead est qu'il nous a toujours habitués à de nouvelles orientations, d'album en album. On attend toujours beaucoup d'un groupe qui a réalisé des prodiges tels que The Bends, OK Computer ou Kid A.

Depuis Amnesiac (pour moi, le petit frère de Kid A, dans la même veine), toujours un album avec une facette musicale différente, retour du rock sur Hail To The Thief, balades tripantes sur In Rainbows.

4 ans après In Rainbows (durée de gestation classique à présent), The King Of Limbs sort non pas dans les bacs mais toujours via le net (ça aussi, c'est devenu classique, concept diront certains, mouais). Plus question de donner ce qu'on veut au téléchargement, au moins 7 euros à présent.

Premiere surprise, l'effort compte 8 morceaux (moins de 10) ! Depuis quelques années, on connait le raisonnement bizarre de Thom Yorke à ne pas vouloir faire plus de 10 morceaux par album, pour ne pas casser l'équilibre. A ce rythme, à la prochaine livraison, on aura 5 titres. Mais passons au contenu, oublions les guitares, si elles étaient assez présentes, comme la basse, sur In Rainbows, Thom Yorke semble de nouveau les bouder ici.

Rayon satisfaction, "Lotus Flower" est assez mélodieux, la voix de Thom bien posée au milieu d'une rythmique electro bien foutue. J'avoue un petit faible pour "Little By Little" (clairement au-dessus du lot par rapport au reste) où le groupe montre son savoir-faire sur ce mélange d'arrangements fins à la guitare et de nappes de synthés bien claquées, entraînant le morceau dans des variations de tempo bien léchées. 4 minutes 30 que l'on avale sans broncher. Sur "Codex", un peu de piano lent, un brin de lyrisme, quelques "touches" de cuivre, bref une jolie balade comme les affectionne beaucoup Thom Yorke, assez sombre, sans prise de risque toutefois.

Et puis les choses se gâtent, sévèrement. Le sentiment qui règne sur "Give up the ghost" est un peu à l'image de celui de pas mal de morceaux de l'album, des titres composés à la légère, c'est-à-dire une composition et des arrangements minimaux (ici, des accords de guitare acoustique mous du genou) où Thom chante avec une voix plaintive accentuée par l'écho.

Les esprits "ouverts" à 200% pourraient dire de "Bloom" qu'il s'agit d'un morceau expérimental époque Kid A, moi je trouve qu'ils auraient pu en faire un "idéothèque" s'il avait été juste un minimum composé. Là où le morceau de Kid A étonnait par sa faculté à partie en vrille, ici les choses ne décollent jamais, ça reste plat, linéaire. Pourquoi ?

"Morning Mr Magpie" est vite oublié, derrière ces lignes de guitares enregistrées en boucle, rien de bien transcendant. Je passe sur "Feral", trop expérimental à mon goût, dans lequel je ne suis jamais rentré. Et rien à déclarer sur "Separator", même ligne electro du début à la fin, même touches de gratte, agaçant.

Vaste débat depuis Kid A (que je n'ai jamais trop compris d'ailleurs), ce n'est pas tant l'abandon des guitares et des mélodies qui choquent sur ce King Of Limbs, la carte de l'expérimental, ils nous l'ont déjà fait, mais les boucles de synthés, sans originalité, qui ne décollent pas sur ce disque (le son est globalement moche en plus), ajoutées au peu d'investissement du chant de Thom, montrent combien le groupe a été feignant sur ce coup.

Allez, ça me fait chier de le dire, mais pour la première fois depuis 17 ans, et même après quelques écoutes du disque (car on se s'imprègne pas de suite de l'atmosphère d'un disque de Radiohead, à part OK Computer, grandiose dès sa première écoute), je ne trouve donc rien de bon à ce King Of Limbs, hormis deux morceaux, ce qui est faible au compteur. Étant fan du groupe, la déception est vraiment grande, et l'on se fait à l'idée que si le groupe n'est plus capable de sortir un chef d'oeuvre du calibre de OK Computer ou même une galette aussi imparable que Hail To The Thief, il n'a plus la créativité en lui pour faire une envolée lyrique comme "Pyramid song" ou un truc barré qui reste en tête façon "There there".

Il y a 11 ans, Radiohead avait eu le courage et le talent de ne pas faire un deuxième OK Computer avec un Kid A brillantissime de nappes electro complexes et de cordes torturées. Le groupe ne sait plus faire dans l'expérimentation créatrice aujourd'hui et se perd dans des machins sans interêt, alors il serait grand temps de revenir à des choses plus simples.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In rainbows de Radiohead
La chronique de l'album The Best Of de Radiohead
Radiohead en concert aux Arènes de Nimes (14 juillet 2003)
Radiohead en concert au Festival International de Benicassim 2002
Radiohead en concert à Bercy (17 novembre 2003)
Radiohead en concert à Main Square Festival
La chronique de l'album The Eraser de Thom Yorke

En savoir plus :
Le site officiel de Radiohead
Le Myspace de Radiohead


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=