Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Radiohead
The King of Limbs  (TBD Records & XL Recordings)  mars 2011

Finalement, le problème avec Radiohead est qu'il nous a toujours habitués à de nouvelles orientations, d'album en album. On attend toujours beaucoup d'un groupe qui a réalisé des prodiges tels que The Bends, OK Computer ou Kid A.

Depuis Amnesiac (pour moi, le petit frère de Kid A, dans la même veine), toujours un album avec une facette musicale différente, retour du rock sur Hail To The Thief, balades tripantes sur In Rainbows.

4 ans après In Rainbows (durée de gestation classique à présent), The King Of Limbs sort non pas dans les bacs mais toujours via le net (ça aussi, c'est devenu classique, concept diront certains, mouais). Plus question de donner ce qu'on veut au téléchargement, au moins 7 euros à présent.

Premiere surprise, l'effort compte 8 morceaux (moins de 10) ! Depuis quelques années, on connait le raisonnement bizarre de Thom Yorke à ne pas vouloir faire plus de 10 morceaux par album, pour ne pas casser l'équilibre. A ce rythme, à la prochaine livraison, on aura 5 titres. Mais passons au contenu, oublions les guitares, si elles étaient assez présentes, comme la basse, sur In Rainbows, Thom Yorke semble de nouveau les bouder ici.

Rayon satisfaction, "Lotus Flower" est assez mélodieux, la voix de Thom bien posée au milieu d'une rythmique electro bien foutue. J'avoue un petit faible pour "Little By Little" (clairement au-dessus du lot par rapport au reste) où le groupe montre son savoir-faire sur ce mélange d'arrangements fins à la guitare et de nappes de synthés bien claquées, entraînant le morceau dans des variations de tempo bien léchées. 4 minutes 30 que l'on avale sans broncher. Sur "Codex", un peu de piano lent, un brin de lyrisme, quelques "touches" de cuivre, bref une jolie balade comme les affectionne beaucoup Thom Yorke, assez sombre, sans prise de risque toutefois.

Et puis les choses se gâtent, sévèrement. Le sentiment qui règne sur "Give up the ghost" est un peu à l'image de celui de pas mal de morceaux de l'album, des titres composés à la légère, c'est-à-dire une composition et des arrangements minimaux (ici, des accords de guitare acoustique mous du genou) où Thom chante avec une voix plaintive accentuée par l'écho.

Les esprits "ouverts" à 200% pourraient dire de "Bloom" qu'il s'agit d'un morceau expérimental époque Kid A, moi je trouve qu'ils auraient pu en faire un "idéothèque" s'il avait été juste un minimum composé. Là où le morceau de Kid A étonnait par sa faculté à partie en vrille, ici les choses ne décollent jamais, ça reste plat, linéaire. Pourquoi ?

"Morning Mr Magpie" est vite oublié, derrière ces lignes de guitares enregistrées en boucle, rien de bien transcendant. Je passe sur "Feral", trop expérimental à mon goût, dans lequel je ne suis jamais rentré. Et rien à déclarer sur "Separator", même ligne electro du début à la fin, même touches de gratte, agaçant.

Vaste débat depuis Kid A (que je n'ai jamais trop compris d'ailleurs), ce n'est pas tant l'abandon des guitares et des mélodies qui choquent sur ce King Of Limbs, la carte de l'expérimental, ils nous l'ont déjà fait, mais les boucles de synthés, sans originalité, qui ne décollent pas sur ce disque (le son est globalement moche en plus), ajoutées au peu d'investissement du chant de Thom, montrent combien le groupe a été feignant sur ce coup.

Allez, ça me fait chier de le dire, mais pour la première fois depuis 17 ans, et même après quelques écoutes du disque (car on se s'imprègne pas de suite de l'atmosphère d'un disque de Radiohead, à part OK Computer, grandiose dès sa première écoute), je ne trouve donc rien de bon à ce King Of Limbs, hormis deux morceaux, ce qui est faible au compteur. Étant fan du groupe, la déception est vraiment grande, et l'on se fait à l'idée que si le groupe n'est plus capable de sortir un chef d'oeuvre du calibre de OK Computer ou même une galette aussi imparable que Hail To The Thief, il n'a plus la créativité en lui pour faire une envolée lyrique comme "Pyramid song" ou un truc barré qui reste en tête façon "There there".

Il y a 11 ans, Radiohead avait eu le courage et le talent de ne pas faire un deuxième OK Computer avec un Kid A brillantissime de nappes electro complexes et de cordes torturées. Le groupe ne sait plus faire dans l'expérimentation créatrice aujourd'hui et se perd dans des machins sans interêt, alors il serait grand temps de revenir à des choses plus simples.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In rainbows de Radiohead
La chronique de l'album The Best Of de Radiohead
Radiohead en concert aux Arènes de Nimes (14 juillet 2003)
Radiohead en concert au Festival International de Benicassim 2002
Radiohead en concert à Bercy (17 novembre 2003)
Radiohead en concert à Main Square Festival
La chronique de l'album The Eraser de Thom Yorke

En savoir plus :
Le site officiel de Radiohead
Le Myspace de Radiohead


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

la dernière ligne droite "L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=