Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yaël Naïm & David Donatien - Mariama
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 12 mars 2011

De toute façon, la fin du monde est prévue pour décembre 2012. C’est déjà fait pour le Japon ; en France, ça sera probablement autour de mai 2012. En attendant que la mort nous frôle, je n’ai rien trouvé de mieux à faire que de me régaler les sens, tous les moyens sont bons, ce soir là, j’avais choisi d’assouvir mes gourmandises visuelle et auditive (mais j’avais soif… oui, je sais, c’est la crise…). J’ai donc une fois de plus dégainé ma trottinette et pris les sentiers qui mènent au-delà de la frontière, pour atteindre la cité vallonnée.

Tout a commencé avec une grande métisse aux boucles d’oreilles hypnotiques, à la voix extra orbitale : Mariama. Toute seule, avec une aura grande comme ça, de là, jusque là, et une guitare (j’ai failli oublier la guitare). Toute timide la miss, à nous parler de son Hippie qui sort lundi, à nous chanter des titres de son "Hippie". Elle termine son show d’un enivrant "Underground", comme quand on tourne sur soi-même, de plus en plus vite, les bras en croix et les yeux fermés, vertige… Et les applaudissements la transforment en fillette agrippée à sa guitare, genre "tiens ? ça vous plaît ?". Bien sûr que ça nous plait, tu croyais quoi ?

Au fait, son EP est sorti, sur fond de blues et de voix profonde. Trois petits tours et puis s’en va.

Et puis nous attendons les tant attendus Yaël Naïm et ses acolytes qui se font attendre au son de pitis zoizeaux qui pioupioutent dans les zarbres, et qui nous font patienter trois petites minutes à la lumière bleue qui fait des vagues dans les gradins, wouah, c’est zoliiiii. Et là voilà, pendant que tout le monde avait le dos tourné pour regarder les joulies vagues bleutées sur les têtes des gens derrière. Elle arrive avec ses cheveux sauvages et sa robe de fillette, tout en sautillant, elle salue le monde d’une micro révérence et d’un petit coucou, et file s’asseoir au piano.

Deux secondes, c’est le temps qu’il a fallu pour que la magie s’installe. Elle a l’air étonnée de nos applaudissements sur ce premier titre dont j’ai oublié le nom, mais dont l’air a trotté dans ma tête pendant tout le chemin du retour, sur ma trottinette à roulettes, en zigzaguant pour ne pas écraser les grenouilles attirées par le bitume humide. Son deuxième titre aussi a dû attirer des grenouilles mais on s’en fout, personne ne regardait à terre, on était tous rivés à Yaël Naïm, même ses musiciens, son partenaire David Donatien, ses techniciens, tout le monde était hypnotisé.

Normal, on avait fait connaissance avec le phénomène après New Soul (mais si, ça fait lalalalalalalalalalalalala, ça aussi ça s’incruste dans la tête et ça fiche de bonne humeur), on avait levé un sourcil étonné et ravi aux reprises de "Toxic" et "Umbrella" des Brit-Trash et Riha-Trash peinturlurées en string. Ce sont les cinq fruits et légumes, c’est bio, et ça fait souffler une douce brise de bord de mer, avec le soleil et le sable qui ne gratte pas. C’est Yaël Naïm qui nous offre son Umbrella pour la pluie.

Et puis elle sautille, elle trottine, raconte un peu ses premiers pas, ça n’a pas été facile d’arriver là, on n’en doute pas, David Donatien a été justement cité, remercié, applaudi. Avec un léger accent (Israëlien non ? Un pays magnifique encore une fois… malgré les drames qui s’y déroulent, mais c’est juste pour faire diversion pour préparer tranquillou la fin du monde…), elle nous narre ses débuts, son exil, et enchaîne avec son pimpant "Come Home" que lui martèle sa famille depuis tout ce temps, désolés messieurs-dames, on aimerait bien la garder encore un peu nous.

Son style ? S’il fallait des mots pour le définir, je dirais un mélange de jazz, de musique berbère qu’on joue uniquement sous des tentes bariolées avec des dromadaires qui ronflent dans le sable, du charleston sans les trompettes et du blues en mandoline.

Tout s’enchaine ensuite, entre des petites danses improvisées (ou pas ?) entre les musiciens, les gloussements mutins, un petit air en hébreu, les sautillements de chipie, les airs tristes et les ballades guillerettes, elle virevolte comme une petite fée espiègle, va de l’un à l’autre, donne, offre, généreuse sans compter, finissant de convaincre ceux qui étaient venus sans conviction, changeant toute trace de moue en piou piou, à vous refiler le sourire pour un moment.

Mais si, vous savez, ce petit frémissement du coin de la lèvre, celui qui fait se plisser les paupières, étinceler les yeux, vous devez sûrement connaître…

Sacrément anti-sceptique tout ça.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Yael Naim
La chronique de l'album She Was A Boy de Yaël Naïm & David Donatien
Yael Naim en concert à La Boule Noire (décembre 2007)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Yael Naim en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - lundi 27 avril
Yael Naim en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Yael Naim en concert à Nancy Jazz Festival (samedi 15 octobre 2016)

Mariama parmi une sélection de singles (avril 2011)
La chronique de l'album The Easy Way Out de Mariama

En savoir plus :
Le site officiel de Yael Naim
Le Soundcloud de Yael Naim
Le Facebook de Yael Naim
Le site officiel de Mariama
Le Myspace de Mariama

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=