Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dolly
Conférence de presse  (Solidays)  10 juillet 2004

Les nantais de Dolly, force vive de la scène rock française depuis 1995, repartent en tournée avec leur nouvel album Tous des Stars sorti en mai 2004.

Ce sont Emmanuelle Monet (chant et guitare) et Nicolas Bonniere (guitare) qui assurent la conférence de presse.

Comment commence l'histoire de Dolly ?

Emmanuelle Monet : Les premières formations de Dolly datent de 1989 sous le nom de Dollybird. En 1991, il y a eu Dolly & Co. Mais Dolly est vraiment née avec l'arrivée de Nico en 1995. Ce fût donc un long parcours, un long apprentissage qui était nécessaire et qui est passé par les concerts dans les cafés-clubs. Ensuite nous avons poursuivi notre apprentissage en faisant des festivals jusqu'à l'album qui est sorti 2 ans plus tard. Voilà et puis nous avons continué notre petit bonhomme de chemin.

Y a-t-il eu des moments difficiles qui vous ont marqué?

Nicolas Bonniere : Il y en a eu mais on les oublie vite.

Emmanuelle Monet : La dernière date est assez récente. Lors de la fête de la musique nous avons joué sur une scène qui n'était pas prévue pour qu'il y ait beaucoup de monde devant. Les barrières qui étaient placées devant étaient en fait attachées à la scène. Or, il y a eu un public nombreux qui poussait et la scène bougeait. Nous avons eu peur que la scène s'écroule et on jouait la peur au ventre. Nous avons fini par arrêter de jouer. Ça a donc été frustrant et moi j'ai vraiment flippé.

Et des très bons souvenirs?

Nicolas Bonniere : C'est plutôt un tout. L'ensemble des salles que nous avons faites, nos 4 albums qui constituent le bon souvenir pour Dolly.

Emmanuel Monet : Et le fait qu'au fil des années il y a de plus en plus de monde qui vienne nous voir. Nous sommes moins médiatisés mais nous remplissons davantage les salles.

Avez-vous prévu de fêter les 10 ans de Dolly ?

Nicolas Bonniere : Rien de précis pour le moment mais oui nous allons marquer le coup.

De quelle façon?

Emmanuelle Monet : Un concert sans doute…

Nicolas Bonniere : …peut-être un album live…

Avez-vous un prochain album en préparation?

Emmanuelle Monet : Pour le moment nous sommes encore la tête dans notre dernier album.

Nicolas Bonniere : Nous préparons la tournée de septembre et ce que nous faisons cet été c'est pour se caler.

Les premiers concerts se sont bien passés?

Emmanuelle Monet : Oui. Mais nous n'avons fait que 4 concerts de cette tournée ci pour l'instant.

Que signifie pour vous d'être ici à Solidays ?

Emmanuelle Monet : Que vous dire à part des évidences. Nous avons la chance d'y participer pour la 3ème fois.

Nicolas Bonniere : C'est important d'être présent. Nous ne sommes pas un groupe qui véhicule un message particulier dans leur musique mais dès que l'on peut le faire par notre présence nous le faisons. Nous étions présents dès la première édition de Solidays qui constitue vraiment un événement par rapport à d'autres associations ou d'autres festivals similaires.

Quels changements avez-vous constaté depuis votre première venue notamment quant au message?

Emmanuelle Monet : J'espère que les gens ne viennent pas uniquement pour les concerts. Malgré l'espace, la première édition était plus intimiste. C'est un bel exemple de succès. Nous sommes très admiratifs notamment des personnes qui s'impliquent dans ce festival.

Vous parliez d'autres festivals similaires. Quels sont-ils?

Emmanuelle Monet : A la fin de l'année nous allons faire Rock la pop et les 20 ans de SOS racisme.

Pensez-vous que c'est le rôle des musiciens de s'investir dans des causes ou de véhiculer des messages?

Emmanuelle Monet : Ce n'est pas véhiculer un message avec la musique mais se servir de la musique pour défendre de telles causes. Et nous le faisons.

N'y a-t-il pas un risque de dérive politique?

Nicolas : Il ne faut pas que cela devienne le fonds de commerce d'un groupe. Pour notre part, nous n'en faisons pas beaucoup et nous participons chaque année aux mêmes.

Emmanuelle Monet : Ensuite, il y a des investissements personnels des membres du groupe. Ils sont plus discrets et n'utilisent pas Dolly pour ce faire. Nous faisons quelques concerts pour une association nantaise qui crée des orphelinats au Burundi.

Votre dernier album est plus électro que rock. Cela veut-il dire que vous changez de couleur musicale?

Nicolas Bonniere : C'est une avancée de plus. Ce 4ème album est le chemin logique d'un parcours de groupe, d'expérimenter quelque chose de différent au bout de 10 ans. L'électro existait déjà dans notre musique mais nous n'arrivions pas vraiment à le maîtriser. Plein air en contient les prémisses. Tout a démarré par le fait que nous sommes partis en tournée avec un ordinateur. Il nous a fallu du temps pour le faire entrer dans notre univers. Nous voulions le faire bien sans nous faire piéger en cassant l'énergie du groupe. Nous sommes un groupe de 4 avec basse-guitare-batterie donc il fallait trouver une alchimie entre les deux.

Quel est l'apport de votre producteur Clive Martin ?

Nicolas Bonniere : Quand nous avons enregistré l'album nous étions encore en tournée avec l'album précédent. Nous disposions de peu de temps et il nous fallait donc quelqu'un qui nous connaisse bien et qui soit flexible. Nous avons naturellement fait appel à Clive qui est un ami.

Emmanuelle Monet : Clive est le 5ème membre du groupe quand nous sommes en studio.

Peu de concerts avec cet album donc peu de retour pour l'instant?

Emmanuelle Monet : Oui.

Le fait de chanter davantage en français est également une évolution logique ou cela résulte-t-il d'un choix?

Emmanuelle Monet : Nous avons toujours chanté en français avec Dolly .

Nicolas Bonniere : Les morceaux en anglais qui figurent sur les albums sont ceux qui ne fonctionnaient pas en français. Mais sur cet album tout est en français car tout est passé.

Quels sont vos coups de cœur sur la scène musicale actuelle?

Emmanuelle Monet : Je viens de prendre une belle claque tout à l'heure sur le festival avec AS dragon. J'ai adoré.

Nicolas Bonniere : Moi, je ne suis pas très français mais récemment c'est Dominique A. Sinon, j'écoute toujours mes vieux trucs Neil Young, les Pixies…

AS dragon vous a fichu une claque de quelle manière? Musicalement? Scéniquement?

Emmanuelle Monet : C'est un ensemble. Je me suis rendu compte que j'étais resté toute la durée du concert sans décrocher ce qui est assez rare. J'ai vraiment tout aimé. Et puis cela m'a rappelé plein de choses. Sur scène on avait l'impression d'avoir Jim Morrison et Iggy Pop. J'ai passé une heure scotchée.

C'est fini annonce l'attaché de presse

Nicolas Bonniere : Oui c'est fini ! (cri de joie)

Vous n'aimez pas les interviews ?

Emmanuelle Monet : Ce n'est pas ça mais ce n'est pas là que nous sommes le plus à l'aise. C'est plus intimidant que d'être sur scène même si vous êtes adorables. Ce n'est pas notre métier non plus.


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Dolly en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=