Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No one is innocent - Radical Suckers
Le Splendid  (Lille)  vendredi 1er avril 2011

Tout d'abord, je note qu'il y a peu de monde. Les trentenaires sont de sortie mais peu nombreux. Les Radical Suckers ont du pain sur la guitare pour chauffer le Splendid. Pas simple. Ils démarrent de suite par se donner à fond. Pas de détour. La basse a des accents de Rage Against The Machine. Ils envoient, c'est certain. C'est une bonne entame. C'est brutal à souhait. Entre le punk et la fusion. Pourquoi faire compliqué ? Je me demande s'ils vont tenir ce rythme jusqu'au bout. A ma grande surprise, en passant par une reprise de Motörhead, ils ne lâchent pas et c'est tant mieux.

La salle s'est remplie mais ce n'est pas le carton plein. Une introduction à base de sirène et de coups de tonnerre et c'est parti : le concert bat son plein. Tout de suite, le public se met en mouvement déréglé.

Kémar harangue la foule et en demande plus. Dès le troisième titre, des slams, difficiles vue la faible densité de la fosse, s'improvisent. Côté scène, très vite, on se retrouve torse nu et dégoulinant de sueur. Le guitariste est sans fil. On comprend bien pourquoi quand on le voit bondir et courir sans cesse. Le bassiste n'est pas non plus des moindres. Le Head Bang ne s'arrête pas. La sécurité s'inquiète de la tenue des barrières devant scène et Kémar lui tape sur l'épaule tout en chantant pour dire que tout va bien. C'est l'expérience qui parle.

La batterie tape fort et le clavier est loin d'être immobile. Dire qu'ils ne plus tous jeunes. On ne le croirait pas. Le seul indice serait l'apparition de quelques chansons moins électriques proches des compositions de Noir Désir. Guitare folk et "Hurt" de Nine Inch Nails version Johnny Cash. Pour ma part, c'est un bon choix musical mais le duo n'apporte rien à cette horriblement magnifique chanson de Trent Reznor.

Bien sûr, il n'y a pas de concert de No one is innocent sans implication politique. Le fuck à Marine L. est le même que celui qu'ils avaient alors lancé à Catherine M. (maire à la place de son mari Bruno M.) en 1998 aux Eurockéennes. No one reste intègre malgré leur récent titre radiophonique discutable. Bref, un concert réussi qui s'est terminé avec une vingtaine de personnes sautillantes au milieu des musiciens.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
La chronique de l'album Drugstore de No One Is Innocent
No one is innocent en concert au Festival Microcosm 5
No one is innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No one is innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No one is innocent en concert au Festival Class'Eurock 2007
No one is innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No one is innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
No one is innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)
Radical Suckers en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel de No one is innocent
Le Myspace de No one is innocent
Le Myspace de Radical Suckers

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Luneart         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=