Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je ne veux pas mourir, je veux en finir avec la vie : expérience bipolaire et suicide
Ann Heberlein  (Editions Actes Sud)  avril 2011

"Savoir si la vie vaut ou ne vaut pas d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie". Ouvrant ainsi son Mythe de Sisyphe, Albert Camus fait de la question du sens de la vie la quête existentielle indépassable, sans préjuger de sa réponse. Vivre ou mourir est le fruit d’une décision qui porte avec elle tout le poids de notre conscience incarnée.

Ann Heberlein connaît parfaitement ces réflexions. Issue d’une double formation en philosophie et en théologie, c’est une intellectuelle tout à fait à l’aise avec l’univers des idées. Et pourtant elle ne peut transférer ce champ d’analyse à son existence : "Mon angoisse n’est pas du genre existentielle, chic et cultivée. Elle n’est pas seyante […]. Elle rampe à quatre pattes et se tape la tête contre les murs. Des coups, des coups jusqu’au sang […]. Mon angoisse est moche, elle pue, il faut la dissimuler". Le sens disparaît, l’angoisse étouffe tout et ne laisse même pas le luxe du désespoir raffiné qu’affectent les dandys. Ann Heberlein est même incapable de penser qu’elle veut mourir : la vie lui est insupportable et veut s’éteindre d’elle-même, sans passage à l’acte revendiqué.

Incompréhensible… Mais Ann Heberlein ne se comprend pas elle-même : elle n’en a ni la force, ni la lucidité. D’autant plus incompréhensible que pour un œil extérieur sa vie sociale est parfaitement réussie : double docteur en philosophie et théologie, intellectuelle reconnue, invitée à la télévision et à la radio, publiant dans la presse… épouse d’un homme qui lui dispense son amour sans compter en acceptant ses défauts avec une patience infinie, lui pardonnant ses nombreuses infidélités ; mère de famille… D’aucuns appelleraient cela le bonheur. C’est du moins ce que notre monde peut nous proposer de mieux. Une fausse note dans ce tableau idyllique : un problème de dettes. Mais ce problème n’est pas la cause du trouble, il en est plutôt l’effet. Le mari lui pose un verdict définitif sur un ton de désolation : "Tu ne connaîtras jamais le bonheur". La voici coupée de tout espoir.

A défaut de compréhension s’impose un diagnostic : l’auteur souffre de troubles bipolaires. Balançant sans cesse de phases maniaques dans lesquelles elle est portée par un sentiment de toute puissance que rien ne peut modérer, à des phases dépressives où tout perd sens et où elle ne sait même plus ce qu’est "vivre", elle ne contrôle rien et se trouve prise au piège du retour éternel des prises de médicaments et des passages en accueils psychiatriques. Ce livre est le témoignage d’une femme qui regarde la vie passer devant ses yeux, et qui réussit tout juste à affecter une certaine contenance dans les relations sociales. Maquillage parfait et tenues chic tiennent le monde éloigné de ses turpitudes. Personne ne se doute de l’état psychique que masque le fard : la maladie mentale est sale dans l’imagerie populaire (meilleur moyen, sans doute de penser qu’elle ne nous concerne pas). "Je suis consciente de l’impossibilité du dialogue. Des limitations de la conversation. La bêtise des gens – ou s’agit-il de ma propre incapacité à communiquer ? – me déprime. Me décourage profondément. A quoi bon si personne n’écoute ? Si vous n’entendez que ce que vous voulez entendre, et ne gardez de vos lectures que ce que vous-vous attendez à y trouver ? Mes mots sont incapables de surmonter un tel obstacle. Ils ne parviendront pas jusqu’à vous". Nous voici prévenus. Les mots finement choisis peuvent avoir le même effet que la cosmétique parfaite : ils nous éloignent pour peu que soyons incapables de sentir leur point d’effondrement, ce qu’ils ne peuvent dire mais tentent désespérément de porter. C’est une lecture impossible que celle de ce livre. Et il faut bien avouer que l’on peut y ressentir des instants d’agacement face ce qui pourrait apparaître comme de l’égoïsme, de l’indifférence, de la suffisance…

Et pourtant il faut sentir derrière cela ce que nous ne pouvons recevoir si nous ne connaissons pas la dépression. Ces agacements sont peut-être le fruit de notre propre indifférence… Car on sent la détresse qui ne cherche même plus de secours. Et en filigrane de ce livre, un effacement d’un être que rien ne peut empêcher et dont nous sommes les spectateurs passifs sans pour autant être voyeurs. Une fatalité dont nous ne pouvons qu’être témoins. Un signe de ce monde où la volonté s’effondre sans qu’on puisse la juger puisqu’elle n’attend rien de personne.

 

Philippe Gauthier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=