Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patxi
Les 3 Baudets  (Paris)  mardi 29 mars 2011

Quitter la France. Filer rejoindre ses ancêtres à Buenos Aires. S’imbiber de sons, de mots, de couleurs et d’images. Revenir parmi les siens et faire partager cet exil. En musique, en films. Patxi Garat était en concert le 29 mars aux 3 Baudets pour présenter Buenos Aires 1.11.

Le décor est sobre : beaucoup de noir, un peu de rouge. Trois écrans alignés, suspendus. Le nom du projet y défile, comme "éraflé". Mathieu et Kalou, ses musiciens, entrent sur scène. On entend en bande sonore des voix espagnoles puis Patxi nous invite au voyage : "A quoi ça ressemble là-bas ? De quelle couleur est la ville ?" Un avion décolle, le chanteur apparaît. Il entame "Chercher la vitesse" et des images de Buenos Aires glissent sur l’ombre du jeune basque. Le son surprend particulièrement par sa qualité. Du coup, on écoute encore plus les textes, on apprécie mieux la voix et on se laisse complètement aspirer par cet exil.

Rapidement, les chansons s’enchaînent : "Chaque ville", "Quitter la France" (à l’origine du projet), "Désert". Images très travaillées, effets visuels ; les rues de Buenos Aires, une forêt enneigée et le visage de Patxi scrutant le paysage…

Puis le ciel des couchers de soleil est projeté sur les écrans et le chanteur annonce une nouvelle chanson ("Buenos Aires") aux tonalités très Bessoniennes : "Rouge, Rose à Buenos Aires / Quelle heure est-il à Paris ? / Quel temps fait-il sur la France ? / Quelle importance / Rouge, rose à Buenos Aire / Le feu de l’atmosphère / Et si rien ne bouge…".

Surviennent ensuite les images colorées des mouvements de foule pour accompagner "Le début du siècle" et une interprétation très émouvante de "A l’évidence". Le désert a été choisi pour illustrer la nécessité douloureuse de prendre du recul, parfois, de mettre de la distance. Les chansons et les vidéos continuent de défiler à l’instar des paysages : "Comme"  aux couleurs éclatantes, "La vie normale" plutôt en noir et blanc, "60 jours, 60 nuits" bleutée. Arrêt bref le temps du désormais incontournable réglage de guitare ! Patxi comble toujours avec autant d’humour ce moment délicat puis on reprend le voyage, encore plus enthousiastes, sur "Non, non, non", avant d’entendre une seconde nouvelle chanson "Mémoire sale".

Et c’est déjà le retour "A Paris" où la musique plus atténuée que sur l’album laisse la part belle à la voix de Patxi. Sébastien Lafargue entre sur scène pour l’accompagner et restera évidemment pour "Parachute". Le compte à rebours est lancé sur les écrans : le temps nous est compté ! Le spectacle se termine par "Les paradis perdus" et surtout par "Hegalekin" : c’est la fin de l’exil. Patxi nous ramène parmi nos hommes.

Ce beau voyage a duré à peine 1h15. Les fans ont été conquis une nouvelle fois et même mon voisin - venu contraint voire forcé - m’a confié que Patxi gagnait vraiment à être vu en concert, que sa voix et ses musiques y prenaient une autre dimension. Et c’est vrai : impossible de ne pas avoir été touché par son interprétation et les images rapportées. Mais justement : emportés si loin, on aurait sans doute aimé en voir plus, en entendre davantage.  75 minutes pour un aller-retour en Argentine, c’est un peu court. On a frôlé la capitale, on aurait voulu l’empoigner. Le nouvel EP, en préparation lors de ce séjour, nous en livrera peut-être davantage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amour Carabine de Patxi
Patxi en concert à La Boule Noire (mercredi 27 septembre 2010)
L'interview de Patxi (1er juillet 2010)
L'interview de Patxi (lundi 9 janvier 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Patxi


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Patxi (1er juillet 2010)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=