Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bénabar
Conférence de presse  (Solidays)  11 juillet 2004

Les quelques modifications du planning des concerts se répercutent sur celui des conférences de presse et nous arrivons en retard pour celle de Bénabar dont le concert est prévu comme un des moments forts du dimanche.

Même s’il joue fébrilement avec les petites boules bleues de son bracelet dont nous saurons grâce à l’insistance d’une journaliste (?) qu’il est chinois (sic !), la conférence de presse intervenant avant sa prestation prévue en début de soirée, Bénabar se montre très à l’aise et répond avec diplomatie, humour et bon sens aux questions posées.

Chantre de la nouvelle chanson réaliste française, il a bien les pieds sur terre.


Y a-t-il à Paris des petites salles que vous appréciez particulièrement ?

Bénabar : Oui. Il y a le Divan du monde que j’aime bien, le Cabaret sauvage à la Villette.

Pour quelles raisons ? L’ambiance ? L’acoustique ?

Bénabar : En fait, en raison de bons souvenirs que m’ont laissé le concert fait un soir dans ces salles. Mais il s’agit de souvenirs très personnels et très subjectifs. Si j’y rejoue un autre soir, il en sera peut-être différemment.

Sur la scène française actuelle, y a-t-il des artistes émergents qui ont attiré votre attention ?

Bénabar : Bertrand Belin qui vient de sortir un album et qui joue souvent de la guitare pour nous, les Freebidou, Loïc Antoine dont je recommande l’album, Vincent Delerm et pleins d’autres.

Vous pensez comme les médias que la scène musicale française est en plein renouveau ?

Bénabar : Oui, effectivement, mais je trouve qu’elle était pleine de vitalité même avant. Nous tournions toute l’année et Il y avait 150 groupes qui jouaient avec du public sans que la presse en parle. Ce qui diffère c’est la visibilité mais la scène française est très vivante.

Comment vient l’inspiration ?

Bénabar : Un gros questionnement que de pouvoir se renouveler. Il n’y a pas de démarche sociologique ou journalistique. L’essentiel est de capter des petits faits et d’en faire une histoire.

A quand un concert sous chapiteau ?

Bénabar : Prochainement sans doute. Cela étant quelque soit le lieu il y a toujours une scène avec des retours.

Avez-vous une actualité disque prochaine ?

Bénabar : Non, pas vraiment. Mais je travaille toujours sur des nouvelles chansons. Pour le moment je me consacre aux concerts.

Vous faites beaucoup de promos et d’interviews en ce moment. Y a-t-il une question que vous auriez aimé que les journalistes vous posent et qu’ils ne vous ont pas posée ?

Bénabar : Non parce que même celle-là ils me l’ont déjà posée ! Très souvent ce sont les mêmes questions qui reviennent et puis ça part dans tous les sens. Il faut se méfier des journalistes car il y en a de plus vicelards que d’autres qui peuvent vous amener à faire des réponses complètement à l’ouest.

Le journaliste dépité, et manifestement très novice, insiste : Je croyais être original…

Quel est le plan de carrière de Bénabar ?

Bénabar : Vendre des disques, gagner de la thune, vendre des disques.

Dans le monde entier ?

Bénabar : Je ne me déplace pas beaucoup car j’ai très peur en avion. Mais il y a un projet de concerts au Canada pour cette année.

Vous ne jouez pas dans des pays européens accessibles par terre ?

Bénabar : Si. Nous jouons beaucoup en Suisse et en Belgique mais sans qui’l y ait vraiment de plans de promotion.

Avec quel retour ?

Bénabar : Pour le moment ça se passe pas mal.

Un petit mot pour Télé Sorbonne (Sartre et Beauvoir, entre autres, sont passés par la Sorbonne non ?) ? Genre la télé qui cartonne.

Bénabar (hilare) : La télé qui cartonne, elle est bien bonne, je te la donne….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Bénabar en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Bénabar en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Bénabar en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Bénabar en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
Bénabar en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Bénabar en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Bénabar en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=