Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Derniers remords avant l'oubli
Théâtre du Ranelagh  (Paris)  avril 2011

Comédie dramatique de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de Serge Lipszyc, avec Bruno Cadillon, Serge Lipszyc, Valérie Durin, Juliane Corre, Henri Payet et Ophélie Marsaud.

"Derniers remords avant l'oubli" c'est un peu un Jules et Jim qui se serait clos par une inexpliquée rupture multilatérale et dont les protagonistes se revoient vingt ans après pour une prosaïque question pécuniaire. Vendre une maison commune, symbole de qui fut et n'est plus, et liquider le passé lui aussi resté dans l'indivision. Pour partir, ou repartir, apaisé.

Mais sans doute est-il trop tard pour exhumer les squelettes du placard. Difficile de réveiller les morts, qu'il s'agisse d'amours ou d'idéaux.

D'une langue ciselée et circulaire qui procède presque par concaténation et des dialogues qui ne sont pas des dialogues conversationnels pris sur le vif mais des dialogues très travaillés où chacun parle sans écouter vraiment l'autre, Jean-Luc Lagarce est le scribe attentif d'une valse-hésitation qui se déroule par scène, des scènes quasiment anti-théâtrales, chacune presque isolée l'une de l'autre constituant, à chaque fois, une nouvelle tentative avortée d'une vaine réconciliation et d'un deuil impossible.

A l'origine de cette dernière fois, Hélène (Valérie Durin), venue avec son mari (Henri Payet) et sa fille (Ophélie Marsaud), qui a besoin d'argent et veut vendre la maison dans laquelle est resté Paul (Serge Lipszyc) gardien du temple. Quant à Pierre (Bruno Cadillon) venu également avec sa moitié (Julianne Corre), bien que favorable au statu quo attentiste, ne s'y oppose pas.

Serge Lipszyc a opté pour une représentation dans le foyer du Théâtre du Ranelagh avec une confusion scène-salle pour laquelle les comédiens, sillonnant incessamment l'espace, officient parmi les spectateurs qui, assis comme au cabaret, sont transformés en girouettes et une mise en scène nerveuse qui impacte sur les personnages en les positionnant quasiment tous dans le registre de la fébrilité.

Cette proposition inattendue à la configuration singulière n'est pas sans susciter quelques interrogations au regard d'un texte qui immerge les personnages dans un huis-clos éprouvant aux tenants parfois hermétiques à défaut d'une écoute très attentive et truffé de silences, en l'espèce inexistants du fait des déplacements des comédiens.

Mais elle fera sans doute la joie des spectateurs qui rêvent d'immersion dans l'intrigue et de proximité avec les acteurs.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=