Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les animaux de compagnie
Bragi Olafsson  (Editions Actes Sud)  février 2011

Après avoir été musicien, et notamment le bassiste du groupe Sugarcubes qui a révélé la chanteuse Bjork, Bragi Olafsson s'est reconverti, avec un grand succès au plan national, dans la littérature. Un de ses romans, "Les animaux de compagnie" traduit en français vient de paraître aux Editions Actes Sud. De quoi juger sur pièce.

Ce roman, qui n'a ni queue ni tête, ni d'ailleurs de dénouement au sens classique du terme, et dont les animaux de compagnie ne sont peut-être pas ceux de la gente animalière, raconte une mésaventure qui pourrait être vaudevillesque - car c'est l'histoire d'un mec qui se cache non pas dans l'armoire mais sous le lit - n'était un double effet kiss cool, que l'on attribuerait volontiers à la spécificité de l'humour islandais à condition de le connaître.

Le monsieur qui joue à cache-cache, Emil, coule des jours heureux, jeune millionnaire gagnant du gros lot à la loterie, jusqu'au jour où, se rappelle à son mauvais souvenir un homme en anorak bleu, un poil psychopathe et sortant au demeurant d'un internement psychiatrique, lequel, lors d'un séjour commun à Londres pour faire office de baby sitter pour animaux, les avaient pas très proprement massacrés.

Et pour l'éviter, alors que ce dernier, s'introduit de force dans la maison pour l'attendre plus à son aise, il ne trouve pas d'autre solution que se cacher sous son lit. Et la situation va s'éterniser puisque l'intrus prend ses aises pour l'attendre, répondant au téléphone,lisant son courrier, buvant son whisky et accueillant les visiteurs qui vont se faire une petite soirée entre amis dont il fait les frais.

Tapi sous le lit, devenu voyeur dans sa propre maison, dépossédé de la maîtrise de son petit univers, tout semble basculer. Dans un récit fantasque et fantaisiste s'instille, au fil des pages et surtout au gré des soliloques du héros-narrateur, une inquiétante étrangeté qui sème le trouble ("Je ressens toujours le même sentiment d'étrangeté ; je n'arrive pas à y croire, je me dis que c'est probablement un cauchemar").

Avant que d'inciter les petites cellules grises du lecteur à douter de la véracité du récit ("C'est comme si Havardur savait que je suis dans la pièce voisine et s'amusait à remuer le couteau dans les plaies qu'il m'a déjà infligées, autrefois comme aujourd'hui") puis de la santé mentale du narrateur ("Pourquoi diable est-ce que je n'interviens pas ? Est-ce que j'ai perdu la raison ? Tout semble indiquer qu'ils sont chez eux dans mon appartement à moi").

Bragi Olafsson mène bien sa barque par la méthode du puzzle inversé, en alternant récit en temps réel, flash-backs et digressions, qui déstabilise les perceptions du réel d'autant qu'il aborde les problématique du vrai et du faux à travers la thématique de l'identité, qu'il s'agisse de la perception d'autrui et la sienne, de la substitution d'identité ou des troubles identitaires.

Impossible dès lors de ne pas penser par exemple à Kafka mais surtout plus contemporain à Paul Auster et à sa "Trilogie new-yorkaise". Or, Bragi Olafsson a traduit "La cité de verre". Tout s'éclaire. En voici donc la déclinaison customisée à l'islandaise.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2015 : Voilà l'été
 

L'été commence sérieusement à se faire sentir. Et pas seulement par la température mais aussi parce que c'est la saison des festivals et aussi parce que les spectacles, les sorties de disques ou de livres sont mis en attente jusqu'à la rentrée. Ce sera sans doute un peu plus calme sur Froggy's Delight donc mais vous nous retrouverez tout de même tout l'été avec nos sélections culturelles hedbomadaires. On commence tout de suite :

Sur les platines et en concert :

"Starfire" de Jaga Jazzist
"My fucking project" de Alone and Me
"Suspense, Cosmos 2043 et Disco club" de Bernard Fèvre
"Judge and comdemn" de Calvin Coal
"The shape of brat pop to come" de Holychild
"Babel" de Pierre Lebelâge
"Vendredi ou les limbes du pacifique" de Romain Humeau
"Never had control" de The Lookers
"The day is my enemy" de The Prodigy
The Tallest Man On Earth au Divan du Monde
Claire Elzière à l'Européen
Felpa au Ciagnari
Jarvis Cocker s'expose : 20 Golden Greats
Retrouvez toutes nos sesssions en cliquant ici

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le mariage de Maria Braun" au Théâtre de la Ville
"Le banc de l'école" au Théâtre Laboratoire Elizabeth Czerczuk
dans le cadre du Prix Jeunes Metteurs en scène au Théâtre 13 :
"Les Fils de la terre"
"Hot House"
des reprises à ne pas rater :
"Les Swinging Poules" à l'Alhambra
"Le Bourgeois gentilhomme" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et pendant ce temps Simone veille !" au Théâtre de Dix Heures
"Mardi en novembre" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse

Expositions :

"Charles de La Fosse - L'Amour des dieux" au Musée des Beaux-Arts de Nantes
dernière ligne droite pour "La toilette - Naissance de l'intime" au Musée Monet-Marmottan
et les chroniques des expositions en cours

Lecture avec :

"Prêt à tout" de Joyce Maynard

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La capture" de Geoffrey Lachassagne
et les chroniques des sorties de juin
les chroniques des sorties de mai

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=