Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deerhunter - Lower Dens
Le Grand Mix  (Tourcoing)  dimanche 10 avril 2011

Un des plus gros problèmes de mon existence (outre ma capacité à trouver tout ce qui concerne les manchots absolument hilarant) consiste en ma quasi absence de mémoire immédiate. C'est une chose que la majorité des gens ont du mal à comprendre et il n'y a aucune mauvaise intention derrière mais pour une raison obscure, je ne parviens pas à me souvenir de choses sur des intervalles temporels extrêmement courts. Alors que je suis capable de me souvenir d'évènements ayant eu lieu alors que je ne savais même pas parler. Je me souviens très bien du bocal du poisson rouge sur la cheminée de mon premier appartement il y a 19 et demi de cela alors qu'il me serait foutrement impossible de me rappeler en quoi consistait mon repas de ce midi.

Si je ne me souviens pas vraiment du concert de Lower Dens qui débute la soirée, ce n'est pas par manque de bonne volonté mais tout simplement parce que le groupe fait preuve de trop peu d'originalité. Si je reste d'habitude perplexe face aux choix des premières parties, c'est ici la similarité entre les deux groupes qui me gène particulièrement. Lower Dens sonne comme un Deerhunter de seconde division, appuyant le côté shoegaze et noyant tout sous la reverb. Dans l'idée, c'est un peu comme manger chez Hector Chicken, puis chez KFC. Même quelqu'un d'aussi peu logique que moi est capable de saisir ce genre de concept. Être arrivé en retard ne me gène donc que peu et je patiente sagement en buvant des bières.

Deerhunter arrive donc. Et je ne me souviens plus de rien. A quelques exceptions cependant. Tout d'abord que le groupe est statique au possible. Du genre à ne pas bouger de plus de trois centimètres de l'endroit où ils ont commencé. Deerhunter n'est pas vraiment le genre de groupe dont on peut parler en terme de "présence scénique". C'est même un concept qui semble leur être aussi étranger que celui de culpabilité à un aspirateur. De même que celui de "tenue de scène". Là où tous les groupes essaient d'être un minimum cool, les mecs n'essaient même pas une seule seconde et se pointent en t shirt / baskets. C'en est même presque blasant. Sauf que Deerhunter n'est pas un groupe cool. Ils font de la musique pour gens qui se droguent alors qu'eux-même ne semblent pas se droguer (ce qui contribue de manière très générale à rendre un groupe plutôt cool).

Et pourtant ce concert fut sans doute l'une des expériences de décorporation les plus intenses de ma vie. La décorporation, ou sortie hors du corps, s'accompagne généralement de vibrations rapides, de pression cérébrale, d'une conscience aiguë d'exister, sans toutefois pouvoir communiquer avec les autres êtres vivants, mais souvent avec une impression puissante d'ouverture aux autres, d'amour, de compréhension de l'univers, de pouvoir alors que le corps physique abandonné paraît sans intérêt, lourd et pénible à supporter. Présenté ainsi, ça ressemble à une sorte d'expérience hippie foireuse. Une espèce de philosophie pseudo raélienne pour quarantenaire new age et toutes ces atrocités composées de chants de baleines, de ponchos équitables, de puissance extraterrestre, de flûte de Pan et d'huiles essentielles.

Et pourtant il n'y a rien de tout ça, juste l'impression de ne plus exister totalement, de n'être qu'une infime partie de l'univers en mouvement. On en arrive au point où chaque note se fond dans la suivante, les chansons s'effacent dans la masse et tout semble flou. Tellement que l'espace semble se dilater et que l'heure et demi de concert ressemble à quelques secondes. Et c'est finalement plus une affaire de sensations que de musique. C'est un peu comme voir Robocop pour la première fois complètement saoul en un sens : c'est concevoir un monde sur lequel tous vos appuis sont entièrement modifiés (pour citer Henri Michaux). Deerhunter en concert est donc en quelque sorte (pour citer le chef d'œuvre cinématographique Alive) "l'avenir du futur" de la musique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Microcastle de Deerhunter
La chronique de l'album Rainwater Cassette Exchange EP de Deerhunter
La chronique de l'album Halcyon Digest de Deerhunter
La chronique de l'album Monomania de Deerhunter
La chronique de l'album Why hasn't everything already disappeared ? de Deerhunter
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
Deerhunter en concert au Trianon (mercredi 22 mai 2013)
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17
Deerhunter en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Samedi 24 août
Lower Dens en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Lower Dens
Le Myspace de Lower Dens
Le site officiel de Deerhunter
Le Myspace de Deerhunter


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=