Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deerhunter - Lower Dens
Le Grand Mix  (Tourcoing)  dimanche 10 avril 2011

Un des plus gros problèmes de mon existence (outre ma capacité à trouver tout ce qui concerne les manchots absolument hilarant) consiste en ma quasi absence de mémoire immédiate. C'est une chose que la majorité des gens ont du mal à comprendre et il n'y a aucune mauvaise intention derrière mais pour une raison obscure, je ne parviens pas à me souvenir de choses sur des intervalles temporels extrêmement courts. Alors que je suis capable de me souvenir d'évènements ayant eu lieu alors que je ne savais même pas parler. Je me souviens très bien du bocal du poisson rouge sur la cheminée de mon premier appartement il y a 19 et demi de cela alors qu'il me serait foutrement impossible de me rappeler en quoi consistait mon repas de ce midi.

Si je ne me souviens pas vraiment du concert de Lower Dens qui débute la soirée, ce n'est pas par manque de bonne volonté mais tout simplement parce que le groupe fait preuve de trop peu d'originalité. Si je reste d'habitude perplexe face aux choix des premières parties, c'est ici la similarité entre les deux groupes qui me gène particulièrement. Lower Dens sonne comme un Deerhunter de seconde division, appuyant le côté shoegaze et noyant tout sous la reverb. Dans l'idée, c'est un peu comme manger chez Hector Chicken, puis chez KFC. Même quelqu'un d'aussi peu logique que moi est capable de saisir ce genre de concept. Être arrivé en retard ne me gène donc que peu et je patiente sagement en buvant des bières.

Deerhunter arrive donc. Et je ne me souviens plus de rien. A quelques exceptions cependant. Tout d'abord que le groupe est statique au possible. Du genre à ne pas bouger de plus de trois centimètres de l'endroit où ils ont commencé. Deerhunter n'est pas vraiment le genre de groupe dont on peut parler en terme de "présence scénique". C'est même un concept qui semble leur être aussi étranger que celui de culpabilité à un aspirateur. De même que celui de "tenue de scène". Là où tous les groupes essaient d'être un minimum cool, les mecs n'essaient même pas une seule seconde et se pointent en t shirt / baskets. C'en est même presque blasant. Sauf que Deerhunter n'est pas un groupe cool. Ils font de la musique pour gens qui se droguent alors qu'eux-même ne semblent pas se droguer (ce qui contribue de manière très générale à rendre un groupe plutôt cool).

Et pourtant ce concert fut sans doute l'une des expériences de décorporation les plus intenses de ma vie. La décorporation, ou sortie hors du corps, s'accompagne généralement de vibrations rapides, de pression cérébrale, d'une conscience aiguë d'exister, sans toutefois pouvoir communiquer avec les autres êtres vivants, mais souvent avec une impression puissante d'ouverture aux autres, d'amour, de compréhension de l'univers, de pouvoir alors que le corps physique abandonné paraît sans intérêt, lourd et pénible à supporter. Présenté ainsi, ça ressemble à une sorte d'expérience hippie foireuse. Une espèce de philosophie pseudo raélienne pour quarantenaire new age et toutes ces atrocités composées de chants de baleines, de ponchos équitables, de puissance extraterrestre, de flûte de Pan et d'huiles essentielles.

Et pourtant il n'y a rien de tout ça, juste l'impression de ne plus exister totalement, de n'être qu'une infime partie de l'univers en mouvement. On en arrive au point où chaque note se fond dans la suivante, les chansons s'effacent dans la masse et tout semble flou. Tellement que l'espace semble se dilater et que l'heure et demi de concert ressemble à quelques secondes. Et c'est finalement plus une affaire de sensations que de musique. C'est un peu comme voir Robocop pour la première fois complètement saoul en un sens : c'est concevoir un monde sur lequel tous vos appuis sont entièrement modifiés (pour citer Henri Michaux). Deerhunter en concert est donc en quelque sorte (pour citer le chef d'œuvre cinématographique Alive) "l'avenir du futur" de la musique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Microcastle de Deerhunter
La chronique de l'album Rainwater Cassette Exchange EP de Deerhunter
La chronique de l'album Halcyon Digest de Deerhunter
La chronique de l'album Monomania de Deerhunter
La chronique de l'album Why hasn't everything already disappeared ? de Deerhunter
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
Deerhunter en concert au Trianon (mercredi 22 mai 2013)
Deerhunter en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17
Deerhunter en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Samedi 24 août
Lower Dens en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Lower Dens
Le Myspace de Lower Dens
Le site officiel de Deerhunter
Le Myspace de Deerhunter


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=