Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Connan Mockasin
Forever Dolphin Love  (Phantasy Sound/Because)  mars 2011

Comme on me l'a souvent répété, j'ai un problème avec l'enfance, peut-être parce que les enfants m'effraient et que je les considère comme les êtres humains les plus profondément méchants qu'il puisse exister. Cependant, toute production artistique se reliant au monde de l'enfance me touche de manière presque systématique (Le voyage d'Oregon fait partie de mes livres préférés de tous les temps alors qu'il est écrit à la base pour des Ce1/Ce2).

A l'heure où vous, courageux lecteur pourfendeur des modes et des dogmes fascistes, lirez ces lignes, vous aurez probablement lu partout que Connan Mockasin a une vision du monde "délicieusement décalée et merveilleusement enfantine". Ce qui est complètement con. Jamais un enfant ne pourrait ne serait ce que concevoir la musique du londonien, son esprit est beaucoup trop étriqué pour cela. Et je n'ai aucune confiance dans une chose pouvant se trouver à l'aise dans ses propres déjections. Jamais un enfant ne pourrait aimer cette musique. Ça le ferait pleurer.

Comme les clowns, la musique de Connan Mockasin porte en elle un aspect menaçant, une certaine idée de la déchéance et de la condition tragique de l'être humain condamné à interpréter un rôle qu'il déteste. C'est en tout cas ainsi que j'ai toujours vu les clowns et l'album Tweedles des Residents n'a fait que confirmer cette idée. C'est tout le côté malsain de l'enfance qui ressort, peuplé de cauchemars dans le placard et de bruits bizarres.

En tant que jeune adulte, cela veut dire que cet album est le truc parfait à écouter lorsque vous venez de passer deux nuits consécutives sans dormir. Tout votre organisme semble alors être constitué entièrement de verre et chaque note semble faire vibrer cet ensemble fragile avec une intensité étonnante. Arrivé à ce stade, les titres se mélangent et la chanson en tant qu'entité isolée ne possède plus qu'un intérêt limité. C'est l'étirement de l'ensemble sur la durée qui en fait une expérience. Au sens ici d'engagement dans une situation de mise à l'épreuve. Ce qui requiert ici de laisser partiellement son cerveau de côté, d'arrêter de penser en terme de "style" ou d'"influences" pour laisser chaque particule de son être dériver lentement. Comme si toute votre structure osseuse se dissolvait rapidement et que rien que vous puissiez faire n'ait d'influence sur cette évolution.

C'est un peu comme se noyer, avoir conscience de se noyer et être presque content de se noyer. Les motifs que l'on aperçoit alors ne peuvent être que de mauvaises contrefaçons de la réalité, tout cela n'a dorénavant plus aucune importance. Qui se soucie que les dauphins ressemblent vraiment à des dauphins ? Ce qui semble intéresser Connan Mockasin, c'est l'idée de la chose plus que la chose en elle-même. Cet album est donc une certaine idée de pop psychédélique. Et qui n'a absolument rien à voir avec le fait de porter des couches et de manger du sable sur une base quasi-journalière.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Connan Mockasin parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Connan Mockasin en concert à L'Aéronef (mardi 11 octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Connan Mockasin en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)

En savoir plus :
Le Myspace de Connan Mockasin


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=