Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Connan Mockasin
Forever Dolphin Love  (Phantasy Sound/Because)  mars 2011

Comme on me l'a souvent répété, j'ai un problème avec l'enfance, peut-être parce que les enfants m'effraient et que je les considère comme les êtres humains les plus profondément méchants qu'il puisse exister. Cependant, toute production artistique se reliant au monde de l'enfance me touche de manière presque systématique (Le voyage d'Oregon fait partie de mes livres préférés de tous les temps alors qu'il est écrit à la base pour des Ce1/Ce2).

A l'heure où vous, courageux lecteur pourfendeur des modes et des dogmes fascistes, lirez ces lignes, vous aurez probablement lu partout que Connan Mockasin a une vision du monde "délicieusement décalée et merveilleusement enfantine". Ce qui est complètement con. Jamais un enfant ne pourrait ne serait ce que concevoir la musique du londonien, son esprit est beaucoup trop étriqué pour cela. Et je n'ai aucune confiance dans une chose pouvant se trouver à l'aise dans ses propres déjections. Jamais un enfant ne pourrait aimer cette musique. Ça le ferait pleurer.

Comme les clowns, la musique de Connan Mockasin porte en elle un aspect menaçant, une certaine idée de la déchéance et de la condition tragique de l'être humain condamné à interpréter un rôle qu'il déteste. C'est en tout cas ainsi que j'ai toujours vu les clowns et l'album Tweedles des Residents n'a fait que confirmer cette idée. C'est tout le côté malsain de l'enfance qui ressort, peuplé de cauchemars dans le placard et de bruits bizarres.

En tant que jeune adulte, cela veut dire que cet album est le truc parfait à écouter lorsque vous venez de passer deux nuits consécutives sans dormir. Tout votre organisme semble alors être constitué entièrement de verre et chaque note semble faire vibrer cet ensemble fragile avec une intensité étonnante. Arrivé à ce stade, les titres se mélangent et la chanson en tant qu'entité isolée ne possède plus qu'un intérêt limité. C'est l'étirement de l'ensemble sur la durée qui en fait une expérience. Au sens ici d'engagement dans une situation de mise à l'épreuve. Ce qui requiert ici de laisser partiellement son cerveau de côté, d'arrêter de penser en terme de "style" ou d'"influences" pour laisser chaque particule de son être dériver lentement. Comme si toute votre structure osseuse se dissolvait rapidement et que rien que vous puissiez faire n'ait d'influence sur cette évolution.

C'est un peu comme se noyer, avoir conscience de se noyer et être presque content de se noyer. Les motifs que l'on aperçoit alors ne peuvent être que de mauvaises contrefaçons de la réalité, tout cela n'a dorénavant plus aucune importance. Qui se soucie que les dauphins ressemblent vraiment à des dauphins ? Ce qui semble intéresser Connan Mockasin, c'est l'idée de la chose plus que la chose en elle-même. Cet album est donc une certaine idée de pop psychédélique. Et qui n'a absolument rien à voir avec le fait de porter des couches et de manger du sable sur une base quasi-journalière.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Connan Mockasin parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Connan Mockasin en concert à L'Aéronef (mardi 11 octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Connan Mockasin en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)

En savoir plus :
Le Myspace de Connan Mockasin


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=