Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Villagers - The Rodeo
La Maroquinerie  (Paris)  lundi 11 avril 2011

Disque tourmenté, Becoming A Jackal (premier album de Villagers sorti au printemps 2010) cache sous des aspects peu commodes un puits mélodique et un songwriting d'une précision absolue. On le supputait, mais nous avons eu la confirmation en live : le groupe irlandais possède en Conor J. O'Brien un leader fascinant.

Dorothée, la chanteuse de The Rodeo, se charge de la première partie, guitare acoustique en bandoulière. Compositions soyeuses, chant classieux aux intonations proches d'Alela Diane (cette façon d'arrondir les fins de phrase...) : la chanteuse a des arguments à faire valoir. Elle parvient d'ailleurs sans trop de problèmes à charmer l'assemblée.

Détendue (en apparence du moins) et toute contente d'être là, elle avoue elle-même qu'elle comptait être spectatrice ce soir avant d'apprendre qu'elle assurerait la première partie. En apercevant Renan Luce dans la salle à la fin du concert, on se félicite que les rôles n'aient pas été échangés.

Est-ce le cadre plus confidentiel de La Maroquinerie ? Une pression moindre ? Les bénéfices d'un an de tournée ? Toujours est-il que déjà vu sur scène et en duo l'an dernier (avant le pénible concert de Stereophonics à l'Olympia), The Rodeo séduit davantage en solo. Outre les chansons phares de son album Music Maelström ("Little Soldier", "On The Rodeo", "Love Is Not On The Corner", "My Ode To You"), la chanteuse offre une insolite reprise du tube 80's de Culture Club, "Do You Really Want To Hurt Me". D'un titre kitsch à souhait, Dorothée parvient à tirer une séduisante complainte. Sans être révolutionnaire, la musique de The Rodeo s'écoute avec un réel plaisir.

Sans ses comparses, Conor J. O'Brien entame le concert de Villagers par un chant a capella qui se mue en splendide ballade ("Cecilia & Her Selfhood", aux airs de chanson traditionnelle irlandaise).

Le chanteur à la tête de hibou mal réveillé est rejoint par ses musiciens pour l'émouvante "The Meaning Of The Ritual". Alors que le morceau finit quelque peu en queue de poisson sur le disque, la version live propose un final musclé : cris, guitares saturées, cymbales retentissantes. Même si Conor J. O'Brien est omniprésent, Villagers est plus qu'une collection de musiciens au service d'un songwriter : c'est un vrai groupe.

L'alchimie semble parfaite et tout le monde se fond dans les chansons, chacun ajoutant sa petite touche. Le bassiste - et son jeu de tête singeant le paon sous antalgiques - semble littéralement absorbé par la musique. L'ambiance oscille entre une concentration et application extrême, une douce mélancolie, et des libérations d'énergie soudaines. La prestation est plus rock que ce que laisse imaginer le disque, plusieurs chansons étant de longues montées en intensité jusqu'à un impétueux final.

On devine chez Conor J. O'Brien une personnalité forte. A première vue, caché derrière sa petite guitare acoustique, le petit irlandais ne paie pas de mine.

Mais transparaissent surtout ses talents de chanteur et de compositeur, ainsi que ses sympathiques tentatives de dialogue en français, sa simplicité et l'ostensible complicité qui le lie avec ses musiciens.

Alternant titres en formation complète (cinq musiciens) et en solo, Villagers fait merveille avec son folk rock bucolique, conçu intelligemment et interprété avec ferveur. Parmi une setlist irréprochable, citons l'intense "Pieces" et son déchirant refrain, "I Saw The Dead" (au piano), "Ship Of Promises" toute en tension avec sa rythmique millimétrée et "The Meaning Of The Ritual" comme les cerises sur le délicieux gâteau servi ce soir à La Maroquinerie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Becoming a Jackal de Villagers
La chronique de l'album Darling Arithmetic de Villagers
La chronique de l'album Where Have You Been All My Life ? de Villagers
Villagers en concert à La Maroquinerie (29 juin 2010)
Villagers en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Villagers en concert au Grand Mix (6 mars 2013)
Villagers en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
Villagers en concert à La Maroquinerie (jeudi 25 février 2016)
La chronique de l'album Hotel Utah de The Rodeo
La chronique de l'album Music Maelström de The Rodeo
La chronique de l'album Cold Heart de The Rodeo
The Rodeo en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
The Rodeo en concert à L'Olympia (jeudi 4 février 2010)
The Rodeo en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
L'interview de The Rodeo (13 avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Villagers
Le Facebook de Villagers
Le Myspace de The Rodeo
Le blog de Pierre

Crédits photos : Claude Brun (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Villagers (08 juin 2010)
The Rodeo (13 avril 2010)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=