Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Charles Pasi
Uncaged  (Believe)  mars 2011

Elle est jolie, l'histoire de ce jeune musicien un rien paresseux qui apprend l'harmonica en s'imaginant l'instrument peu exigeant ; un rien culotté qui s'adjoint deux featuring d'Archie Shepp sur son deuxième album (le premier, Mainly Blue étant passé en 2006 à peu près totalement inaperçu du public). L'histoire d'un musicien lunaire, égaré comme sait l'être à l'écran Louis Garrel (qui justement réalise le clip du single Better with butter), c'est-à-dire : un peu comme savait l'être Jean-Pierre Léaud. Les ahuris géniaux.

Elle est jolie, c'est vrai, cette histoire, que l'on entend un peu partout ; et s'il faudra en toute objectivité encore un peu de temps pour déterminer s'il n'y a là qu'une hype passagère, Pasimania aussi creuse que bien écrite, ou s'il s'agit d'un authentique second premier pas, on aurait envie, sur la foi d'un seul grandiose "Farewell my love", de fermer les yeux et d'y croire (par parenthèse, on est persuadé que ce titre, en guise de héraut, aurait été bien better, justement, que le trop festif "Better with butter" que l'on entend partout – il y a là-dedans quelque chose de la grandeur d'un "Kozmic Blues" au masculin, c'est dire).

Dans un registre un peu éloigné de son blues d'origine, enrichi d'un groove funk, soul, jazzy, relevé de quelques airs de rock, de ragga, de hip-hop – bref, de tout ce qui se fait aujourd'hui, Charles Pasi a élargi les horizons de ses compositions. On aime l'harmonica précisément parce qu'il sait n'être pas omniprésent. On aime la voix de Pasi, aussi, ses éraflures et son expressivité, qui rappellera par moment le Mark Curry d'Its only time (1992), autre belle histoire malheureusement restée sans suite remarquable.

On s'amusera même pendant la minute zéro deux de So long Sonny, de voir que Pasi pourrait jouer au Son of Dave ; pendant les quatre minutes quinze de Wild it up qu'il sait être aussi violent, disons, que le Ben Harper de Burn to shine (1999) ou le Keziah Jones d'African Spacecraft (1995). Mais son univers est souvent plus serein, plus doux, plus intime - comme en témoignent la ballade Remember the day ou le choix de la reprise Dream a little dream of me.

L'album cultive ainsi, avec un succès certain, l'art du contrepied. Il déploie une palette impressionnante de couleurs – du bleu nuit au bleu d'un ciel été, bleu-gris d'orage et bleu passé d'un vieux polaroid jauni. Un bel album à l'ancienne : décomplexé, ouvert, transgenre, animé d'une seule pulsation : l'amour de la musique, dans sa variété.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Charles Pasi parmi une sélection de singles (mars 2011 )
Charles Pasi en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - Vendredi
Charles Pasi en concert à Tourcoing Jazz Festival #29 (édition 2015) - mardi 13 octobre

En savoir plus :
Le site officiel de Charles Pasi
Le Myspace de Charles Pasi


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=