Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jim Murple Memorial - Fantazio
L'Européen  (Paris)  15 juillet 2004

L'Européen en réfection est occupé durant tout le mois de juillet par l'association Life Live qui propose une programmation festive : "Debout là dedans !"

Le 15 juillet c’est Jim Murple Memorial qui propose de faire danser la salle avec son rythm’ blues jamaïcain. Aucune première partie n’est annoncée et pourtant il y en a bel et bien une qui, contrairement à l’habitude, va voler la vedette à la tête d’affiche.

Alors qu’une trentaine de personnes est à peine arrivée, un jeune homme en costume noir des années 40 muni d'une contrebasse colorée de rouge et noir et son musicien pourvu d’une agrafeuse et d’une demie calebasse s’installe dans le hall.

Un cercle spontané se forme autour des 2 compères comme dans un spectacle de rue. Un formidable happening commence, totalement acoustique et sans amplification. Fantazio entre en action.

Fantazio, l’homme aux doigts défoncés comme il se décrit, et sa contrebasse marquée par la vie qu'il lui fait mener et Benjamin, le bidouilleur chercheur de sons, nous livrent quelques morceaux avant de "passer au salon" comme il dit (à savoir la salle dans laquelle il continuera son concert dans une formation plus "classique").

Difficile de décrire la musique de Fantazio, une sorte de boite à malice dont même son propriétaire ne connaîtrait pas le contenu. Jazz, chanson napolitaine (dont une dédiée à Battisti), chanson française, ritournelle, pop anglaise et même "électro" (toujours en acoustique).

Etonnant et impressionnant ce que l'on peut faire avec une contrebasse. Traînée, frappée au sol elle sert de percussion, elle donne le rythme quand elle reçoit les coups de pieds de son maître, les cordes malmenées offrent sans retenu leurs complaintes d'une voix grave tandis que celle de Fantazio passe de l'aigu au grave de la façon la plus naturelle du monde, tantôt ritournelle un peu enfantine ("Tête-épaule-pied" rappelant les vieux films néo-réalistes italiens) tantôt ballade de crooner. Le bateau ivre de Fantazio navigue à vue mais ne coule pas !

Qu'il chante successivement en français, anglais, italien au cours d'une même chanson en changeant de tonalité, sa contrebasse vissée au poignet, il nous fait partager sa "Curiosita" et son penchant pour "Ganesh" le seul dieu qui ne se la pète pas trop !

Pendant ce temps, le petit homme à casquette se déplace autour du contrebassite, tantôt en jouant du ukulele, tantôt en donnant le rythme en actionnant une grosse agrafeuse ou en frappant une demi calebasse à lamelles métalliques qui actionnée de mains de maître produit un son proche de celle d’une guimbarde.

Quelques titres plus tard, nous suivons donc les deux compères au salon, ils prennent alors place sur la scène sur laquelle les rejoignent un batteur (Cyrille) et un guitariste (Franck). La formation est plus classique mais la musique toujours atypique de Fantazio conquiert tout le public !

Benjamin et ses bruitages font des prouesses (à l'aide d'un micro bien placé, d'une cymbale, de quelques cloches de vaches, un bout de papier, une planche de bois, une chaîne ou une barre de fer et fin du fin un grand ressort - de ceux que l'on avait petit et qu'on lançait en haut de l'escalier et qui descendait tout seul-), tandis que Fantazio plus déchaîné encore s'acharne sur les cordes de sa contrebasse.

Le guitariste viendra même pousser la ritournelle (en italien) et "Grand corps malade" un ami du groupe fera 2 interventions en "slam" (entre rap de banlieue et tchatche du sud) remarquables tant celle accompagnée par le groupe que celle quasiment a cappella à propos de celle qui l'a vue grandir : Saint Denis la cosmopolite.

Fantazio, toujours sans réussir à décrire sa musique (il nous disait avant le concert, lui-même embarrassé pour mettre des mots sur sa musique "sans paraître prétentieux" : "je joue de la contrebasse et puis je chante, c'est tout [...] C'est une sorte de transe mais toujours en acoustique"...) est un omni (*) dans le paysage musical français. Ne le ratez pas s'il passe près de chez vous !

Après une courte pause pendant laquelle les Jim Murple Memorial s'installent (8, voire 9, sur la petite scène de l'Européen ce n'est pas simple) le noir se fait et leur concert commence... par l'arrivée d'Albert qui annonce le groupe... et qui va se placer au bout de la scène pour ne plus jamais la quitter. Il passera son temps à bouger les bras, parfois faire un pas de danse (on pense au vibes master de Arrested Developpement mais en moins bien tout de même) et vérifier qu’il ne perd pas son badge. Bref, Albert est casé, et les autres membres du groupe arrivent, Nanou, la charismatique chanteuse, en tête.

Jim Murple Memorial c'est un mélange festif de ska, de reggae et de rocksteady, comme si on y était, c'est à dire entre 40 et 70 ans en arrière et à ce jeu là, Nanou, un petit bout de chou qui ressemble à une Betty Boop en blonde, avec sa petite robe "charleston" et ses mimiques est totalement dans le ton. Imaginer le spectacle en noir et blanc avec ces rayures propres aux vieux films qui défilent de temps en temps et on se retrouve projeté directement dans le passé.

Les instrumentistes, plus sobres dans leur jeu (voire un peu absent comme Ptit Louis à la guitare électrique qui râle dès le début en faisant mine de ne pas vouloir jouer et qui va passer la plupart du temps assis sur l'arrière scène ou préoccupé comme Romain à la guitare acoustique) n'en sont pas moins efficaces même si le contrebassiste un peu ampoulé dans un très joli costard années 50 souffrira bien évidemment de la comparaison avec le jeu lyrique et baroque de Fantazio. Les cuivres sont impeccables et la chanteuse soufflera de temps en temps dans une rutilante trompette.

Musicalement donc, c'est très rocksteady/ska, l’exécution est soignée mais il n’y avait pas ce petit quelque chose tant dans le groupe que dans la salle qui fait la réussite d’un concert. Et Nanou le sent bien. Elle aura beau haranguer le public pour les faire taper dans leurs mains cela n'y changera rien.

Par rapport au disque, si le coté festif est indéniablement présent, il manquait ce soir-là un peu d'énergie et de rythme dans le set pour être réellement réjouissant et même la voix de Nanou, si prégnante sur disque, se trouvait en retrait.

Au final, ce fût objectivement un bon concert mais décevant au sens où nous en attendions beaucoup... Ah la gourmandise ....

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Sweet Little Mother Fucking Show de Fantazio
La chronique de l'album Cinq Mille Ans De Danse Crue Et De Grands Pas Chassés de Fantazio
Fantazio en concert au Thabor (11 avril 2005)
Fantazio en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Fantazio en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Fantazio en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - dimanche
L'interview de Fantazio (octobre 2005)

En savoir plus :

le site de Jim Murple Memorial
le site de Fantazio


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=