Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kurt Vile & The Violators
Smoke Ring From My Halo  (Matador Records)  mars 2011

J'aime commencer une chronique sur un aveu d'échec. Et ainsi il ne me semble pas avoir grand chose de très intéressant à dire sur Kurt Vile. En faisant un effort, je suis sûr que je pourrais relier cet album avec la saison 2008-2009 des Penguins de Pittsburgh, si mon cerveau ne se situait pas dans un état de délabrement intellectuel propre aux révisions en prévision des partiels. Les noms de Richard Smith, Claes Oldenburg, Cy Towmbly ou Tom Wesselman se bousculent dans ma tête et c'est un peu comme si mon univers entier ne dépendait plus que de la vision de Jasper Johns sur les rapports entre signifiant et signifié, représentation / figuration et imitation. Mes perspectives sont très limitées.

Et Kurt Vile n'a rien à voir avec tout ça. Selon toute probabilité, la mystique de Pierre Soulages lui est même complètement étrangère et il parvient à vivre très bien comme cela (comme, j'imagine, la grande majorité de la population). Kurt Vile est musicien et ces mecs se foutent, en règle générale, de savoir si oui ou non l'influence de Richard Hamilton se fait sentir chez James Rosenquist au début de sa carrière. Et c'est finalement mieux ainsi puisque les musiciens souhaitant faire référence aux grands artistes contemporains craignent de manière quasiment généralisée.

Kurt Vile semble plus préoccupé par l'idée de faire un album qui corresponde parfaitement à une certaine idée d'un road trip lysergique ensoleillé. Et si tel est le but, Smoke Ring From My Halo est une réussite totale. D'une simplicité et d'une évidence ahurissante. Toutes les chansons semblent familières dès la première écoute (particulièrement en ce qui concerne "Society Is My Friend" ou "Peeping Tomboy") et c'est un peu comme découvrir que Mac Gyver est toujours vivant : cela laisse légèrement désorienté.

Lister les influences d'un artiste n'apporte jamais rien à une chronique à mon sens. Bien sûr, il s'agit généralement du moment préféré du critique qui y trouve alors l'occasion idéale pour exhiber sa culture comme un pervers exhiberait ses parties génitales et placer toute une suite de noms ayant finalement autant de rapport avec l'artiste en question qu'un match de basket avec la chasse à coure (tout dépend cependant de si les Lakers jouent, dans ce cas les règles sont différentes).

Ainsi vous ne lirez pas ici que Kurt Vile évoque par moment Neil Young, Bob Seger ou Tom Petty. Tout d'abord parce que c'est faux mais aussi parce que tout ce que vous avez besoin de savoir sur cet album est qu'il est beau, calme, presque lyrique par moment et extrêmement bien adapté à l'été (la chaleur poussant les êtres humains à se terrer et à être aussi actifs qu'un cactus). On peut également ajouter que les morceaux d'ouverture et de fermeture du disque (respectivement "Baby's Arm" et "Ghost Town") sont de grandes chansons faisant semblant de ne pas en être.

Ainsi dans l'esprit, Smoke Ring From My Halo rappelle un peu le chef-d'œuvre oublié de Lou Reed, Coney Island Baby. Sauf que Smoke Ring From My Halo ne sonne pas du tout comme Coney Island Baby (et si vous parvenez à comprendre cela, vous parviendrez sans trop de problèmes à comprendre la logique de ce disque et du même coup une partie de celle de l'univers).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album B'lieve I'm Going Down de Kurt Vile
La chronique de l'album Lotta Sea Lice de Courtney Barnett & Kurt Vile
La chronique de l'album Bottle It in de Kurt Vile
Kurt Vile en concert au Festival Radar 2011 (7ème édition) - vendredi 9 septembre
Kurt Vile en concert au Festival International de Benicàssim #18 (jeudi 12 juillet 2012)
Kurt Vile en concert au Grand Mix (samedi 21 décembre 2013)
Kurt Vile en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
L'interview de Kurt Vile (vendredi 9 septembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Kurt Vile
Le Myspace de Kurt Vile


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=