Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kurt Vile & The Violators
Smoke Ring From My Halo  (Matador Records)  mars 2011

J'aime commencer une chronique sur un aveu d'échec. Et ainsi il ne me semble pas avoir grand chose de très intéressant à dire sur Kurt Vile. En faisant un effort, je suis sûr que je pourrais relier cet album avec la saison 2008-2009 des Penguins de Pittsburgh, si mon cerveau ne se situait pas dans un état de délabrement intellectuel propre aux révisions en prévision des partiels. Les noms de Richard Smith, Claes Oldenburg, Cy Towmbly ou Tom Wesselman se bousculent dans ma tête et c'est un peu comme si mon univers entier ne dépendait plus que de la vision de Jasper Johns sur les rapports entre signifiant et signifié, représentation / figuration et imitation. Mes perspectives sont très limitées.

Et Kurt Vile n'a rien à voir avec tout ça. Selon toute probabilité, la mystique de Pierre Soulages lui est même complètement étrangère et il parvient à vivre très bien comme cela (comme, j'imagine, la grande majorité de la population). Kurt Vile est musicien et ces mecs se foutent, en règle générale, de savoir si oui ou non l'influence de Richard Hamilton se fait sentir chez James Rosenquist au début de sa carrière. Et c'est finalement mieux ainsi puisque les musiciens souhaitant faire référence aux grands artistes contemporains craignent de manière quasiment généralisée.

Kurt Vile semble plus préoccupé par l'idée de faire un album qui corresponde parfaitement à une certaine idée d'un road trip lysergique ensoleillé. Et si tel est le but, Smoke Ring From My Halo est une réussite totale. D'une simplicité et d'une évidence ahurissante. Toutes les chansons semblent familières dès la première écoute (particulièrement en ce qui concerne "Society Is My Friend" ou "Peeping Tomboy") et c'est un peu comme découvrir que Mac Gyver est toujours vivant : cela laisse légèrement désorienté.

Lister les influences d'un artiste n'apporte jamais rien à une chronique à mon sens. Bien sûr, il s'agit généralement du moment préféré du critique qui y trouve alors l'occasion idéale pour exhiber sa culture comme un pervers exhiberait ses parties génitales et placer toute une suite de noms ayant finalement autant de rapport avec l'artiste en question qu'un match de basket avec la chasse à coure (tout dépend cependant de si les Lakers jouent, dans ce cas les règles sont différentes).

Ainsi vous ne lirez pas ici que Kurt Vile évoque par moment Neil Young, Bob Seger ou Tom Petty. Tout d'abord parce que c'est faux mais aussi parce que tout ce que vous avez besoin de savoir sur cet album est qu'il est beau, calme, presque lyrique par moment et extrêmement bien adapté à l'été (la chaleur poussant les êtres humains à se terrer et à être aussi actifs qu'un cactus). On peut également ajouter que les morceaux d'ouverture et de fermeture du disque (respectivement "Baby's Arm" et "Ghost Town") sont de grandes chansons faisant semblant de ne pas en être.

Ainsi dans l'esprit, Smoke Ring From My Halo rappelle un peu le chef-d'œuvre oublié de Lou Reed, Coney Island Baby. Sauf que Smoke Ring From My Halo ne sonne pas du tout comme Coney Island Baby (et si vous parvenez à comprendre cela, vous parviendrez sans trop de problèmes à comprendre la logique de ce disque et du même coup une partie de celle de l'univers).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album B'lieve I'm Going Down de Kurt Vile
La chronique de l'album Lotta Sea Lice de Courtney Barnett & Kurt Vile
La chronique de l'album Bottle It in de Kurt Vile
Kurt Vile en concert au Festival Radar 2011 (7ème édition) - vendredi 9 septembre
Kurt Vile en concert au Festival International de Benicàssim #18 (jeudi 12 juillet 2012)
Kurt Vile en concert au Grand Mix (samedi 21 décembre 2013)
Kurt Vile en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
L'interview de Kurt Vile (vendredi 9 septembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Kurt Vile
Le Myspace de Kurt Vile


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=