Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deer Tick
The Black Dirt Sessions  (Fargo)  octobre 2010

Formé en 2004 à Providence, le groupe au nom de parasite forestier (tique de chevreuil)  sort The Black Dirt Sessions. Emmené par John McCauley, le chanteur-guitariste-compositeur,  le combo s’aventure dans les contrées très peuplées du folk-rock.

L’album est sorti depuis un long petit moment déjà, mais est passé au travers du filet tissé par nos oreilles attentives. Et bien, finalement, on peut dire qu’il n’y a pas de hasard.

Issu de sessions de leur précédent album Born on flag day, le présent opus se pose donc là, dans la continuité de l’œuvre entamée antérieurement et distille du folk-rock assez conventionnel. Mais à tout compte, pas de faux procès : est-il réellement possible de faire original dans ce style autant fréquenté que l’autoroute du midi un premier week-end d’aout ? Et puis si l’originalité n’est pas forcément au rendez-vous, reste à miser sur l’efficacité.

Troisième album du quintet, The Black Dirt Sessions sent bon l’américana, le sud moite. La voix rocailleuse du chanteur attire tout d’abord le chaland puis lasse un peu à la longue. Avec onze titres qui se suivent et se ressemblent, de manière positive on parlerait d’un grand sens de l’homogénéité.

L’album s’ouvre sur "Choir of angels", classique ballade mi-tempo où la voix pleine d’aspérités de John McCauley, se double tout au long du morceau. Quelques pistes plus loin, "Goodbye, dear friend" complainte au piano, peine à faire hérisser le moindre poil de bras tandis que "Piece by piece and frame by frame" essentiellement à la guitare acoustique séduit légèrement par son dépouillement. Dans "Mange", on croit discerner  pas bien loin la queue fourchue d’un "Sympathy for the devil". Ne manque plus que les OuhOuh et une accélération de tempo pour boucler l’affaire. Et alors que "When she comes home" se fait très Jayhawks dans l’âme, "Hand in my hand" s’approche du "Don’t let me down" d’un autre quintet, anglais celui-là. Puis l’honorable "Blood moon" s’enfonce dans le bayou, atmosphère marécage, dans lequel on s’attend à voir un alligator pointer le bout du museau. Enfin l’album se conclut par "Christ Jesus", morceau piano et violoncelle légèrement pompeux qui donne l’occasion au chanteur d’essayer une dernière fois de toucher notre fibre sensible avec un chant tentativement déchirant.

Bon, honnêtement, ça se laisse entendre. Le groupe, lui, s’écoute un peu trop, ce qui fait au moins cinq auditeurs très contents. Concernant les autres, ils pourront toujours attendre la prochaine brocante dans l’espoir ( ?!) de trouver l’album. Ni original, ni très efficace, le constat n’est pas très favorable. Et quitte à écouter une voix rocailleuse, on se tournera plutôt vers le regretté Calvin Russel disparu il y a peu.

Aparté :
"Dirty…" : Les Stones avaient sorti en leur temps Dirty work, album qui portait bien son nom. Y aurait-il une malédiction concernant les disques ayant ce mot dans le titre ? Envoyez moi vos contributions pour alimenter le débat.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Deer Tick en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)


En savoir plus :
Le site officiel de Deer Tick
Le Myspace de Deer Tick


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=