Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La dernière bagnarde
Bernadette Pécassou-Camebrac  (Editions Flammarion)  avril 2011

"Elle s’appelait Marie Bartête. Quand elle est partie au bagne de Cayenne, elle avait vingt ans". Et j’ajouterai : elle n’est jamais revenue. On dirait une histoire à la Pocahontas, celle qui a suivi son beau John d’amour, et qui l’a aimé sans revoir sa terre natale. Mais non, pas du tout. Parce que c’est de Bernadette Pécassou-Camebrac, pas de Walt Disney.

Le défi était pourtant de taille : relater une histoire de femme dans l’Histoire des hommes. Parce que si nous sommes ici aujourd’hui, c’est aussi parce qu’il y a eu des femmes. Mais Bernadette a des talents de scénariste, c’est-à-dire qu’elle sait écrire les sons et les odeurs, et dans ce cas, l’atmosphère des bagnes de Cayenne, Guyane Française, 1888 et plus.

Dans les faits, à la fin du XIXème siècle, les méchants pas beaux tueurs et criminels étaient traditionnellement envoyés de l’autre côté de l’Atlantique, histoire de "foutre la paix aux bons français, qu’ils cassent des cailloux les malandrins, on s’en tape, mais on ne veut plus les voir ces malhonnêtes", ont certainement prononcé les autochtones de mes ancêtres. Un bon français que je situerai dans l’ascendance des branchés du bénitier ont un jour eu l’idée fabuleuse d’envoyer aussi des femmes, pour les marier à ces sauvages, pour peupler la colonie… ah… La conquête… C’était donc ça, peupler ces terres tropicales infestées de maladies, de moustiques et de forêts humides.

Marie Bartête n’était qu’une pauvre fille, sans ressources, orpheline, qui subsiste comme elle peut, de petits larcins, de menus fretins. Elle se pose enfin comme domestique dans une famille bourgeoise de Bordeaux. Pile-poil quand un bon petit soldat des forces de l’ordre a la mission de nettoyer la ville des mauvaises âmes. Marie est embarquée pour Cayenne. Hop hop hop.

Elle se retrouve avec quelques comparses, entassées en fond de cale, pour un voyage encadré par les bonnes sœurs du couvent de Saint-Laurent du Maroni. Un enfer de saleté, d’insalubrité et de terreur. Des viols, des humiliations, de la malnutrition. Oui, moi aussi ça m’a fait penser au triste sort que nous avions réservé aux esclaves. Qu’est-ce qu’on est con alors… J’ai honte de mon histoire quand je lis ces histoires là. Je me console un peu en me convaincant que mes ancêtres volcaniques à moi étaient de la trempe de Sœur Agnès, morte en se battant pour un peu de décence, ou même de Romain, jeune médecin de métropole, mort également en guérissant, en aidant, en sauvant…

Ces femmes étaient bercées d’illusions, on leur promettait une nouvelle vie, un mari, un lopin de terre à bêcher pour faire pousser des pommes d’amour au caramel. La réalité se situe entre prostitution forcée, enfermement, malnutrition, humiliation. Le lopin de terre en question n’est qu’un carré de boue envahi d’herbes folles.

Et pourtant, Bernadette Pécassou-Camebrac entoure Marie de héros ordinaires, de gens pas si malhonnêtes que ça, de bonnes âmes à la recherche du salut et nous fait comprendre le destin de ces gens que nous aurions pu être, des âmes ordinaires balancées dans la gueule de la conquête, une autre forme de chair à canon. Sans jamais tomber dans la description d’une violence malsaine, avec beaucoup de pudeur, et un sens de la narration époustouflant.

Un roman historique, certes, un destin parmi tant d’autres, un témoignage du passé, certes, mais même si le bagne n’existe plus, si les raconteurs d’Histoire persistent à ressusciter des vies brisées par les lois, la politique et la soif de possession, ça n’empêche pas encore l’histoire de tourner en boucle, de recommencer encore et encore... Il y a toujours des gens pour en transformer d’autres en chair à canon, je pense à ces listes de photos de jeunes soldats morts en Afghanistan, pourquoi ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La passagère du France" de Bernadette Pécassou-Camebrac


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=