Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Portelli
Le Régal  (Wagram)  mai 2011

Elle fut une découverte du Printemps de Bourges en 2006, une éternité à notre époque. Mais elle n’est pas tombée dans l’oubli. Pour cela, elle a roulé son minois dans moults festivals et tremplins de la chanson, ceux qui se passent devant des vrais gens, pas de paillettes télévisuelles formatées. Elle est restée elle-même, a certainement mûri, et conclut ce parcours par un album Le Régal, et franchement, c’est un régal.

Son petit nom est Lisa, rien à voir avec la famille américaine jaune du dessin animé de la TNT. Lisa Portelli, une guitare, de la pop à la française, et tout va bien. Elle fait penser au soleil, aux premières fleurs du printemps, aux jupes à carreaux et au vent dans les cheveux. De ses débuts à la guitare chez l’école de musique de son quartier à 10 ans, au bac Musique, au conservatoire classique, à la découverte de la guitare électrique, à la chansonnette, elle est passée de petite graine à grand arbre tout plein de feuilles, riche des qualités de ses rencontres.

Et elle cumule tout ça dans cet album à la fois rigoureux et juste. Sous des airs d’ange en pyjama, elle cache une combinaison latex pas très confortable, mais lui donnant un air sexy et chic. Elle ne crie jamais, mais on sent quelque chose qui bouillonne là-dessous. Le rythme s’installe aux premières notes, reste jusqu’à la fin, les mélodies rentrent, les textes tiennent la route, sa voix ne bouge pas d’un poil. Ma sauvagerie en a prix un coup, je l’ai adoptée sans concession, à la mimer devant la glace, avec brosse à cheveux et brushing dans le vent, j’étais ridicule, mais j’ai adoré.

Parce que j’aurai pu dire ce qu’elle chante : le moment où on se rend compte que nous avons entassé nos rêves dans des malles, pendant que le temps passe plus vite que prévu ("Les chiens dorment"). Mais elle sait ne pas être déprimante, au contraire, ce titre dit aussi qu’il n’est jamais trop tard, puisque la lune est toujours au même endroit.

Elle sait aussi être amoureuse dans "Le régal", aucune importance d’être insomniaque si c’est pour sa peau, le regarder dormir à n’en plus finir, percer cette étrange lueur qui habite son visage dans le noir… Idem dans "Le tableau" de son homme à moitié nu sous ses couvertures. Et parle d’avenir, de futur, d’espoir, de bonté, de mensonge, de défauts, Lisa Portelli met des mots sur des sentiments, des états d’âmes et des émotions du quotidien, ce que nous ne savons pas toujours faire.

Elle sait être douce, aimante, sans être une cocotte poudrée, car elle y ajoute sa touche féline, une patte de velours qui cache de minuscules griffes rétractables, acérées comme du venin, dont elle use peu, mais avec précision. Un régal.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Nébuleuse de Lisa Portelli
Lisa Portelli en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
Lisa Portelli en concert à L'Alhambra (mercredi 24 novembre 2010)
Lisa Portelli en concert à Ben Mazué - Namasté - Lisa Portelli - Twin Twin (mardi 1er février 2011)
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - vendredi 14 septembr
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
Lisa Portelli en concert à La Maroquinerie (samedi 15 décembre 2012)
L'interview de Lisa Portelli (mardi 27 novembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Portelli
Le Facebook de Lisa Portelli


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lisa Portelli (27 novembre 2012)


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=