Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gonjasufi - Two Left Ears
L'Aéronef  (Lille)  mardi 24 mai 2011

Gonjasufi a sorti avec A Sufi And A Killer un des meilleurs albums de l'année 2010. Mélange de psyché halluciné, de transe lourde et d'expérimentations déglinguées, le tout produit par Flying Lotus et hébergé par Warp (soit l'un des meilleurs labels existants comme en atteste largement leur catalogue). Et qui a donc plutôt bien marché pour un truc destiné à rester underground. De là nait un de mes principales contradictions : lorsque j'aime un artiste, j'aimerais qu'il puisse être écouté du plus grand nombre mais dans la majorité des cas, je déteste les gens qui aiment ledit artiste.

Décidant de me faire violence, je me mets en route pour le concert de Gonjasufi avec le cerveau chargé d'appréhension. D'autant plus que l'on m'avait prévenu de la nullité potentielle d'un tel concert, Salem (groupe prévu à l'origine en première partie) étant considéré de manière quasi unanime comme "un super groupe sur album mais nul à chier en live" (j'ai depuis écouté les albums que je trouve "nuls à chier") et les échos concernant les prestations de Gonjasufi n'étaient guère plus positives. Je constate en arrivant que Salem n'est plus au programme et la soirée semble s'annoncer sous de meilleurs auspices.

Two Left Ears, duo lillois, me fera cependant autant d'effet qu'une patate sous une cloche de verre.

Ce n'est pas fondamentalement nul, ce n'est pas non plus génial, certaines idées sont bonnes mais l'ensemble reste trop confus et me persuade dans mon idée que l'electro est décidément une musique pour néo-hippie cocaïnés.

En somme tout le contraire du groupe de Gonjasufi. Le guitariste semble échappé des Jesus & Mary Chain, le bassiste d'un groupe de soul et le batteur d'un obscur combo trash punk californien (sans doute en raison du bermuda). Le son est bon (chose assez rare à l'Aéronef pour être signalée) : la guitare déchire doucement les tympans et la basse donne envie de vomir ses intestins. Gonjasufi monte sur scène après une longue introduction, son ordinateur portable à la main. Et ce qui s'annonçait comme un concert lent, plombé et enfumé se transforme en hardcore expérimental du meilleur effet.

Pas ennuyeux une seule seconde, tous les titres (dont de nombreux inédits) sont joués le plus sauvagement et le plus rapidement possible (là où les titres de l'album semblent chargés de lourdes fumées cannabiques, chaque chanson respire ici l'overdose d'amphétamines). Peu de morceaux de l'album et lorsque ceux-ci sont joués, il est difficile de les reconnaître tellement le traitement qui leur est infligé est brutal. Ce qui n'a d'ailleurs pas l'air d'être du goût de tous.

Il faut ici noter l'excellence du groupe accompagnant le clodo mystiquo-shamanique servant de leader : faisant dans l'économie, chaque musicien tire le maximum de son instrument et fracasse (pas de terme mieux adapté dans le cas présent) les différentes chansons. Gonjasufi se contente d'évoluer au milieu de cela comme il peut, posant sa voix cramée par le soleil (et rappelant d'une manière aussi bizarre qu'indéfinissable, Iggy Pop) comme au hasard, exécutant des danses de goéland mazouté.

Une pause dans le set le laisse seul, le temps pour le groupe de revenir avec chacun une cigarette hilarante dans la bouche. Ma tête oscille d'elle-même, une vingtaine d'acharnés semblent beaucoup s'amuser, les autres restent sceptiques, un homme copule avec la scène (et avec les retours) en dansant lascivement... La soirée semble se finit chaotiquement, en trainant sur les genoux, la majorité du public a l'impression de s'être fait arnaquer et je suis ravi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lazy Trace de Two Left Ears

En savoir plus :
Le site officiel de Gonjasufi
Le Myspace de Gonjasufi
Le bandcamp de Two Left Ears
Le Myspace de Two Left Ears

Crédits photos : Sam Nolin


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=