Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
Alexis HK - Billie - Camélia Jordana - Batlik & Thomas Pitiot - BATpointG - Entre 2 Caisses - Chanson Plus Bifluorée - Mell  (Saint-Etienne)  jeudi 2 juin 2011

Carnet de bords de scènes #2 (1/2)

Frédéric court ! Qui l’eût cru ? Il est presque 23 h et il court dans les rues de Saint-Etienne, retrouver sa voiture puis le festival. Le concert va commencer et il court ! Alexis HK n’attendra pas. Il a déjà été en retard une fois aujourd’hui… Fred a loupé les trois premières chansons de Billie au Magic Mirror à 15h. Heureusement, il a su profiter et rattraper son retard : du caractère, des machines, une jolie voix et un salut de miss ont suffi à Fred pour passer un bon moment avec ces excitées. S’il a manqué le début de cet après-midi au Magic, il a failli aussi en louper la fin, peu convaincu par Camélia Jordana. Mais finalement le concert gagna en énergie en fin de set et Fred est resté. Mais s’il fût sensible aux qualités d’interprète de cette jeune et fragile demoiselle, il ne reçut pas grand-chose de la scène. La voix était chaude, la performance un peu trop froide. Mais qu’à cela ne tienne, Fred n’a pas été déçu. L’ambiance était bonne au Magic, il faisait chaud, le bar était opérationnel, et Thomas Pitiot, dans le public, chantait, encore, et encore, "Moi c’est camélia, mais…" ce qui faisait toujours marrer Fred... D’ailleurs, c’est un peu à cause de lui s’il a loupé le début du concert de l’après-midi. Dans les rues sombres de Saint-Étienne, au plus fort de son sprint, Frédéric décélère pour se remémorer la chronologie des faits et soulager ce point de coté infernal qui le plie en deux.

Vers 5h du matin, Loïc L. promit à Thomas P. et Stéphane de se lever pour assister à leur concert de midi. Aux alentours de 9h, Alexis se levait pour déjeuner puis se recoucha. A 9h15, Fred s’est réveillé l’esprit embrumé et la bouche pâteuse, bu un verre et se recoucha, l’esprit pâteux et la bouche embrumée. A 10h, les balances ont commencé pour Batlik & Thomas Pitiot, les équipes techniques étaient d’attaque depuis déjà une heure. Fred arriva sur le festival vers 11h45, traversa le village et se rendit directement à l’Ephémère. Il a commandé un coca médicinal de début de matinée et s’est installé. Le concert pouvait commencer. Batlik et Thomas Pitiot entrèrent en scène, Alexis HK était dans le public, quelques centaines de personnes aussi, Loïc Lantoine n’était pas là… et Fred était assis à gauche en entrant…

Fred courant dans la nuit, se demande pourquoi il revient sur tous les détails de sa matinée et si la course ne lui donnerait pas un peu de fièvre… Il ralentit le pas et replonge dans ses réflexions. Il avait déjà, lors des éditions précédentes, croisé la route de Batlik et celle de Thomas Pitiot, mais ce midi, l’événement était de les voir ensemble, défendre leur production commune, l’album – La place de l’Autre – sorti il y a quelques semaines. Pour Fred ce fut la claque du matin. Un concert complet, auquel il ne manquait rien. Du rire, des frissons ; on parla à nos cœurs, on parla à nos têtes. Ce ne fût pas tout à fait du Batlik, ce n’était déjà plus du Pitiot. On a retrouvé l’univers du premier, plus intérieur, plus poétique, mais aussi celui du second, plus ouvert sur le monde, plus polémique. Tout s’est mélangé : une rencontre à "Aubervilliers", "Un bal des pompiers", une petite craquette en bord de périph… une "Ramatoulaye" épinglée et une pensée pour ce grand-père tirailleur. Leur construction artistique repose sur une délirante complicité doublée d’une sensibilité partagée.

C’est une rencontre, les deux univers, les deux jeux de guitare, les deux voix réagissent, s’interpénètrent, se répondent. Altérité, mon amour ! Ces deux là ne sont pas complémentaires, Ils ne s’associent pas… c’est autre chose, c’est au-delà de tout ça… C’est de l’interculturel en musique ! Il y a une plus value dans cette création, une nouveauté née de la rencontre. C’est aussi pour le public une invitation, un prêté pour un rendu net et précis. Nos deux gars "ne jouent pas les starlettes, ne portent pas de lunettes de soleil, ne posent pas dans les magazines" – on nous la Ferrat pas – mais en toute simplicité sont parvenus à devenir ce qu’ils sont, ensemble, sans "Tentatives ratées", chapeau bas !

Fred se revoit sortir enthousiaste du concert et attendre longuement pour, comme de très nombreux spectateurs, acheter l’album La place de l’Autre et le faire dédicacer. C’est finalement à 14h30 qu’il a rejoint le centre du village Paroles et Musiques pour avaler une barquette de frites bio et un bol de nouilles au gras. Il aura manqué quelques chansons du concert suivant en prenant son temps avec Pitiot et Batlik, mais il savait que musicalement, sa journée était déjà réussie, quoi qu’il advienne…

A fond maintenant dans sa marche forcée de nuit, à quelques centaines de mètres de sa voiture, Fred se dit que ce premier concert de midi a largement orienté sa journée, l’entrainant vers des chemins de traverse pour poursuivre les découvertes et les bonnes surprises. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé en fin d’après-midi face à la scène du Conseil Général pour découvrir BATpointG. Voilà un petit gars à suivre ! Cet "Homme Akkordéon", à mi-chemin de la chanson réaliste et des musiques actuelles, malgré ses onze kilos d’instrument radiateur sur le dos, a envoyé une bonne dose de Chanson réaliste / Hip-hop / Electronique au public du village. Accompagné d’un batteur pour l’occasion et de Mell – tiens encore elle ! – sa prestation a ravi Frédéric et les festivaliers. Fred a même trouvé trop court cette rencontre de musette et de boites à rythmes… Assis en terrasse du bar du village avec deux acolytes, il négociait avec lui-même après ce concert. La journée lui semblait faite pour des moments incongrus, il pousserait le vice jusqu’au bout et quitterait pour la soirée le festival, pour découvrir le festival off dans les bars de la ville. Ce soir, il jouerait au festivalier clandestin et prendrait la direction du Lipopette Bar pour le concert solo de Mell – toujours elle ! Un sandwich, un bout de la soirée hilarante d’Entre 2 Caisses et de Chanson Plus Bifluorée, et il prenait la route en début de soirée, pour le Lipopette Bar !

23 h passées, perdu dans le fil de ses pensées, Fred manque de griller un rouge. Quatre points et une amende pourraient largement entamer son enthousiasme de fin de journée. D’autant que cette course nocturne lui coûte déjà une crampe au mollet et une lanière de tong éclatée dans la dernière ligne droite… Il doute que son pass festival puisse convaincre la maréchaussée de la légitimité de sa conduite un peu rapide. Il lève le pied, perd de nouveau sa tong cassée. Il se dit que vraiment il va être en retard. Mais il ne regrette pas, le concert de Mell au Lipopette valait le détour…

Il a "croisé sa grimasse au coin de la rue", une rue piétonne de Saint-Etienne. Elle roulait sa clope devant le bar après ses derniers réglages son. Puis Mell est parti avec Thomas le patron pour un Kébab en tête-à-tête… Quel salaud ce Thomas ! pensait Fred. Il se dit que peut-être Mell faisait cela pour le rendre jaloux… possible. Fred assuma cet affront avec tout le détachement de fan de la première heure dont il était capable.

A son retour, dans la plus grande simplicité, Mell s’est branchée, a allumé son ampli et démarré son show dans le bar plein à craquer… "Qu’est-ce qu’on rigole !". Elle a remué le public qui, petit à petit, décollait avec elle, à grand coup de butoir sur sa guitare. Mell, seule, déploie encore davantage toutes ses facettes, un peu fille, un peu punk, un peu Mano, un peu Janis, un peu Dalida – mais là Mell je ne suis quand même pas sûr – se dit Fred… Faut pas la laisser seule cette Mell, elle fait que des bêtises… She ate all the chocolate, son corps se tord, "ce corps mourant qui plane sur l’océan". Fred la suivit dans tous ses détours, du "5 rue Saint-François" au "2508 de l’Avenue Kennedy", la folie nous a guettés, frôlés de près !

Le bar s’est rempli jusqu’à se tendre à l’extrême, voilà un off qui a de la gueule ! L’énergie sauvage se propageait d’autant mieux. La guitare tenait bien la tension et Mell la pression – qui d’ailleurs était bien bonne dans ce rade, particulièrement cette pinte de brune, remarquait Fred, toujours fin observateur... Le problème des concerts réussis et bondés réside dans le fait que les spectateurs aiment faire durer le plaisir, bien au-delà de la fin, et qu’en tong, il n’est pas facile de se frayer un chemin vers la sortie… Et voilà comment on se retrouve, heureux mais essoufflé, à battre son record personnel de course en tong, à 23h dans les rues de Saint-Etienne !

Claquant la porte de sa Twingo garée à la va-vite sur le parking devant le Magic Mirror, Fred se dit que ces journées de culture buissonnière ont du bon, mais sont physiquement plus engageantes qu’une soirée Age tendre tête de bois !

Allez, arrête de penser Fred, et cours, Alexis HK ne t’a pas attendu !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Belle ville de Alexis HK
La chronique de l'album L'homme du moment de Alexis HK
La chronique de l'album Les Affranchis de Alexis HK
La chronique de l'album Le Dernier Présent de Alexis HK
La chronique de l'album Comme un ours de Alexis HK
Alexis HK en concert à l'Espace Vauban (29 avril 2005)
Alexis HK en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Alexis HK en concert au Festival Les Inrocks 2005
Alexis HK en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Alexis HK en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Alexis HK en concert au Casino de Paris (mercredi 19 juin 2013)
L'interview de Alexis HK (29 avril 2005)
La conférence de presse de Alexis HK (9 juillet 2005)
La chronique de l'album Juste une note de BATpointG
Billie en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2014 - Les iNOUïS
La chronique de l'album C'est quand qu'on rigole de Mell
La chronique de l'album Western Spaghetti de Mell
La chronique de l'album Relation Cheap de Mell
La chronique de l'album Déprime & Collation de Mell
Mell en concert au Zénith (30 mars 2006)
Mell en concert à la Salle des fêtes (6 octobre 2007)
Mell en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Mell (janvier 2008)
L'interview de Mell (8 février 2010)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Paroles et Musiques
Le Myspace du Festival Paroles et Musiques

Crédits photos (sauf Batlik & Thomas Pitiot) : Jérôme Pourrat
Crédits photos Batlik & Thomas Pitiot : Laurence Rigaudon & Cyril Hortala


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mell (28 mars 2011)
Mell (8 février 2010)


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=