Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
D.U.O. - Geoffroy Barthelemy & Alcatraz - Keirda 2.0 - Soole - Blacklarsen - Les Tit’Nassels - Les Ogres de Barback - Têtes Raides  (Saint-Etienne)  vendredi 3 juin 2011

Carnet de bords de scènes #2 (2/2)

Frédéric s’était pourtant réveillé de bonne humeur ce vendredi matin. Il s’était couché hier de parfaite humeur, ravi de sa journée. Il était arrivé pendant la première chanson d’Alexis HK et a pu profiter pleinement du concert. La grande classe. La chemise impeccable, le verbe propre, la voix tranquille, le sourire aux lèvres, Alexis a du métier.

Seul à la guitare face au Magic Mirror, il a littéralement retourné le public et avancé avec lui sautillant de mots en mots, de notes en notes. Fred au moment du café du matin, se revoit boire les paroles d’Alexis HK : "C’que t’es belle", "La maison Ronchonchon", "Gaspard" le nain, "Mitch"… Une ambiance posée, un jeu de guitare assuré mais qui, par modestie, se contente de soutenir le texte, des mots qui sonnent justes… Que demander de plus ? Peut-être que cet ivrogne au bar qui se prend pour le pivot de la soirée fasse un peu moins de bruit qu’Alexis HK ? Allez, un petit "Comme une vierge", célèbre morceau de Georges Bradonna et l’ambiance est repartie de plus belle. Le mot de la fin revient au maitre de cérémonie : "Je me suis senti parfois un peu seul sur scène, mais c’est le jeu quand on est en… solo !". Merci Maître.

Comment ne pas se réveiller de bonne humeur et arriver plein de joie au concert de D.U.O. à midi après ça ? Et pourtant… Deux anciens Wriggles pour une formule D.U.O., et pourtant… De l’expérience, deux beaux interprètes, une jolie chemise… et pourtant. Ça colle pas ! Fred s’ennuie… Il attendait pourtant ce concert avec impatience, s’imaginant une bonne tranche de rire, une bonne dose de bonne humeur, mais non, ça ne colle pas… Il y a bien au milieu quelques bons mots, quelques morceaux très réussis, mais l’ambiance ne décolle pas. Nos deux artistes sur scène en rajoutent, usent leur concept de mise en scène jusqu’à la corde… et tout ça sonne un peu faux. Fred a du mal à y croire, à entrer dedans… Plus le public s’éloigne et plus le groupe en rajoute, et plus le groupe en rajoute, et plus le public s’éloigne… Fred accueille la fin du spectacle avec soulagement, un peu déçu de ce rendez-vous manqué. D.U.O. a certainement du potentiel, mais le projet n’est aujourd’hui pas assez abouti pour se frotter aux moments forts des jours précédents… Une autre fois peut-être.

Au moins Fred ne traine pas aujourd’hui et rejoint vite le village pour manger sans délai. Il sait en toute objectivité que plus le festival avance, plus il devient difficile de le séduire. Cet après-midi sera donc consacré à se reposer l’esprit et les oreilles, en papillonnant sur les différentes scènes pour la carte blanche au Fil. La salle de spectacle bien connue propose aux festivaliers un certains nombre de groupe de la région. Fred se promène donc pour picorer à loisirs : Geoffroy Barthelemy & Alcatraz, Keirda 2.0, Soole, Blacklarsen. Il profite de l’après-midi pour se ressourcer un peu, discuter à droite à gauche et se préparer pour LA grosse soirée du festival, le troisième Zénith de la semaine : Les Tit’nassels, Les Ogres de Barback et Têtes Raides !!! Une affiche qui impose le respect et oblige à soigner sa condition de festivalier, pour jouir au mieux de l’évènement.

C’est fou comme on peut être étonné par une telle soirée et se tromper sur toute la ligne ! Fred pariait encore, quelques minutes avant de rentrer dans le Zénith, sur le fait que les Ogres réunissaient toutes les conditions pour profiter de cette scène avec un gros décor, de nombreux instrument, une énergie débordante…

Il est néanmoins plus inquiet pour Les Tit’NAssels… Comment vont-ils s’en sortir tous les deux sur cette scène énorme qui en a aplati plus d’un ?

Fred ne restera pas sceptique bien longtemps, le duo roannais bien connu joue la carte de la simplicité et du plaisir. Pas de surenchère inutile, pas d’artifices opportunistes, on joue, on se marre et on profite. Et dans le public, ça fonctionne : on écoute, on chante, on se marre et on profite à l’unisson. Rarement un début de soirée au Zénith a dégagé une telle ambiance et rarement une coiffure a été aussi aérodynamique – est-ce pour profiter du vent en poupe ? Axel et Sophie réussissent leur pari et prouvent que l’authenticité et le plaisir de jouer fonctionnent aussi dans les plus grandes salles, sans nécessairement demander un show à l’américaine. Ils partagent, devant les yeux ravis de Fred, leurs tubes, leur coup de cœur, leur pointes d’humour, une chanson avec les Ogres et la joie d’être ici. C’est très réussi ! C’est une vraie performance, qui rappelle que ces deux là sont à classer parmi les groupes qui comptent.  Chapeau les pTit’ !

Autre groupe qui compte : Les Ogres de Barback. Fred les connaît par cœur et attend du lourd… Gros décor, grosse mis en scène… Il observe avec attention la structure métallique qui se dresse sur scène, les instruments installés… et le concert commence. Les musiciens excellent, chacun passant d’un instrument à l’autre. La structure métallique impressionne et évolue. Frédo le chanteur s’installe au cœur de la structure, comme en cage le temps d’un morceau. Une fée surgit, voltigeant le long d’un ruban le temps de deux chansons. Ça vole, ça plane. Les veilles chansons croisent les nouvelles. La structure avance d’un mètre en direction du public, quatre techniciens s’affairent à descendre une barre et à y attacher une corde. Pléthore de remix pour l’occasion.

La Mano Négra croise "Une grosse tortue", "La Manche" se fait en rap ! Les Ogres sont toujours là où on ne les attend pas, ce n’est donc pas étonnant que parfois on ne les trouve  pas. Fred s’est perdu dans le concert, n’y trouvant aucun sens. Trop de tout. Un son moyen, une voix qui peine à tenir la longueur et on perd l’essentiel… Dans les tournées précédentes, la mise en scène des Ogres servait le message et la musique. Aujourd’hui Fred ne sait pas ce qui est au service de quoi… A quoi sert au final cette structure ? Pourquoi avance-t-elle ? Pourquoi tant de temps pour un numéro de voltige qui arrive comme une trapéziste dans un jeu de quille ? Quid de Frédo qui fait un saut à l’élastique dans le noir et qu’on remarque à peine ? Nous sommes proches de la dysneylandisation du spectacle musical, lorsque la mise en scène prend le pas sur la musique, sans lien avec elle.

Allez, c’est loupé pour ce coup là, Fred est un peu déçu mais comprend aussi que pour un groupe en perpétuel recherche de renouvellement, de rencontres, de nouveautés, il faut sans cesse innover, tester, proposer, et qu’il est bien normal que dans ce processus de création, certaines voies soient parfois plus stériles que d’autres. Fred reste ainsi en fin de concert fidèle au groupe et souhaite à toute la famille Burguière, et à Fredo son chanteur en particulier, santé, bonheur et de nouvelles aventures à dévorer avec un appétit d’Ogres ! Content de ce bon mot, il compte sur l’expérience et l’authenticité des Ogres de Barback pour bifurquer prochainement sur un chemin fertile et prometteur.

Prometteur est le dernier album des Têtes Raides, prometteur est la tournée. Aucune déception à l’horizon. Fred vit un concert magique à chaque seconde, comme il ne l’avait plus vécu depuis longtemps, comme il n’en avait jamais vécu au Zénith. Aucune fioriture, aucun artifice. Les artistes sont les oiseaux mazoutés du bord de mer. Le public houleux se balance. Ses vagues se cassent sur les lèvres de Christian Olivier. Le Zénith tremble. Nous sommes en suspension, portés par la voix puissante, mécanique, maitrisée. Les chaines vocales raclent dans la gorge usine. Les poulies nous remontent la plus belle pêche de la soirée.

Ce soir la mer n’est pas que de l’eau. "Ginette" est notre phare dans cette Ode à la nuit ! Injectons-nous les flammes de la transe… Tout se mélange : "Emma" ne sait pourquoi, "Gino" est là…  Salut "Gérard", j’ai des trous dans le dos, et… "Paris c’est Bamako" !

Et comme quand l’un manque à l’appel, cent ans après, coquin de sort, il nous manque encore, le plus bel hommage du moment est lancé à la mer : "Le 10 janvier 2010 s’éteignait un garçon qui disait : "J’ai tellement parlé de la mort, que j’ai cru la noyer, la submerger de ma vie, l’emmerder tant et tellement, qu’elle abandonne l’idée même de m’emmener avec elle… Monsieur Mano Solo !" Qui a croisé la route une fois de Christian ou Mano mesure le poids de cette déclaration d’amitié, qui vous retourne les tripes et vous tire les larmes que le monde entier n’a pas chialé. Putain "la vie, c’est pas du gâteau !". Merci Christian Olivier ! Merci Têtes Raides. Merci Paroles et Musiques.

Fred sort du Zénith sur un nuage et termine la soirée en apesanteur… "Ode à la nuit qui me remplit / J'y brûlerai en plein midi / Ode au matin qui me retient / J'irai demain en l'an demain"… A demain !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Minuit dans tes bras de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album Nous vieillirons ensemble (Live à la Gaîté Lyrique) de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album Ici et là-bas de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album They Sound like a tank even if they are a duo de Archi Deep
La chronique de l'album Ravel, Franck, Ligeti, Messiaen de Duo Gazzana
DUO en concert à La Péniche (mercredi 27 février 2013)
DUO en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
DUO en concert au Festival Les Mots de Travers(e) - Edition 2014
Les Tit'Nassels en concert au Festival Foreztival 2011 (7ème édition)
La chronique de l'album Terrain Vague des Ogres de Barback
Les Ogres de Barback en concert au Cirque Royal (8 mai 2004)
Les Ogres de Barback en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Les 3 éléphants
Les Ogres de Barback en concert au Festival du Bout du Monde
Les Ogres de Barback en concert au Fil (12 mars 2009)
Les Ogres de Barback en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
L'interview des Ogres de Barback (mai 2004)
L'interview des Ogres de Barback (13 octobre 2005)
La chronique de l'album Fragile des têtes raides
La chronique de l'album Banco des Têtes Raides
La chronique de l'album Corps de mots de Têtes raides
La chronique de l'album Les Terriens de Têtes Raides
Têtes Raides en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Têtes Raides en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Têtes Raides en concert au Festival des Terre Neuvas à Bobital (Galerie photos)
Têtes Raides en concert au Zénith (30 mars 2006)
Têtes Raides en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Têtes Raides en concert au Festival Class'Rock 2006
Têtes Raides en concert à La Maroquinerie (26 novembre 2007)
La conférence de presse des Têtes Raides (9 juillet 2005)
L'interview des Têtes Raides (24 mars 2006)
L'interview de Têtes Raides (vendredi 12 avril 2013)
L'interview de Têtes Raides (lundi 17 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Paroles et Musiques
Le Myspace du Festival Paroles et Musiques

Crédits photos (sauf D.U.O.) : Jérôme Pourrat
Crédits photos D.U.O. : Laurence Rigaudon & Cyril Hortala


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Geoffroy Barthélemy et Alcatraz (8 janvier 2010)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=