Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Pierre Lapointe - Les Joyeux Urbains - Oldelaf - Mathieu Boogaerts - Syd Matters - Medi - Bernard Lavilliers - Benjamin Paulin  (Saint-Etienne)  dimanche 5 juin 2011

Carnet de bords de scènes #3 (2/2)

Le champagne coule à flot. Ce vingtième festival se termine. Entouré d’amis Fred papote. L’heure est au bilan. En président de son propre jury, Fred s’annonce à soi-même : dans la catégorie soirée historique, le prix revient à la soirée Vingt Ans Vingt Artistes, pour la soirée Zénith pas de doute, première place aux Têtes Raides.

Pour les révélations, la chose est plus délicate… Les concerts à l’Ephémère sont toujours des morceaux de choix… Disons une Palme d’or pour Batlik, un Ours d’or pour Pitiot, un prix du jury pour Les Joyeux Urbains et un Oscar pour Pierre Lapointe.

Pierre Lapointe… Fred est encore sous le charme du concert de midi. Superstar au Québec, Lapointe n’est que peu connu en hexagone, où il se déplace pour quelques dates, seul au piano. Heureusement il s’est arrêté ici, à Paroles et Musiques !

Pierre Lapointe est un poète dépressif à l’humour corrosif contagieux. C’est son créneau. Ses textes sont ciselés, ses doigts semblent avoir été créés en même temps que le piano et sa verve lui assure l’adhésion quasi immédiate du public. Le set intimiste tourne et est bien rodé. Un album live est déjà enregistré et marche fort.

Les entre-chansons fonctionnent à merveille et permettent au public d’entrer plus aisément dans l’univers de chaque chanson. Passant des rires légers aux situations graves, nous "mourrons ensemble", nous nous enivrons "Aux bars des suicidés", nous les enfants fœtus, nous attendons cette renaissance, en pays inuk avec Elisapie Isaac, avec Madame Emilie l’hermaphrodite… Des personnages peu communs pour un concert peu commun. Une belle découverte qui n’a pas fini de nous surprendre !

Fred laisse son esprit vagabonder lorsque le danger se fait sentir ! Coincé au fond de la banquette, il ne peut plus fuir… Floriane est de retour ! Il l’avait évitée pendant trois jours, mais elle l’a retrouvé et veut, elle aussi, déballer sa journée et ses impressions… Fred est sa cible. Elle le coince, le prend en otage et lui raconte sa journée de concert, à lui et à toute la table, qui se demande bien ce qui vient de lui tomber dessus : "Le groupe Les Joyeux Urbains, pour ceux qui ne connaissent pas, est formé par quatre musiciens, tous plus déjantés les uns que les autres.

Musique typique de la chanson française, avec guitares et beaucoup de paroles, certes, mais avec avant tout un humour désopilant dans toutes les chansons et les histoires racontées par les musiciens.

C’est ainsi que l’on a essayé, non sans mal, de comprendre les ventilateurs, de faire de la country en yaourt, ou encore de chanter du tragique sur une musique drôle, avec un remix très personnalisé de "Ne me quitte pas" de Jacques Brel. En bref, un spectacle aussi bien musical que comique, qui a ravi le public du début à la fin. Une petite note pour le talentueux Arnaud Joyet, qui a fait lors du concert quelques chansons en solo remarquées".

Fred acquiesce. C’est vrai que le concert était vraiment énorme. C’est incroyable que si peu de salles ou festivals les programment et qu’après 17 ans d’existence, ils galèrent à sortir leur dernier album…

Quel paysage musical courageux et diversifié ! Peut-être que si Mathieu Chedid les parrainait…

Fred n’a pas le temps de poursuivre sa rébellion du moment, Floriane enchaine : "Après le succès remporté par les Joyeux Urbains, c’est Oldelaf qui a pris le relais. Tout de suite, j’ai observé quelques similitudes étonnantes entre les deux groupes, avec la même chanson de début "Je suis de retour" (sans doute l’ont-ils composée exprès), mais aussi le même genre de chanson loufoque sur les chiens.

Quoi qu’il en soit, Oldelaf représente un bon groupe de chanson française, même s’il me semble parfois manquer d’originalité, et peut-être aussi un peu de Monsieur D. Quelques chansons sont tout de même sorties du lot, comme l’hilarante tentative de faire une chanson remixée, non pas par les machines, mais par leur voix. Malgré tout, le public a gardé sa bonne humeur et n’a pas hésité à se lever et à essayer (je dis bien essayer) de sauter en rythme, et c’est ça l’important !".

Fred tente une sortie : "qui prend une bière ?". Floriane répond : "J’ai continué ma soirée à l’Ephémère par de la bonne chanson française, grâce Mathieu Boogaerts. Accompagné par un bassiste surnommé "Zaf Zaf" (Zaf Zapha), l’artiste a été égal à lui-même : simple, drôle, touchant. Mathieu Boogaerts, c’est avant tout un mec sympa, qui aime ce qu’il fait, ne se prend pas la tête et reste naturel (même quand il tousse accidentellement…). Alors oui, peut-être qu’il est un peu minimaliste et que ses chansons ne veulent souvent rien dire, mais on a apprécié la bonne humeur qu’il sait propager dans le public, son bel accent français lorsqu’il chante en franglais, la chaleur de sa voix, et le charme qu’il dégage dans ses mimiques et ses déhanchés. Son duo avec le bassiste a apporté également beaucoup au concert, par la symbiose et la simplicité qui se dégageait entre les deux musiciens".

Fred essaie de négocier avec son voisin, prétextant un besoin urgent de soulager sa vessie. Big Brother est de nouveau en marche : "Après un bref entracte, le concert de Syd Matters était très attendu par nombre de groupies qui n’ont pas hésité à hurler dès leur apparition (bon d’accord j’en fais peut-être partie…). Ah, c’est sûr, Syd Matters nous a fait voyager. Voix chaude, morceaux doux qui montent en puissance, musique rock, tous les ingrédients étaient réunis pour faire un concert exceptionnel.

Et il faut d’ailleurs rajouter que Syd Matters, ce n’est pas seulement un artiste (Jonathan Morali), c’est aussi et surtout un groupe. Les musiciens avaient tous une grande place dans le concert, et s’échangeaient même fréquemment et avec brio les instruments entre eux. Le groupe a été exactement à la hauteur de ce que l’on attendait de lui, et a réussi à mettre une fois de plus le public en transe. Oui, ceci est une déclaration d’amour, Syd Matters je vous aime !".

Fred a réussi à se faufiler sous la table en direction du bar pendant qu’elle terminait en parlant du dernier concert de la soirée : Medi. "Dès leur arrivée sur scène, les cinq musiciens ont créé une ambiance particulière : cheveux longs bouclés, lunettes de soleil style Ray-ban, slims en jean, on se serait cru de retour dans les années 60 ! Conseil du jour : si vous voulez plaire aux filles, faites la même chose ! Dans la lignée de Charlie Winston avec lequel il a collaboré, Medi, on peut le dire, a fait crier les filles ! Et il faut bien avouer qu’il a une belle voix un peu cassée, une excellente présence qui charme le public, et des musiques énergiques qui font danser. Bon après, c’est sûr qu’il faut aimer…".

Fred se dit qu’heureusement qu’elle ne pouvait pas être à deux endroits à la fois, car si elle avait du raconter le concert de Bernard Lavilliers, le mythe aurait dépassé la légende… ou l’inverse… Ah Bernard… Une bonne soirée au demeurant. Une première partie sympa avec Benjamin Paulin venu occuper l’espace, avec un mélange de Rock, de Rap, de Chanson Française. Fred s’amuse à observer le Zénith assis qui attend la star du jour impatiemment. Dur dur Paulin… C’est un public de grands adulateurs. Quand Bernard apparaît sur scène, ce sont toutes les chaises qui volent, tout le Zénith qui se met debout et la fosse qui se fait envahir. Les photographes piétinés gémissent, la foule lève les bras au ciel. Le Stéphanois est de retour parmi les siens !

Concert carré, musiciens exceptionnels, c’est propre : des tubes, des causes perdues sur musiques tropicales… Cause toujours, c’est gagné d’avance ! Le public est acquis à la cause de leur Lavilliers. Celui de Saint-Etienne, celui de l’usine d’à côté, celui de New-York, celui d’Amérique du Sud, le prolo, l’aventurier… De ses mains d’or il bat l’acier tant qu’il est encore rouge, et ça marche. Le dernier album est bien accueilli et les bonnes vieilles mélodies sont attendues – "On The Road Again", "Noir Et Blanc", "Stand The Ghetto", "Etat Des Lieux", "Melody Tempo Harmony", "La Salsa"… Un superbe cadeau pour les fans. Un sacré concert de deux heures pour les autres, mais qui ne s’offre pas si facilement. Fred qui n’est pas spécialement un admirateur, apprécie le moment musical mais n’est pas touché plus que ça. Les fans prennent tout en bloc, le personnage – celui qui a tout vu, tout fait, tout créé – la prestation et se régalent. Après, de l’extérieur, savoir qui de Bernard ou de la poule a fait l’œuf… Bernard Lavilliers a créé son public, son public a créé Bernard Lavilliers et ils se le rendent bien.

Fred est devant le Magic, prêt à rentrer. Le festival est terminé. Comme beaucoup il attend la 21ème édition et patientera en relisant les chroniques sur froggydelight.com, encore et encore… Il se dit que c’était important d’être là, de soutenir ce festival, les festivals. Que c’est un véritable moment de création culturelle. La création culturelle, ce n’est pas seulement la réalisation artistique, c’est aussi ce qui est créé entre les hommes, ce lien, ce socle que l’on partage. Dans ces lieux, ces moments, on crée de la culture, car on crée des espaces de vie dans lesquels chacun – artiste, spectateur, homme, femme, idiot ou intellectuel – se côtoient, échangent, se rencontrent. Un festival n’est pas une succession de concerts. Un concert n’est pas une succession de chansons. Une chanson n’est pas un produit commercial. Partant de là… n’est-ce pas utile, chacun à son niveau, de se battre pour faire exister et vivre tout ça ? Fred en rentrant se promet, tout comme ces autres festivaliers, ces bénévoles, ces artistes, ces techniciens, ces organisateurs, d’être là encore l’an prochain, pour toute ces raisons et sûrement bien d’autres encore… et d’ici là, faisons-nous tous plaisir à notre tour, en envahissant les festivals à venir, à la recherche de ces tranches de vie musicale… Ce sont des pépites dont nous avons tous besoin !

Allez Fred, bon vent ! Bon vent Paroles et Musiques ! Et rassure-toi : pour tout bagage on a vingt ans, et… en cherchant nos cœurs d’militants, on s’dit qu’on a toujours vingt ans !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La forêt des mal aimés de Pierre Lapointe
Pierre Lapointe en concert à L'Aéronef (mercredi 17 mars 2010)
Pierre Lapointe en concert au Festival Paroles et Musiques #27 (édition 2018)
La chronique de l'album Devant des gens des joyeux urbains
La chronique de l'album Le Monde est beau de Oldelaf
La chronique de l'album Michel de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album I Love You de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album Mercredi ! A La Java ! de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album eponyme de Mathieu Boogaerts
La chronique de l'album Promeneur de Mathieu Boogaerts
Mathieu Boogaerts en concert à la Salle Jacques Brel (18 octobre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert au Trianon (1er décembre 2003)
Mathieu Boogaerts en concert à la Salle Desbonnet (samedi 18 juin 2011)
Mathieu Boogaerts en concert à la Maison Folie Beaulieu (mercredi 31 octobre 2012)
Mathieu Boogaerts en concert au Grand Mix (mardi 14 mars 2017)
La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Trianon (1er février 2006)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )
La chronique de l'album eponyme de Medi and The Medicine Show
Medi en concert au Nouveau Casino (8 novembre 2005)
Medi en concert au Triptyque (15 novembre 2006)
Medi en concert à La Maroquinerie (25 janvier 2007)
Bernard Lavilliers en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (dimanche)
Bernard Lavilliers en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
La chronique de l'album L’homme moderne de Benjamin Paulin
La chronique de l'album 2 de Benjamin Paulin

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Paroles et Musiques
Le Myspace du Festival Paroles et Musiques

Crédits photos (Bernard Lavilliers et Benjamin Paulin) : Cyril Hortala
Crédits photos (sauf Bernard Lavilliers et Benjamin Paulin) : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala & Lauriane Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=