Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dernier coup de ciseaux
Théâtre des Mathurins  (Paris)  juillet 2011

Comédie policière interactive de Marilyn Abrams et Bruce Jordan, mise en scène de Sébastien Azzopardi, avec Domitille Bioret, Romain Canard, Réjane Lefoul, Yan Mercoeur, Bruno Sanches et Olivier Soliveres.

Jamais deux sans trois pour le tandem Sacha Danino-Sébastien Azzopardi, dont l’écriture à quatre mains a déjà amplement démontré son efficacité et porté ses fruits avec les deux best-sellers théâtraux que furent "Le tour du monde en 80 jours" et "Mission Florimont".

En effet, avec "Dernier coup de ciseaux", ils abordent, de manière d’autant plus réussie qu’il n’est pas exempt de risque s’agissant du registre de l’humour à l’américaine qui ne fait pas dans la dentelle, le nouvel exercice qu’est celui de l’adaptation d’un triomphe pérenne, indestructible et mondial depuis 1978, "Shear madness", une comédie policière interactive inspirée à Marilyn Abrams et Bruce Jordan par une murder party imaginée par un psychologue allemand comme base d’étude comportementale.

Conçue en deux parties gigognes, la partition comprend comédie débridée et potache reposant sur la caricature de personnages archétypaux et un jeu interactif avec le public consistant à démasquer le coupable, celui-ci parvenant, sans porter à la boutonnière le dogme brechtien, à concrétiser le fantasme récurrent tenant à la suppression du fameux 4ème mur.

Dès lors, la réussite de ce type de spectacle tient à deux composantes essentielles et, en l’occurrence, satisfaites que sont la trépidance de la mise en scène de Sébastien Azzopardi - qui est un peu sa marque de fabrique - et une distribution rompue tant à ce genre théâtral qu’à l’improvisation pour rebondir sur les interventions du public en respectant le canevas préétabli prévoyant une pluralité de dénouements possibles, distribution dans laquelle se trouvent une belle brochette de fous furieux qui ont sévi dans les deux opus précités.

Tout se déroule dans le salon de coiffure branché d’un coiffeur gay, ce qui relève souvent du pléonasme et qui, en l’espèce, et ici très très follement gay et survolté en T-shirt et short à ras le croupion jaunes, interprété par Romain Canard qui, plus vrai que nature, délivre une vibrionnante prestation totalement décoiffante, assisté d’une shampouineuse-manucure callipyge sur stiletto dont le cerveau est descendu dans les bonnets D de son wonderbra, pétulamment campée par Réjane Lefoul.

Alors que se succèdent une habituée, une bourgeoise pouet-pouet-je-me-la-pête lectrice de Télérama et habituée des cocktails-vernissages (Domitille Bioret délicieuse) et trois clients de passage, un inquiétant man in black (Yan Mercoeur impassible) et deux blaireaux qui s’avèreront être des policiers (le sous-fifre d’une bêtise crasse proche de la débilité, bien cerné et chargé par Bruno Sanches, et le chef estampillé "le bon sens près de chez vous" excellemment interprété par Olivier Soliveres qui de surcroît constitue l’interface efficace avec le public), la propriétaire et occupante de l’immeuble, une pianiste de renommée mondiale dépressive qui se lâchait sur son instrument à n’importe quelle heure du jour, est retrouvée assassinée.

Le divertissement est assuré et le spectacle est alors autant sur scène que dans la salle résultant de la participation acquise du public avec toutes ses déclinaisons du témoin au délateur, ce qui explique l'intérêt porté par le psychologue, dès lors que sont actionnés certains ressorts ludiques tels que l’addiction au Cluedo et la madeleine du théâtre de guignol où les enfants sont appelés à avertir de l’arrivée du méchant.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été

Une édition plus légère cette semaine, 15 août oblige c'est la période creuse pour l'actualité culturelle tandis que chacun vaque à ses occupations estivales de plage en plage, de festival en festival. Voici le mini sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Au théâtre :

les spectacles de l'été parisien avec :
les nouveaux venus :
"Road Trip" au Théâtre Le Funambule-Montmartre"
"Gustave Eiffel en Fer et contre Tous" au Théâtre Le Bout
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges

"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

"Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise " à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Mary Shelley" de Haifaa Al Mansour
"L'Age d'or des ciné-clubs" de Emanuela Piovano

Lecture avec :

"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
et toujours :
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=