Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
Sonic Machine - Lhasa - Hugues Aufray - Thomas Fersen - Ilene Barnes - IAM - Kings of Leon - Muse  (Carhaix)  25 juillet 2004

C'est déjà dimanche - alors bon dimanche, sous vos applaudissements - le soleil a un peu calmé ses ardeurs et c'est pas plus mal. La plupart de mes amis photographes ont grillé au soleil comme des sardines sur un barbecue et les nuages sont accueilli comme une pause, un vrai confort, d'autant qu'aujourd'hui la journée s'annonce encore une fois chargée, avec le concert de Muse en point d'orgue.

Pour le moment j'ai rendez-vous avec Dominic Sonic et son nouveau groupe Sonic Machine. Je connais mal mais je ne demande qu'à découvrir.

Formation rock, basse, guitare, batterie et Dominic à la guitare (Takamine accoustique) et au chant. Et puis un double micro et ce drôle d'engin muni d'une antenne, mais après Emilie Simon et ses sons merveilleusement triturés, malaxés, synthétisés, je demande à voir ou plutôt à entendre.

Autant le dire tout net, Sonic Machine est une des bonnes surprises de ce festival. Le groupe vogue de ballades cool en titres plus chauds, avec une omniprésence des guitares et la voix soutenue de Dominic. La distorsion du son est habilement menée par la main de Dominic qui frôle l'antenne de son boîtier, ce qui ajoute encore un peu à la théatralisation du concert.

Au final, on ressort du concert de Sonic Machine les oreilles pleines de bons sons pour un set qui s'est avéré un poil trop court, mais en festival c'est la régle. Bref, la machine de Dominic Sonic, c'est bon pour vos oreilles.

Etrange personnage que Lhasa. Cette fille qui ne se contente pas d'être belle et sensuelle est aussi énigmatique.

Elle parle couramment plusieurs langues et on dirait qu'elle entretient savamment le mystère autour de ses origines. Musicalement, c'est un peu pareil et je dois avouer que c'est très déroutant...

L'environnement musical de Lhasa n'est pas clairement défini, impossible de lui coller une étiquette. Le plus drôle c'est que tout le personnage suit, dans un vrai mimétisme physique, Lhasa est portuguaise lorsqu'elle entonne un chant aux accents douloureux du fado, les poings crispés sur son visage, Lhasa est brésilienne lorsqu'elle aborde les rythmes sud américains.

Et si c'était ça, au fond le secret de Lhasa ? Cette femme n'est de nulle part, parce qu'elle est de partout. C'est cela sans doute son secret. Lhasa est une chanteuse du monde, liant toutes les influences et toutes les cultures. C'est ce qui fait qu'au bout du compte les festivaliers lui ont réservé un accueil triomphal. Et amplement mérité.

Hugues Aufray est un chanteur populaire, dans le sens vrai du terme. Pas convaincu ? Il fallait croiser du côté de la scène Kerouac, vingt minutes avant le début du concert pour effacer toute ambiguité. Ils sont tous là, venus en famille, jeunes, moins jeunes pour réserver l'accueil qui va bien à celui qui a accepté - non sans réticences - de remplacer Adamo au pied levé.

Oui, parce qu'il a un foutu caractère, le gars Aufray, ceux qui ont assisté à sa conférence de presse - j'en étais - peuvent en attester, ça valait son pesant de cacahuètes mais qu'importe.

On n'oublie pas que c'est Hugues Aufray qui a permis au plus grand nombre de découvrir, bien avant les autres, Dylan en traduisant ses textes dans la langue de Molière.

Bon, le personnage est un peu bouguon, souvent moqueur, parfois cynique quand il évoque "sa session acoustique", avec lui il y en a pour tout le monde, une chanson pour les agriculteurs condamnés par les pressions européennes, une chanson pour les marins péris en mer, bref, Hugues ratisse large et ça fonctionne.

Et puis le répertoire est tellement vaste qu'il suffit de taper dans le stock : des titres comme "Céline" ou "Adieu Monsieur le professeur" que tout le monde a un jour fredonnés ou l'inévitable Santia-a-no avec l'intro au biniou de circonstance. Le show se termine mains levés, le public est heureux, Hugues Aufray tient son triomphe et après tout, ça n'est que justice. Il en rêvait depuis longtemps, les Vieilles Charrues l'ont fait !

Avec l'inénarrable Thomas Fersen, on passe le grand braquet et à la vitesse un cran au dessus. Car Thomas c'est du spectacle vivant, le meilleur de la chanson française, textes et musiques, sur un ton absolument déconnant. Thomas Fersen a la décontraction d'un Dutronc et le génie d'écriture d'un Gainsbourg. Un peu plus de dix ans après la sortie de son premier album, sa victoire de la Musique catégorie Révélation de l'année, le chouchou du Printemps de Bourges et des Franco est en vedette aux Charrues.

Initialement programmé en début de soirée, Thomas a accepté de décaler son set pour permettre aux marseillais de Iam d'arriver à la scène dans les délais.

Classieux et gentleman, mais ça on le savait déjà. C'est donc un Fersen éblouissant, plein de malice et de drôlerie qui investit la scène Glenmor et qui en deux ou trois titres emballe le public et le renverse comme une tarte tatin. Thomas Fersen est définitvement savoureux, à consommer sans aucune modération.

Il suffit de croiser le regard d'Ilene Barnes pour savoir que cette fille en impose - dans tous les sens du terme - et qu'elle n'est pas du genre à s'en laisser conter, compter non plus d'ailleurs. Ilene Barnes est une fille hors pair, totalement imprévisible.

En 2000 après avoir sorti un premier album dans une major - une major c'est le rêve de tout artiste après tout - elle tire sa révérence et va voir ailleurs si le feeling est meilleur. Il l'est. Ilene Barnes signe avec une petite compagnie à taille humaine où elle se sentira regardée pour ce qu'elle est et pas pour le potentiel qu'elle représente. Risky business ? Certes. Mais la fille est comme ça, droite dans ses bottes.

Revenons au regard, donc, que j'avais croisé l'espace d'un instant, à l'Espace Vauban où Ilene avait donné, il y a quelques mois de cela, un concert d'anthologie.

C'est ce regard vif et clair que je retrouve sur la scène Kerouac. Ilene est filmée par une télévision anglo-saxonne et s'excuse de devoir parler en anglais alors qu'elle pratique un français parfait. Qu'importe, chassez le naturel, la langue de Molière reviendra très vite s'insinuer parmi les mots en anglais. Ilene commence le show par un hommage a capella à Nina Simone alors il y a cette voix qui monte crescendo, profonde, chargée d'émotion, sensuelle, mélancolique, magnifique.

Le public est sous le charme, ébahi par tant de puissance et de présence. Le set tout entier est de même facture, un frisson parcourt la foule. Jazz, blues, ryhtm and blues, rock. Ilene Barnes sait tout faire, elle est un prodige vocal. Son album "time" est une merveille du genre.

Des marseillais de IAM - comme tout le monde - je garde un souvenir amusé du titre dont toutes les radios FM nous avaient rebattu les oreilles il y a un bail de cela ("je danse le mia") mais je dois avouer que depuis tout ce temps c'est silence radio, hormis en écho de temps à autre quelques engagements politiques sur le thème de la résistance, dans la lignée des toulousains motivés de Zebda.

C'est donc en spectateur brut de pomme que je vois les rappeurs marseillais débouler dans un décor qui semble figurer une village ancien - peut être un quartier de leur Marseille natal ? - et débuter leur set qui va se prolonger au delà du temps réglementaire (rebelle, rebelle...).

Les membres d'IAM finissent leur tournée ici en Bretagne, dans le public on compte quelques afficionados du groupe, même si la majeure partie des kids présents n'ont que le mot "muse" en tête. Les rappeurs marseillais sont des pros et leur show est réglé au millimètre. Les fans sont heureux et après tout c'est ce qui compte, non ?

Kings of Leon, drôle de nom, parcours atypique. Ces p'tits gars sont originaires du Tenessee, trois frères, Caleb au chant, Nathan le batteur, Jared le bassiste et un cousin germain Matthew à la guitare. A l'origine le nom de leur groupe est un hommage à leur grand père. Le père des gamins était évangéliste à l'Eglise Pentecôtiste, toujours sur les routes par monts et par vaux, entre Oklahoma City et Memphis.

Les kids ont fait leur classe dans les églises mais progressivement comme le souligne Caleb avec un brin d'ironie leur gospel à eux ressemblait de plus en plus au son des Rolling Stones. Et effectivement, au premier riff de Nathan, on réalise que les Kings of Leon sont tout, sauf des enfants de choeur.

Ils nous servent un bon gros rock épais mâtiné façon sudiste et on prend ça comme une bonne claque, un de ces upercuts musicaux qui vous scotchent. Dans le public, les fans sont au taquet, grave bourrin.

Sur scène, le quatuor met le feu et on sent une parfaite cohésion dans le groupe, incroyable compte tenu de leur côté juvénile. Pas étonnant à vrai dire, les Kings of Leon jouent ensemble depuis l'âge de sept ans et leur unicité sur scène - leur fraternité - est le ciment de leur groupe. Kings of Leon. Retenez bien ce nom, les trois frangins et le cousin n'ont pas fini de faire parler d'eux !

Voilà on y est. C'est maintenant. Le concert de clôture des Charrues 2004, celui que des milliers de kids attendent depuis des heures, quatre lettres m-u-s-e pour un phénomène qui a déjà largement dépassé toutes les frontières. Une réputation qui n'est nullement usurpée, tant le chanteur de Muse - Matthew Bellamy - cumule les qualités qui font de lui un excellent songwriter, un remarquable musicien et surtout un showman, comme il le démontre à chaque concert où le groupe se produit.

Pour l'heure, la question cruciale est la sécurité. On est à quelques minutes du concert, les services de sécurité font leur job avec un sang froid qui impose le respect. Au signal, les photographes investissent la fosse, on est à deux minutes du top et je dois avouer que depuis que je shoote des concerts, je n'avais jamais ressenti une telle montée d'adrénaline. Je serre mon EOS dans ma main droite, je checke machinalement, position on, one shot, je suis face à la scène, d'instinct je me retourne, face à moi derrière le cordon de sécu ils sont des dizaines de milliers et ça le fait, croyez-moi sur parole.

Et la foule explose, exulte, Muse est sur scène et déjà Bellamy arrache son premier riff qui embrase la plaine entière et bien au delà, avec une aisance absolument inouïe. Dans le viseur, chaque moment qui passe est un moment d'exception. L'énorme machine Muse est en marche et tout cela frise l'absolue perfection.

S'il est un groupe qui mérite le label "power trio" c'est bien Muse ! Un guitariste-chanteur qui délaisse parfois le manche pour un piano (lumineux), un batteur, un bassiste, c'est ça Muse, ça et une voix, une voix sublime, puissante, cristalline, lyrique, une voix à la tessiture unique et immédiatement reconnaissable, la voix de Matthew Bellamy.

Après deux titres, les photographes sont invités à quitter la fosse pour des raisons de sécurité et chacun se plie à la régle. Je suis le concert backstage, sur les écrans géants une vidéo affiche un décompte qui à zéro déclenchent deux canons qui inondent la plaine de confettis. Aucun doute, Muse sait recevoir.

Les kids, les fans, le public, tout le monde est aux anges. Il me revient alors comme en écho les mots de Manu, membre de l'organisation des Vieilles Charrues : "tu sais Hervé, le seul truc vraiment important, aux Charrues, c'est de s'amuser !" Ouaip ! A ce sujet là, aucun doute possible, on s'est vraiment bien marré. Merci à tous d'y avoir cru.

Et à l'année prochaine !


Crédit photos : Hervé LE GALL, Cinquième nuit

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Vendredi aux Vieilles Charrues
Samedi aux Vieilles Charrues

La chronique de l'album Gratte moi la puce, Best of de poche de Thomas Fersen
La chronique de l'album Je Suis Au Paradis de Thomas Fersen
La chronique de l'album Thomas Fersen & The Ginger Accident de Thomas Fersen
La chronique de l'album Un Coup de Queue de Vache de Thomas Fersen
Thomas Fersen en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Thomas Fersen en concert au Fil (jeudi 12 décembre 2013)
Thomas Fersen en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Thomas Fersen (mardi 13 décembre 2016)
La chronique de l'album Three Sides de Ilene Barnes
Ilene Barnes en concert au Festival du Bout du Monde 2004 (samedi)
IAM en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
IAM en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
IAM en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
IAM en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
IAM en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
IAM en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
La chronique de l'album Aha shake Heartbreak de Kings of Leon
Kings of Leon en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Kings of Leon en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Kings of Leon en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème


Hervé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Thomas Fersen (13 décembre 2016)
Benjamin Diamond (10 octobre 2008)


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=