Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kütu Folk Records : Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed
Interview  (Paris)  mercredi 27 avril 2011

Après cinq années d’existence, l’heure est maintenant venue pour le précieux label clermontois Kütu Folk de confirmer les bonnes intentions et les espoirs placés en lui. A l’aube d’une tournée française tripartite et d’une vague de nouvelles réalisations, Froggy’s Delight rencontrait ensemble les protagonistes de cette aventure printanière millésime 2011 : Hospital Ships, Zak Laughed et St Augustine.

Hospital Ships

Pour les retardataires, derrière Hospital Ships se cache Jordan Geiger, chanteur de Minus Story également partie prenante de Shearwater en tournée. L’an passé, Kütu Folk a eu la lumineuse idée d’exhumer son premier album Oh, Ramona sorti deux ans plus tôt aux Etats-Unis.

Hasard du calendrier hexagonal plus que stratégie d’occupation du terrain, Hospital Ships revenait au printemps dernier avec un nouvel opus sous le bras, Lonely Twin. Autant Oh, Ramona s’apparentait à une collection de pépites folk tour à tour mélancoliques, légères, minimalistes ou plus enjouées, autant ce Lonely Twin épate par sa richesse mélodique et la qualité de ses arrangements ; sous forte influence psychédélique (Grandaddy - Mercury Rev - Flaming Lips époque fin des nineties), incluant chœurs et luxuriance d’instruments. Une franche réussite surclassant nettement son premier essai notamment grâce à l’irrésistible "Love Or Death", la poignante "Carry On" ou à la très lo-fi "Reprise". Excellente surprise.

Première question, dans quelle configuration allez-vous vous produire sur scène : chacun va-t-il jouer à tour de rôle ou allez-vous vous présenter tous ensemble et mêler vos répertoires à l’instar du collectif Kütu Folk des débuts ?

Hospital Ships : Non, chacun va jouer son propre set. Mais en même temps ça serait triste de ne pas jouer un peu ensemble…

En même temps, vous venez juste de vous rencontrer, donc ça risque d’être compliqué d’intervenir dans le concert des autres ?

Hospital Ships : C’est vrai, mais c’est ce qui rend le truc amusant !

Comment avez-vu entendu parler du label Kütu Folk ? Sont-ils venus vers vous ou avez-vous pris contact avec vous ?

Hospital Ships : Ils m’ont contacté pour faire une page dans un magazine, un truc sur lequel ils travaillaient : on s’est donc rencontré via Internet. A l’époque, je tournais avec un groupe qui s’appelle Shearwater et nous nous sommes vus pour la première fois quelque part en France (NDLR : à Montpellier). J’étais vraiment ravi qu’ils acceptent de sortir mes disques. Ça a tout de suite collé car la façon dont ils font les choses correspond à ma manière de travailler. Quand j’ai vu et écouté les disques qu’ils avaient sortis, j’ai senti beaucoup d’expérience là-dedans. C’est un peu la même chose avec les labels avec lesquels j’ai travaillé aux Etats-Unis.

Quand le punk ou l’indie-rock sont arrivés, la sortie d’un disque pour un groupe représentait vraiment quelque chose. De la même façon, quand les CDs sont apparus, c’était vraiment quelque chose de sortir 200 CDs. Aujourd’hui avec Internet, les Mp3s, sortir un CD, c’est comme sortir un bout de plastique fabriqué en Chine, tout le monde peut le faire. Maintenant, la tendance est aux objets spéciaux, on fait vraiment attention à ça et c’est notre art, même si au final 50 personnes vont l’écouter. Mais ces 50 personnes vont vraiment ressentir quelque chose et c’est ce qui nous importe. C’est une relation personnelle avec l’auditeur et bien qu’il soit question d’affaires, ce n’est pas une relation d’affaires que nous entretenons avec eux, mais bien une relation basée sur la passion.

Et c’est toi qui a été en charge de l’élaboration de la pochette du disque ?

Hospital Ships : Je ne vais pas dire que je préfère la pochette de la version française, mais la pochette de l’édition Kütu Folk est une vision très intense de ma personnalité car ils m’ont donné un contrôle total. Aux Etats-Unis, il y a tellement de politique dans le fait de sortir un disque : savoir qui va le chroniquer, quelles sont tes connections, tout est si compliqué, la moindre décision à prendre, qu’est-ce que le public va penser en voyant cette pochette ? Honnêtement je ne me préoccupe pas de ces choses.

Comment généralement procèdes-tu pour la composition ?

Hospital Ships : Oh, Ramona, le premier disque a été écrit un peu par accident. En effet, j’ai l’impression que la majorité des chansons sont venues à moi et que je n’ai pas eu à aller les chercher. L’élaboration s’est étalée sur une période de 2-3 ans et les chansons étaient tellement personnelles que je ne pouvais pas les jouer avec mon autre groupe qui était composé de cinq personnalités différentes mais avec une vision très collective.

Le nouvel album Lonely Twin est un peu une compilation des meilleures chansons écrites depuis le dernier album de Minus Story. Beaucoup de musiciens (Shearwater, Minus Story, Okkervil River), m’ont accompagné, plein de gens de Lawrence, la ville d’où je viens. Maintenant qu’il faut défendre le disque sur scène, nous avons dû nous limiter à un duo dans la mesure où nous ne pouvions nous offrir un orchestre de cinq musiciens pour venir en France. Mais peut-être trois la prochaine fois, et quatre la fois suivante puis enfin cinq ! Une chose est sûre, le prochain disque sera écrit et enregistré en groupe, avec une configuration stable.

Zak Laughed

Deux années après des débuts remarqués bien au-delà du microcosme clermontois, Zak Laughed – désormais passé chez Kütu Folk – livre avec Love Is In The Carpet la suite de ses aventures discographiques.

Premier choc en ouverture avec "Voiceless Declaration" : l’apprentissage de Zak s’est poursuivi et l’auditeur se retrouve désormais projeté au beau milieu des années 90 au milieu des vestiges de Pavement, du Beck des débuts, des Halo Benders et Beat Happening, de Built To Spill ou de Sebadoh. La voix se fait moins fluette et plus approximative, les compositions moins lisses (plus sophistiquées ou carrément simplissimes), les guitares plus rêches et plus présentes. Néanmoins, le triptyque Daniel Johnston - Sparklehorse - Eels ne disparait jamais vraiment ("Last Teen Song"). On ne parlera pas d’album de la maturité, mais force est de constater qu’il se positionne un cran au-dessus de son prédécesseur. Impression largement confirmée lors d’un concert particulièrement enthousiasmant à l’International début mai.

Commençons évidemment avec la question qui nous taraude, comment Zak s’est-il retrouvé chez Kütu Folk ?

Zak Laughed : Je les connais depuis quatre ans ! En fait, j’ai sorti mon premier disque, fait pas mal de concerts et écrit beaucoup de chansons en assez peu de temps. Du coup, je voulais enregistrer un deuxième disque très vite et il se trouve que Wagram ne voulait pas le sortir cette année car je passe le bac dans deux mois et ils avaient peur que je ne puisse pas assurer autant de promotion que pour le premier.

Je l’ai donc enregistré seul avec quelqu’un qui s’appelle Ceddy Gonot (Coming Soon). Je lui ai envoyé mes démos et il a vraiment beaucoup aimé et a proposé qu’on le fasse ensemble. On a enregistré trois sessions entre août et octobre 2010. Le souci est que j’étais encore en contrat chez Wagram, mais ils m’ont autorisé à le sortir sur une autre structure que la leur et je me suis donc naturellement tourné vers les gens de Kütu Folk. Ils ont toujours fait partie de ceux à qui je donnais mes morceaux en premier. Et il se trouve qu’ils ont bien accroché !

St Augustine : Il faut bien préciser qu’on ne l’a pas sorti sans l’écouter. Il y a eu le même process de sélection que pour les autres et il a fallu que chacun de nous quatre soit d’accord.

Zak Laughed : Et puis comme Hospital Ships, j’ai dû faire mes pochettes !

Avec le recul, quel regard portes-tu sur ton premier album ?

Zak Laughed : C’est vraiment très différent. C’est amusant de reprendre ces chansons du premier album et de les jouer différemment. Je me produirai avec Ceddy Gonot et un batteur. Le résultat est surprenant car ils ont une manière de voir la musique totalement différente de ceux avec qui j’avais fait le premier disque. J’ai un peu de mal à réécouter cet album mais ce n’est pas grave, je suis content de l’avoir fait et des chansons qu’il y a dessus. Et je suis très content du deuxième !

C’est vrai que la palette de style est beaucoup plus étendue que sur le premier ?

Zak Laughed : Effectivement. Je me suis permis l’électricité et j’en avais vraiment envie.

St Augustine

Figure de proue autant que pilier du label clermontois, St Augustine revenait en ce printemps 2011 avec un EP sous le bras June, A Maze. Six titres seulement là où beaucoup attendaient un album, mais un tour de force à plusieurs niveaux. Sur le fond avec une collection de chansons poignantes, mélodiquement magistrales, musicalement minimalistes et toujours soutenues par cette voix hors du commun. Tour de force sur la forme ensuite, car non content de se voir offrir  – comme les autres disques du label – une pochette cousue, St Augustine a choisi de personnaliser la couverture de chacun par un dessin unique de son cru.

Pourquoi un EP et non pas un album ?

St Augustine : En fait, je n’avais pas envie de sortir quelque chose cette année, mais suite à des soucis personnels, j’avais pas mal de choses à raconter. J’avais ces six morceaux qui formaient un tout, avec une vraie cohérence et je ne voulais pas en rajouter quatre ou cinq qui n’auraient rien à voir pour en faire un album. J’ai donc décidé de ne sortir qu’un EP mais je voulais que ce soit quelque chose d’original, d’artistiquement intéressant et cohérent. J’ai joué de tous les instruments, tout chanté et fait les pochettes une par une.

D’où t’est venue cette idée de faire 500 pochettes différentes ?

St Augustine : Chaque exemplaire est numéroté, et sur chaque pochette est collé un dessin différent, car je voulais en faire un projet hors norme tant il me tenait à cœur. Je ne voulais vraiment pas balancer un EP avec 4 chansons de l’album à venir et 2 faces B. Ce sont des chansons que l’on ne trouvera nulle part ailleurs.

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour faire ces dessins ?

St Augustine : Le premier représentait des cygnes, j’essaie d’être différent mais il y a des thèmes qui reviennent : j’ai toujours dessiné des montagnes, des oiseaux, des choses qui m’intéressent. Et puis je fais de la plume, du dessin, j’essaie de varier un peu !

Et au niveau de tes projets futurs ?

St Augustine : Je commence à penser au deuxième album, cet EP m’a permis de voir que cela me plaisait bien de tout enregistrer seul. Cela m’a permis de trouver des directions que je n’aurais peut-être pas envisagées avec un groupe, avec lequel tout serait resté plus classique. Je sais maintenant que je jouerais de tout sur le prochain disque. Mais je prends mon temps.

Et au niveau du label, comment voyez-vous l’avenir, car votre démarche est quand même un peu à contre-courant de l’industrie ?

St Augustine : L’idée est de faire un label qui soit stable financièrement, de pouvoir s’en sortir, l’idée n’est évidemment pas de devenir millionnaire. Mais du moment que l’on ne voit pas trop grand, que l’on n’engage pas des frais qui nous fragiliseraient, il y a moyen de réussir car je pense qu’il y a un public pour les disques que l’on sort, un public fidèle. Et puis surtout on sort de bons disques qui sont également de beaux objets. On a également la chance d’être beaucoup soutenus dans la presse. Et puis on se rend compte en tournant, en sortant de Clermont que plein de gens suivent ce que l’on fait !

Retrouvez Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !
  

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
St Augustine en concert à Château Grange-Fort (9 mai 2009)
L'interview de St Augustine (12 mai 2009)
La chronique de l'album The Last Memories Of My Old House de Zak Laughed
Zak Laughed en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (jeudi 5)
Zak Laughed en concert à La Fil (samedi 13 mars 2010)
Zak Laughed en concert au Festival Ground Zero
L'interview de Zak Laughed (19 septembre 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Kütu Folk Records
Le Myspace de Kütu Folk Records
Le Myspace de Hospital Ships
Le Myspace de St Augustine
Le Myspace de Zak Laughed

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Barbel & Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Kütu Folk Records - Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (27 avril 2011)
Kütu Folk Records - Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (27 avril 2011)
Kütu Folk Records - Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (27 avril 2011)
Kütu Folk Records - Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (27 avril 2011)
Zak Laughed (19 septembre 2009)


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=