Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eternity Incorporated
Raphaël Granier de Cassagnac  (Editions Mnémos)  juin 2011

L'homme et son avenir est un des thèmes favoris de la science-fiction. Depuis les débuts du genre, beaucoup d'auteurs ont développé ce sujet. Raphaël Granier de Cassagnac, pour son premier roman, est lui aussi parti dans cette voie.

Depuis l’apparition d’un virus qui l’a décimée, l’humanité, ou du moins ce qu'il en reste, s’est réfugiée dans une ville-bulle contrôlée par un Processeur, régentant la vie de cette communauté. Au bout de plusieurs siècles de bons et loyaux services, le Processeur s’arrête, laissant les humains livrés à eux-même, pris au désarrois et à l’incapacité de faire face au quotidien et aux menaces tant extérieures, qu'intérieures. L’histoire de l’humanité peut donc commencer à être écrite dans sa phase suivante.

Le roman suit le chemin de trois personnages, tous narrés à la première personne, dans cette vie post Processeur. Chemin semé de questionnements et de recherche de soi, au travers d'une quête qui les emmènera aux sources des fondements de la Bulle et de la destinée de ce qui reste des hommes.

La ville-bulle, concentré d’humanité, est un microcosme idéal pour sonder les travers de l'Homme. Evidemment, le parallèle avec notre modèle de société est très présent tout au long du roman, et on ne peut s'empêcher de rechercher les traces de notre quotidien dans ce futur fantasmé. Le trait grossi d'une dictature de la machine sur l'homme, est une litote intéressante. L'homme a fabriqué son despote et ne peut vivre sans, mais le despote est-il simplement malveillant ? Le Processeur répondant à une programmation, qui est l'instrument de cette dictature ? Le fond du roman n'est pas sans rappeler les tragédies classiques, dont l'un des thèmes est d'aborder la question de la destinée et les extrapolations que l'on peut en tirer appliquées à la bulle. Ajoutons à cela une écriture fluide et aisée. Le souci particulier apporté au découpage de la narration, qui laisse filer les personnages, les fait se croiser, se rencontrer à la recherche d'une réponse.

Pour étoffer son roman, Raphaël Granier de Cassagnac a créé un univers autour du livre. La musique étant très présente autour du personnage de Sean, l'auteur a mis en ligne un site avec des compositions originales attribuées à Sean, que l'on peut à loisir écouter. Des photos illustrent les explorations d'Ange, la gardienne de l'ordre, à l'extérieur de la bulle et les textes sont assurés par Gina, Chargée de la connectique (on peut même leur écrire, et je suis prêt à parier qu'ils répondront). Tout ceci fait de ce roman un objet multimédia, dont la vie est augmentée dans le monde virtuel.

Eternity Incorporated est un premier roman très réussi et le quatrième de couverture n'est qu'un résumé succinct des richesses qu'il renferme. Certes, il s'agit de donner envie au lecteur, et cette envie ne fait que grandir au fur et à mesure des pages, accompagnant un plaisir certain.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Thinking Eternity" du même auteur
L'interview de Raphaël Granier de Cassagnac

En savoir plus :
Le Facebook de Raphaël Granier de Cassagnac
Le site officiel des Editions Mnémos


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=