Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicàssim #17 (dimanche 17 juillet 2011)
Indienella - The Joy Formidable - Noah and the Whale - Veronica Falls - Professor Green - Tannhauser - Portishead - Arcade Fire - Chris Geddes  (Benicàssim)  dimanche 17 juillet 2011

Le temps est mitigé à l’approche de ce dernier soir et on se met presque à craindre la pluie. Le vent se lève, rappelant les mauvais souvenirs de l’édition 2009, heureusement sans conséquences cette fois-ci.

Comme souvent, c’est par un petit groupe Espagnol sympathique que j’attaque la soirée. En l’occurrence, il s’agit ici d’Indienella (qui propose ses titres en téléchargement gratuit sur leur site, ce qui est appréciable). Le duo (Madame à la batterie, Monsieur à la guitare) en rappelle d’autres mais la comparaison s’arrête là. J’avais été séduit sur album par quelques titres énergiques mais leur Lo-Fi garage a du mal à convaincre en live. Les voix ne sont pas toujours très justes et l’ensemble est un peu glacial.

Après une bonne pause (la soirée va être riche et longue, donc mieux vaut se préserver !), je rejoins l’une des révélations de cette année (en ce qui me concerne), les Anglais de The Joy Formidable. Ce coup-ci, pas de déception : la chanteuse est plus que chaleureuse (même si elle finit par en faire des tonnes sur son bonheur d’être là, ça passe !), toute de rouge vêtue et sa voix est aussi claire et puissante que sur album. Le trio fait un barouf du tonnerre (grâce à l’apport de bandes préenregistrées), le son est excellent. Les perles défilent : "Whirring" et "The Greatest Light is the Greatest Shade" ne peuvent que déclencher joie et bonne humeur ! Jamais groupe n’aura aussi bien porté son nom qu’en ce début de soirée.

Je délaisse Noah and the Whale (déjà vus et l’orientation prise dans leur dernier LP ne m’a pas trop convaincu) pour privilégier Veronica Falls dont le premier album sortira en octobre prochain chez Bella Union. Le single Beachy Head est prometteur (un petit côté A Place to Bury Strangers qui ne laisse pas indifférent). Les morceaux sont efficaces en live ("Found Love in a Graveyard", "Starry Eyes") mais leur présence scénique est proche du zéro. J’attends quand même l’album pour me prononcer.

Sorti de la Fib Club, me voilà plongé dans un désert musical, c’est un comble ! En effet, une seule scène est active à cette heure-ci et propose le concert du MC Anglais Professor Green (ou "Prof Green" pour les initiés apparemment). "Concert" est un peu inapproprié, c’est plutôt un Dj set qu’il nous propose, à un horaire assez inadapté. On assiste donc à un enchaînement de tubes (Adele, Eminem…) sans grande valeur ajoutée, et qui conviendrait mieux à l’ancienne Pista Pop vers 4h du matin.

Peu convaincu, j’erre donc sur le site, pour finir par m’introduire fortuitement et pour la première fois sous la tente Jack Daniel. Tannhauser est en train de se produire devant un public dense (mais peu nombreux vu la dimension du lieu) et c’est une belle surprise ! Le groupe Sévillan (comme son nom trompeur ne l’indique pas) fait dans un shoegaze instrumental, proche des compositions de Mogwaï : de lentes montées conduisant irrémédiablement à des explosions sonores fort bien maîtrisées. A suivre. Je les quitte à regret car voilà que s’annonce Portishead, un des temps forts du festival. Je fonce donc me gagner une place de choix sous les étoiles.

La musique du groupe, et surtout celle du dernier album en date Third n’est pas vraiment joyeuse et ne semble pas taillée pour un festival en plein air. Pourtant, ces morceaux sombres passent l’épreuve sans aucun complexe ("Silence" et "Hunter" constituent une ouverture remarquée, et posent immédiatement le décor). Quand on s’appelle Portishead et que l’on dispose en son sein de l’aura de Beth Gibbons, cela permet de bousculer pas mal de préjugés. Le groupe au grand complet va ainsi proposer un set atypique, rugueux, glacial parfois, mais reçu en pleine poire par un public respectueux et sous le charme.

Une Beth spectrale, habitée, dans son attitude caractéristique arc-boutée sur son micro, mène la grande messe et sa voix inchangée et intemporelle retourne les tripes et fait dresser les poils (notamment sur les trésors inoubliables "Sour Times" et "Glory Box"). On en redemande. La relecture des trois albums du groupe (même si Third est nettement représenté, les deux autres ne sont pas oubliés) est accompagnée d’une réalisation vidéo en temps réel du plus bel effet : une captation épurée, en noir et blanc, magique, centrée sur la chanteuse. Seul regret : pas de "All Mine" ni de "Only You"… difficile de satisfaire tout le monde lorsque que l’on dispose d’un tel matériel de base ! Le concert s’achève sur "We Carry On" et laisse des paires d’yeux écarquillés et brillants, sous le choc.

Après ce moment de grâce, place à la magie plus immédiate de la grosse machinerie Arcade Fire. J’attendais de les voir depuis très longtemps (2004 et leur premier album en fait) et c’est avec beaucoup d’excitation que j’assiste à l’installation du barnum de la bande à Win Butler. "Ready to Start" est choisi à point nommé pour ouvrir les hostilités, accompagné d’une vidéo illustrant le thème de leur troisième album : la banlieue. Finie l’intimité de Portishead, la troupe Canadienne est au complet (une bonne dizaine de personnes au total, autant d’instruments divers et variés, interchangeables comme toujours) et va délivrer un grand spectacle festif, pour la dernière date de sa tournée.

Régine Chassagne est partout : batterie, clavier, tambourin, chant et focalise un peu l’attention du monteur vidéo… au détriment de toute l’arrière-garde, très concentrée, responsable pourtant d’une bonne partie de l’atmosphère sonore. Win Butler, quant à lui, se met également bien en scène dans son costume de Monsieur Loyal et ouvre la boîte à tubes dès le troisième titre, avec un enchaînement "Laika", "No Cars Go", "Haiti". Je n’avais pas eu cette impression depuis le concert d’Oasis ici même : une telle concentration de réussites mélodiques est vraiment incroyable !

En trois albums dont pas grand-chose à jeter, le groupe est arrivé au sommet de la pop internationale et on comprend bien pourquoi ce soir le set est parfait, tant dans le choix des titres que pour la qualité du son et des vidéos. Neon Bible, peut-être le plus léger des trois albums est presque oublié (trois titres seulement), le premier étant joué quasiment en intégralité (notamment les obligés Neighborhood #1, 2 et 3). La foule compacte réagit, scande, danse, chante, lève le poing en cadence et le spectacle doit aussi être impressionnant vu de la scène. Le groupe alterne avec aisance puissance et titres plus sobres (piano / voix).

Après plus d’une heure d’euphorie, ils se retirent brièvement, avant de revenir sous les clameurs et les fumigènes (jamais vu ça en festival !) qui vont affoler la sécurité. Un "Wake Up" brillamment exécuté, suivi d’un "Sprawl II" d’anthologie (où même l’agaçante Régine et ses chorégraphies de boite à musique enchantent le public) clôturent une bien belle soirée.

Après ces deux prestations mémorables, je préfère en rester là pour cette 17ème édition (après un court passage devant le DJ Set de Chris Geddes, un des membres de Belle and Sebastian, qui ressuscite Pop Corn et quelques morceaux improbables des années 80).

Il est temps de tirer un rapide bilan : peut-être un peu moins de (bonnes) découvertes qu’à l’habitude, quelques déceptions au niveau des têtes d’affiche mais une poignée de concerts émouvants qui laisseront des traces. Au niveau de l’ambiance, le retour en force du public Espagnol et les traditionnelles cohortes Anglaises ont gonflé la fréquentation, rendant la circulation parfois difficile. La météo plus capricieuse qu’à l’accoutumée est peut-être aussi responsable d’une atmosphère un peu lourde, parfois étouffante, effaçant un peu la traditionnelle convivialité qui fait le charme et la réputation du FIB. A surveiller de près dès 2012 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Joy Formidable en concert à Aéronef (jeudi 17 février 2011)
La chronique de l'album The First Days Of Spring de Noah and the Whale
Noah and the Whale en concert à La Maroquinerie (mardi 8 décembre 2009)
Noah and the Whale en concert au Grand Mix (samedi 20 mars 2010)
La chronique de l'album eponyme de Veronica Falls
Veronica Falls en concert au Point Ephémère (mardi 8 novembre 2011)
Veronica Falls en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Portishead en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Portishead en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Portishead en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Portishead en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Portishead en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Portishead en concert au Festival Rock en Seine 2014
La chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
Une 2ème chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
La chronique de l'album The Suburbs de Arcade Fire
La chronique de l'album Reflektor de Arcade Fire
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Arcade Fire en concert à la Maison de la Radio (White session) (9 mars 2005)
Arcade Fire en concert à l'Olympia (19 mars 2007)
Arcade Fire en concert à l'Olympia (20 mars 2007)
Arcade Fire en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
Arcade Fire en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Arcade Fire en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (vendredi)
Arcade Fire en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
Arcade Fire en concert à Halle Tony Garnier (vendredi 26 novembre 2010)
Arcade Fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du 13 au 16 juillet 2017
Arcade Fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
L'interview de Arcade Fire (1er mars 2005)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de Benicàssim
Le Myspace du Festival International de Benicàssim

Crédits photos : Franck Batalla


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 14 - Glory Box de Portishead (21 aout 2016)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=