Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce AC/DC
Let There Be Rock, The Movie  (Warner Bros)  août 2011

Let There Be Rock, The Movie est un concert filmé du groupe AC/DC, lors de leur passage au Pavillon de Paris, le 9 décembre 1979 (j'avais un an... J'ai donc une excuse pour ne pas avoir assisté à ce concert). Le film est sorti en VHS en septembre 1980 en France. En plus du concert, on y voyait des interviews et des images backstage. Le film n'avait jamais été réédité jusqu'à aujourd'hui, et voici donc le DVD ou le blue Ray plus de 25 ans après la version VHS.

Avant de regarder ce film, il faut faire un petit retour en arrière. En 1979, AC/DC n'est pas encore le groupe de hard-rock pour les stades qu'ils sont aujourd'hui. Ils venaient juste de connaître un vrai succès mondial avec l'album culte Highway to Hell. Ce concert parisien fut l'un des derniers avec Bon Scott, qui allait mourir quelques mois plus tard.

L'intro du film est plutôt cool. On voit les roadies qui démontent la scène d'un concert, puis l'intérieur du tourbus. On se retrouve au Pavillon de Paris pour les tests micros pendant qu'une partie du staff joue au foot devant la scène. Les premiers fans arrivent pendant qu'en coulisse, on accorde les guitares et que le groupe se prépare à monter sur scène. Le générique est ultra cheap et tellement 80, mais on oublie vite cela quand le concert débute vraiment.

Ce film est un témoignage de toute la fureur live d'AC/DC époque Bon Scott. Il n'y a pas de mise en scène grandiloquente, pas d'effets pyrotechniques de fou, pas d'éclairage sophistiqué ou de cloche géante. Les images sont un condensé d'énergie brute, de sueur et de gros riffs qui vous mettent des frissons le long de la colonne vertébrale. Le batteur frappe sur ces fûts comme un malade pendant que la basse et la guitare rythmique se fondent en un véritable mur du son qu'on se prend en pleine face.

Puis il y a Angus avec son headbanging permanent... Le jeune guitariste pas encore culte mais déjà fou se donne à fond à chaque solo avec sa Gibson SG qui lance une pluie de lames de rasoirs avec des riffs rugissant ! AC/DC n'a jamais joué une musique élaborée. C'est du rock basique et furieux, du blues bien dégoulinant et jubilatoire. Un hard-rock simple avec des solos de guitares de virtuoses. Sur scène et dans le public, on était là pour s'éclater.

Le concert a été filmé sans gros moyens, mais les plans sont rythmés et la réalisation est efficace. Cela retranscrit bien la puissance brute et l'énergie rock'n'roll du groupe à l'époque. C'est un document exceptionnel sur la dernière tournée avec Bon. Un gros travail de restauration a été fait sur le matériel original. Le son et l'image sont d'une bonne qualité. Le concert est entrecoupé de petites interviews et de vidéos où l'on voit le groupe joué au foot ou faire la course entre une voiture et un avion.

On trouve aussi une série de bonus avec des interviews de musicien actuel. Let There Be Rock représente vraiment la légende d'AC/DC sur scène. Alors en regardant le DVD on bouge la tête et on tape du pied. La main fait du air-guitar sur les solos sans qu'on s'en rende compte. On rigole un peu en voyant le chanteur avec son jean vraiment trop serré qui couine comme une animal pris au piège mais rapidement, on se dit qu'il avait quand même la classe et qu'il était ultra viril. Un concert carré, puissant, une décharge d'énergie, et une vraie leçon de live pour bien des groupes actuel. Les interviews du groupe jeune sont aussi intéressantes en tant que témoignages d'une époque.

 

En savoir plus :
Le sitre officiel de AC/DC
Le Myspace de AC/DC


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=