Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rina Banerjee - Chimères de l'Inde et de l'Occident
Musée Guimet  (Paris)  Du 25 mai au 26 septembre 2011

Dans le cadre de sa "Saison Indienne" destinée à faire découvrir l'Inde et sa culture à travers plusieurs expositions, le Musée Guimet présente, au sein de ses collections permanentes, une mise en résonance des oeuvres contemporaines de Rina Banerjee.

Cette exposition intitulée "Chimères de l’Inde et de l’Occident" est également présentée comme s'inscrivant dans sa mission nouvelle définie en 2009, "La Fabrique contemporaine de l’art en Asie".

Celle-ci l'investit, à côté de sa vocation fondamentale consistant en la monstration de ses collections historiques qui concernent tous les arts et les civilisations du continent asiatique sur cinq millénaires, à l'exclusion toutefois de la période moderne et contemporaine, et en raison de l'émergence de l'Asie dans l'art contemporain, d'une mission d'ouverture sur les oeuvres contemporaines crées dans les nations asiatiques.

Avec les oeuvres de Rina Banerjee, il procède à une extension de son champ d'investigation.

En effet, contrairement, par exemple, à Subodh Gupta, icône de l'art contemporain indien et de l'art contemporain international qui vit en Inde mais comme le plasticien britannique d'origine indienne Anish Kapoor, qui lui aussi tient le haut du pavé de l'art contemporain, Rina Banerjee, artiste américaine d’origine indienne, est une artiste de la diaspora qui n'a, de surcroît, pratiquement jamais vécu en Inde.

Il est donc intéressant de constater la concrétisation de son inéluctable métissage culturel dans lequel les co-commissaires, Jacques Giès, président du Musée Guimet et de Caroline Arhuero, chargée d’études documentaires responsable de l’art contemporain audit musée, voient "l’occasion de porter un regard renouvelé sur les civilisations asiatiques et leurs relations complexes avec l’Occident" et d'apprécier comment "l’Occident, s’est parfois approprié les emblèmes des cultures autrefois colonisées, pour les transformer en une nouvelle iconographie populaire".

Rina Banerjee, du bazar indien aux petites histoires inquiétantes : "Qu’est-ce que ça veut dire d’être Indien aujourd’hui à New York ?"

Le parcours de l'exposition, qui s'égrène sur plusieurs niveaux, commence par une pièce maîtresse considérée comme la meilleure introduction à l’oeuvre de Rina Banerjee : "Take me, take me... to the palace of love".

Une immense carcasse métallique recouverte de film transparent rose fluorescent représente un Taj Mahal de bazar en lévitation. A l'intérieur un fauteuil anglo-indien ancien est suspendu au dessus d'un globe terrestre.

Globe terrestre qui se retrouve entre les machoires acérées d'un crâne d'alligator qui constitue le pistil d'une efflorescence monstrueuse qui ressemble à une fleur de pavot, oeuvre qui clôt l'exposition et intitulée : "The world as burnt fruit - When empires feuded for populations and plantations, buried in colonial and ancient cuurrency a Gharial appeared from an inky melon hot with blossom sprang forth to swallow the world not yet whole as burnt fruit".

Tout est dit dans ce titre narratif extrêmement long, ce qui constitue d'ailleurs une constante chez Rina Banerjee qui raconte ainsi une histoire, souvent dramatique, monstrueuse et au sens elliptique, composant des mythologies personnelles et dans lesquelles il faut déceler des messages politiques dénonçant le post-colonialisme et les effets pervers de la mondialisation et militant en faveur d'une humanité nouvelle.

La production artistique de Rina Banerjee, ingénieur chimiste de formation qui s'est reconvertie dans l'art contemporain, repose sur un socle culturel atavique phagocyté par les codes stylistiques occidentaux notamment en ce qui concerne les sculptures-installations.

En effet, pour les dessins, dont la facture est très éloignée de ces dernières, leur trait naïf, leurs figures inspirées de celles du panthéon indien et leur polychromie pétulante révèlent l'ascendance indienne nonobstant le fait d'être réalisés sur un support déjà utilisé à une autre fin, peut-être des schémas de circuits électroniques, sans présenter toutefois une réelle intercation évidente, comme par exemple dans l'oeuvre de Pierre Alechinsky.

En revanche, pour les sculptures-installations, en parallèle au métissage culturel qui est inhérent à toute personne de la diaspora et de surcroît opéré selon un mode singulier et unique, Rina Banerjee procède à un véritable syncrétisme artistique.

Ainsi, au Nouveau réalisme, elle emprunte l'art de la récupération, du recyclage et du détournement qui conduisit à l'esthétique du déchet et qui anima également le pop art et qui s'intitule ressortit à "la mixité des médiums".

A signaler que les rutilants déchets utilisés par Rina Banerjee avec, en l'occurrence une prédilection pour les coquillages, ampoules, cornes, éventails de plumes et ailes d'oiseau, petits flacons et cranes d'animaux, ne portent pas vraiment de traces d'usage.

La plupart des oeuvres de Rina Banerjee sont inquiétantes non seulement par la récurrence d'éléments qui, en Occident, ont une connotation méphitique mais également par l'agressivité qui s'en dégage, qu'il s'agisse de monstres chimériques, d'hybridations métamorphiques et de figures féminines perturbées.

Difficile de ne pas penser à Louise Bourgeois face à l'effrayante "Winter's flower" (ainsi explicité par l'artiste "Matières premières issues de la mer et d’immondices, voire de souris exotiques, dévorées par un monde affamé de commerce, qui en a fait des fleurs ; camouflé, à déguster accompagné d’un riz blanc") ou à Niki de Saint Phalle face à l'arbre aux têtes de poupées qui a envahi une volière.

Conformes à un art contemporain qui est placé sous le signe du morbide et d'un monde ravagé par la guerre et la violence, ces installations revêtent une aspect plus sombre in situ à proximité d'oeuvres qui induisent la sérénité.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Guimet

Crédits photos : Musée Guimet, Paris, dist.RMN / Raphaël Chipault/Benjamin Soligny


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=