Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Karpatt
Dans le caillou  (Label du Caillou/Productions Spéciales/Naïve)  juillet 2004

Karpatt, rien à voir avec la musique goth ou le berceau de Dracula.

Karpatt, est un groupe français, Frédérique Rollat dit Fred (guitare gipsy/voix), Gaëtan Lerat dit Gets (guitare) et Hervé Jegousso dit RV (contrebasse), chantre de la chanson acoustique franco roots mixée gipsy, jazz, swing, reggae et latino, qui s’inscrit dans la grande déferlante de la musique festive métissée qui de Manu Chao à Sergent Garcia, en passant par Les Hurlements d’Léo, N&SK, Les Têtes Raides et…beaucoup d’autres qui remplit les salles.

Difficile alors de faire sa niche et pourtant.

Après le Reggae - Ragga - Rigolo de Karibouldinga en 1999, les chansons Franco Roots de Roots therapy en 2000 et les chansons Françaises aux rythmes de la terre de A l’ombre du ficus en 2002, en 2004 Karpatt repartent sur la route avec un caillou tout neuf.

Leur dernier album Dans le caillou, "pour le faire écouter à tous ceux qui nous avaient souri des fois et prêté leurs lits d’autres fois", est un p’tit caillou polissé qui nous racontent des histoires, celles des autres qui sont un peu aussi les nôtres, et fait la part belle aux textes légers, nostalgiques ou graves qui swinguent sur des musiques au son résolument français dans lesquelles les composantes jazz manouche et swing sont judicieusement intégrées sans forcer la note.

Pour la petite histoire, ils ont posé la base acoustique de ce petit caillou dans une grotte troglodyte et y ont gravé "19 chansons qui parlent d’enfance, de filles, de galères, de fraternité et de musique". On peut même rajouter qu’elles parlent aussi d’amour et de p’tits verres.

Et c’est un joli petit caillou.

D’abord, parce qu’il est soigneusement présenté dans une boite carton en tryptique avec de belles illustrations de Sébastien Thomazo au graphisme torturé (mais il est passé où le petit karibou ?).

Ensuite, parce que Karpatt c’est des textes, des vrais, en langue française comme savaient les faire les grands de la chanson française de Brassens à Vian. Et il ne faut pas oublier les copains qui ont chacun apporté leur petit caillou à l'édifice, qui sa voix, qui sa flûte, qui son accordéon ; ils sont tous là, ils sont tous venus.

Et qu’y a-t-il dans le caillou ? Plein de petits cailloux !

Les petits cailloux de l’enfance qui ricochent sur l’étang de nos mémoires avec "Le magicien" ("Y’a pas de magie dans ton chapeau/Arrête ton cinéma sinon je dis tout à mon papa"), les petits jeux érotiques d'enfant de "Soulève ta jupe" avec un final flamenco et les amours adolescentes ("Des gnons pour des pelles" scansion de Brassens renforcée par le duo guitare/voix)

Les petits cailloux polis dans la rivière de la vie avec les histoires celles du timide "Léon" (avec la voix de Mano Solo ) dont la mort de sa femme ne lui a laissé que le zinc pour accoudoir, du secret d’"Achille" le catcheur aux mille conquêtes qui ne voulait pas qu’on lise le nom inscrit dans la guirlande tatouée sur son torse, du déménagement du copain d’enfance "(l’ancienneté dans l’amitié c’est des galons parfois cruels", "les anciens combattants du bac à sable"), de la voisine qui promène son chien ("Elle sème des petits cailloux tout le long du chemin/Facile de la trouver ya qu’à suivre la merde du chien").

Les p’tits cailloux d’amour telle celui du célibataire aux pâtes au gruyère pour la caissière de supérette ("Tapis roulant") ou pour "La chose qui dort dans mon lit" et qui n’est pas une femme de magazine.

Et puis, il y a des p’tits cailloux qui sont autant de pavés dans la marre comme "Jeux Olympiques", le texte d’Henri Tachan, sur duo piano et guitare manouche ("Ça serait chouette les jeux olympiques si nom de Dieu il n’y avait /Leurs ptits drapeaux, leurs ptits fanions, couleur kaki caca d’oie des frontières/Leurs ptits drapeaux, leurs ptits fanions qui claquent au vent d’une musique militaire"), "Tango" le p’tit tango pour les p’tites armes guerrières et les p’tits soldats ("Je lève mon verre bien haut aux amoureux de la vie/Je lève mon doigt bien haut aux amoureux de la guerre/Je lève mon doigt, je lève mon verre, donc je suis en vie") et "Lalala" jazz petit clin d’œil sur la chanson à la mode "(Juste un p’tit refrain qui swingue et puis on en parle plus/Si ça vole pas haut ça sera plus facile d’atterrir à fun radio").

Et des chansons de troquets populaires qu’ils s’agissent des bistrots urbains "La mouche" : "Dans quel plat la prochaine (mouche) va tomber/Moi si j’étais une mouche j’irais droit dans le décolleté de la serveuse/Car je suis une mouche/J’aime le jazz manouche") ou des bars à marins ("En pleine mer" : "Ce soir on sort en pleine mer/Ce soir on chante sous la lune/Ce soir je vais gueuler mes vers/Avec mes copains de fortune") et "Vas y la mère" de l’accordéon de bastringue à l’accordéon de marin avec un joli parallèle entre la bouteille de la mère patronne et la bouteille à la mer avec un papier dedans qui commence comme une ritournelle de comptoir pour finir dans une ballade de marin.

Et puis, laissez donc tourner la platine…. Il y a peut être autre chose dans le caillou…

Les patients découvriront un bref morceau ("Je regarde par la fenêtre au cas ou tu aurais la même idée/Mais ça n’arrive jamais /Dans la rue du jardin des Hespérides/Dans la rue désespérément vide") et puis un superbe et ultime morceau instrumental.

A découvrir absolument

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Une 2ème chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Karpatt en concert à La Maroquinerie (14 octobre 2004)
Karpatt en concert au Café du Commerce (4 mai 2005)
Karpatt en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (dimanche)
Karpatt en concert à Cabaret Sauvage (24 octobre 2006)
L'interview de Karpatt (août 2004)

En savoir plus : www.karpatt.com


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=