Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Radar 2011 (7ème édition) - vendredi 9 septembre
Isbells - Botibol - Kurt Vile & The Violators - The Leisure Society - Man Man  (Tourcoing)  9 et 10 septembre 2011

Si dans les années 80 les bandes FM recommandaient de profiter du silence, il ne faut pas négliger que deux décennies auparavant l'on se concentrait plus sur les sons de ce dernier. C'est dans cette optique que commence en ce vendredi mi-ensoleillé, la septième édition du festival Radar organisé par "Le Grand Mix".

Quoi de plus silencieux qu'un monument sacré ? Car c'est au sein de l'Église Notre Dame Des Anges que le "La" du festival est donné.

Isbells s'installe donc sous le regard de Dieu et nous présente sa folk ambiante parfaitement adéquate au lieu, faisant merveilleusement bien résonner les vitraux.

Mais si le son est bon et que le groupe y croit, déployant alors une bonne énergie, les compositions n'en sont pas pour autant originales et finissent par toutes se ressembler laissant alors place à une monotonie aussi prononcée que la discographie complète des Fleet Foxes.

Si les voies du seigneur sont impénétrables, celles pour accéder à la scène du Grand Mix le furent, heureusement, beaucoup moins.

C'est ainsi que l'on découvre Botibol, duo pop/folk originaire de Bordeaux (guitare) et de Paris (batterie), aux harmonies vocales et à la rythmique rappelant Grizzly Bear, qui nous parle des "Montagnes et d'autres trucs moins cool". La présence et l'énergie sont bonnes et furent un bon apéritif bien que l'on ait regretté l'absence d'une basse et d'une guitare supplémentaires qui donneraient plus de profondeur aux morceaux proposés.

Kurt Vile, que nous étions surtout venus voir, s'installe enfin et ouvre le set tout seul avec une nouvelle composition acoustique, avant de se faire rejoindre par les Violators.

Bien qu'en terme de présence le groupe soit assez statique, le concert de ce soir fut exceptionnel. Kurt Vile fait partie de ses songwriters qui ne trichent pas et qui sont axés sur la spontanéité. Puisant alors force, dans ce que le mainstream qualifie de défaut. Car en effet, ça n'est pas toujours carré, et c'est parfois faux, mais c'est dans ses instants de "faiblesse" que la musique live se porte le mieux, donnant une grace et une sincérité inégalable à ses interprètes.

Nous sommes donc ici dans la musique qui touche, ce n'est alors pas pour rien que Kurt Vile s'emporte et hurle parfois à la mort, notamment sur une version survitaminée de "Freaktrain" qui se terminera dans un chaos sonore sans précédent avec l'arrivée d'un saxophone free qui se superpose par dessus une orgie de larsen et de torture de pédale.

La set list est essentiellement composée de morceaux du fabuleux Smoke Ring For My Halo dans des versions plus jouissives les unes que les autres ("Jesus Fever", "On Tour", "Runner Ups", "Ghost Town"). Le concert se finit sur un "Society Is My Friend" d'anthologie, puis les lumières se rallument au grand mécontentement du groupe et du public devant laisser place à la suite. Car n'oublions pas que nous sommes dans le cadre d'un festival.

The Leisure Society prend donc place sur scène... l'album étant mauvais, le concert fut logiquement médiocre (on ne pourra pas leur reprocher leur cohérence). Ce fut même probablement l'un des pires concerts auquel nous ayons assisté ses derniers temps. Le groupe n'a aucune personnalitée musicale et rappelle le fait de rappeler un certain Sujfan. Pas l'ombre d'une émotion donc tant le set sera carré, et puant le "m'as-tu vu moi et mes belles chaussures ?". Ce qui nous permettra néanmoins de pouvoir redéfinir le concept de groupe de droite. Aussi, mention spécial à la flutiste qui nous a travaillé le cul à la moyenâgeuse, avec son instrument, sans relache pendant plus d'une heure.

Au tour maintenant de Man Man, groupe qui s'annonce terrifiant au vu des T-Shirts en vente au merchandising représentant le nom du groupe mais avec la même police que Iron Maiden !

C'est donc intrigué que nous assistons à ce qui sera les plus belles balances qu'un groupe puisse faire. En effet, là où la plupart des groupes jouent leurs morceaux, eux se contentent de faire n'importe quoi, s'autoparodiant alors et tombant dans ce formidable concept de vidéo Youtube qu'est le "Shreds" (principe de mal rejouer une chanson sur des images officielles en se concentrant uniquement sur l'instrument présent à l'écran).

Le ton est donné et les musiciens maintenant changés et habillés en tenue de beauf/indien (on ne sait pas trop) entrent en scène et s'avèreront être ce que Magma aurait dû être si Christian Vander avait écouté du Music Hall plutôt que John Coltrane. La soirée touche alors à sa fin, mais les plus courageux se retrouvent sur une terrasse installée à l'arriére du Grand Mix afin de continuer la soirée/matinée dans la meilleure des ambiances et dans un cadre rétro vintage appréciable en cette rentrée, autour d'un verre de bon vin proposé par l'association "Take A Sip".


 


A lire aussi sur Froggy's Delight :

Botibol parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album Born from a Shore de Botibol
Botibol parmi une sélection de singles (mai 2012)


La chronique de l'album The Sleeper de The Leisure Society
La chronique de l'album Into The Murky Water de The Leisure Society
La chronique de l'album The Fine Art Of Hanging On de The Leisure Society

En savoir plus :
Le site officiel du Grand Mix de Tourcoing
Le Myspace du Grand Mix de Tourcoing

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=