Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival du Bout du Monde 2004 (dimanche)
Moines tibetains - Tété - Magyd Cherfi - Jane Birkin - Robert Charlebois  (Crozon)  8 août 2004

Samedi qui rit. Dimanche qui pleure.

Sur la route qui me mène de Brest à Crozon, c'est la grisaille mélée à cette petite pluie fine qu'on croirait tout droit sortie d'un brumisateur, dont on dit qu'elle est bonne pour la peau et qu'on appelle le crachin. Hier un soleil de plomb digne du sud de l'Italie, aujourd'hui crachin et vent d'ouest.

Arrivé à Crozon, plus d'ambiguïté, il pleut. Je sais bien qu'il en faudrait plus pour entamer la bonne humeur des bénévoles et des festivaliers, pour preuve, sur le site c'est le sourire qui prévaut, même si la plaine se transforme peu à peu.

Jane B. qui passe ce soir va être comblée (ouh la gadoue, la gadoue...) et Joan B. aurait dû rester aujourd'hui la prairie de Landaoudec sous la pluie lui aurait sûrement rappelé quelques bons souvenirs.

Bon, l'important c'est de rester zen, comme le sont Les moines tibétains qui se produisent en ce début de journée sous le chapiteau du Cabaret.

Tambourins, trompettes tibétaines, costumes et chants traditionnels, attraction de théatre populaire (dont un yak plus vrai que nature) sont au programme. Belle idée, joli spectacle pour tout ceux qui ont su garder leurs yeux d'enfant.

S'il y en a bien un que les considérations météorologiques ne touchent pas le moins du monde, c'est bien lui. Tété se pointe sur scène, l'air de rien, un clin d'oeil à la foule et se promet de mettre un zeste de soleil dans tout ça. Rencontré aux Charrues, j'avais été étonné par la douceur et la candeur du personnage. Il n'émane de Tété aucun soupçon de violence.

Cool, Tété a décidé définitivement d'être cool. Tout l'album est une suite romantique teintée funky, et lorsque le tubuesque "A la faveur de l'automne" paraît, le gars met tranquillement le feu au Festival, comme ça, l'air de pas y toucher. Tété, tel qu'en lui-même, cool mais efficace.

Je le revois en début de soirée, il se promène backstage, sans se départir un seul instant de son sourire, son camescope numérique à la main, pour qu'aucun souvenir ne lui échappe. C'est peut être ça, au fond, une des clés de ce personnage attachant qui garde la candeur de son regard d'enfant sur le monde qui l'entoure.

"Alors Magyd ? Tu vas nous mettre le feu ?" Magyd Cherfi qui s'apprête à monter sur la scène du Cabaret me regarde et éclate de rire. Il s'approche, me tend la main, je l'empoigne et on est là à se marrer comme deux gamins. Je lui parle du concert de Saint Brieuc, ArtRock 04 - encore un putain de festival tiens ! - où il avait littéralement embrasé la place Poulain Corbion, il s'en souvient et quand il parle du public il a cette indicible lueur de sincérité qui s'allume au fond des yeux.

J'aime beaucoup Magyd Cherfi. Je l'aimais déjà beaucoup du temps de Zebda et maintenant qu'il suit sa route en solo, c'est encore mieux. Sur scène, la complicité entre Magyd, ses musiciens et le public fait plaisir à voir et à vivre. Un concert de Magyd, c'est comme un petit bout de chemin qu'on partage avec lui, un moment à la fois tendre et drôle.

Magyd nous parle de ce et de ceux qu'il aime, ses parents, ses frères et soeurs, ses amis, et de ceux qu'il n'aime pas, citant pêle mêle un de ses oncles qui est un vrai con (sic) ou Laurent Gerra (...). Bien sûr les titres de "La cité des étoiles" font partie du set mais aussi d'anciens titres de Zebda, comme "Le pont du carroussel". Retrouver Magyd Cherfi, c'est un vrai moment de bonheur.

Le seul bémol - à l'instar d'Ilene Barnes - c'est qu'il n'aurait pas démérité de passer sur la grande scène. En contrepartie, il est passé deux fois sur la scène du Cabaret. Et puis passer sous un chapiteau et un endroit pareil n'était sûrement pas pour lui déplaire. En quittant la scène, il est repassé me saluer. Magyd est définitivement un mec bien, doublé d'un sacré showman : sur scène on savoure autant le chanteur que le comédien.

Décidément, ce bonhomme sait tout faire. Magique Cherfi !

Le concert de Jane Birkin va commencer dans quelques instants et je repense à la définition de la photographie par Cartier-Bresson. L'instant décisif. Ne pas manquer l'instant décisif. J'ai un peu d'appréhension, j'ai vu Jane à la conférence de presse, un poil plus tendue que d'habitude.

Jane Birkin est quelqu'un pour qui j'ai une infinie tendresse, pas seulement parce qu'elle est la plus délicieuse de nos british's frenchies, mais parce qu'elle incarne le talent et qu'elle sait tout faire, la comédie, le théâtre, le cinéma, la chanson.

Difficile aussi d'occulter la période de sa vie où elle fut la muse et l'amour de Serge Gainsbourg, d'ailleurs le concert ouvre sur le titre écrit et composé par Zazie "C'est comme ça".

Et puis petit à petit, l'orchestre oriental qui l'accompagne prend le la et donne toute la mesure de l'arabesque, arrangements orientaux des titres de Gainsbourg, dont un sublime "Elisa". Jane mêle tour à tour émotion et anecdotes rigolotes, avec cette pointe d'accent qui n'appartient qu'à elle, lorsqu'elle évoque la façon dont le public réagit selon les pays à "Couleur Café", qu'elle parle des choix de chansons avec Serge - il voulait des chansons avec du "rythm" alors que moi je ne voulais que des chansons lentes et alors Serge s'est énervé et m'a dit "Qu'est-ce qu'on va s'faire chier !" - ou qu'elle introduit "La valse de Mélodie Nelson" citée au Royaume Uni comme l'une des plus belles chansons de tous les temps.

Jane est là, dans mon viseur, l'ombre de Gainsbourg - qui était aussi un photographe émérite - semble me murmurer à l'oreille : "Elle est pas dégueu hein mon p'tit gars..." en se marrant doucement. C'est vrai qu'elle est belle, Jane B. Clac ! Le moteur de l'EOS ronronne à chaque prise. Sublime concert. Et quelques moments qu'il vous appartient maintenant de juger s'ils vous semblent décisifs...

"Alors, ça gaze ou quoi ?" Encore un p'tit dernier, pour la route. Quoi de plus normal que de terminer ce cinquième Festival du Bout du Monde avec la prestation d'un chanteur du nouveau Monde ?

Robert Charlebois c'est LE chanteur francophone par excellence, lui par la grâce de qui la vague de chanteurs québécois francophones et leur délicieux accent à couper à la hache - lô po compris ? - ont déferlé sur la France avec des titres aussi incontournables que "Lindbergh" ou "les ailes d'un ange". Robert joue sur du velours ce soir, il le sait bien le bougre. 1,2,3,4,5,6,7 ? Québec ! Pas besoin de lui faire un dessin, au public du bout du Monde qui connaît la partition sur le bout des doigts.

Emballé, c'est pesé ! Robert qui veut d'l'amour plus que jamais, avec une formation électrique nous rappelle aussi que le gros son il maîtrise de main de maître depuis plus de trente ans.

Il embarque avec lui le public et les étoiles du ciel de la presqu'île, les mains se lèvent, trois p'tits tours et sur le chemin qui me ramène à Brest je repense aux rencontres, aux visages illuminés de sourires, aux bénévoles qui peuvent être fiers de leur festival.

Un jour de soleil, un jour de pluie, des musiques d'Afrique, d'Orient, du Tibet, d'Amérique, de Bretagne et de France, du Maghreb, de Cuba, de Québec, des rires et des larmes, mais toujours plein de bonheur, c'est un peu le mélange de tout cela le Festival du Bout du Monde.

Merci et à l'année prochaine !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Samedi au Festival du Bout du Monde

La chronique de l'album La tête qui flotte de Melodium
La chronique de l'album Le coeur dans la tête de Ariane Moffatt
La chronique de l'album Tête de mule de Anaïs Kaël
La chronique de l'album Madones des yeux d’la tête
La chronique de l'album Nu là-bas de Tété
La chronique de l'album Panier sur la tête de Girafe et Bruno Girard
Tété en concert au Festival RocknSolex 2004
Tété en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Tété en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Tété en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
La chronique de l'album Fictions de Jane Birkin
Jane Birkin en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)

Pour en savoir plus :

Tété : www.teteonline.com/
Magyd Cherfi : www.magydcherfi.com/
Jane Birkin : www.janebirkin.net/

Crédit photos : Hervé LE GALL, Cinquième nuit


Hervé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=