Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Léviathan : La chute - volume 1
Lionel Davoust  (Don Quichotte Éditions)  septembre 2011

"Il est des révélations auxquelles l’esprit humain ne saurait se frotter sans chanceler".

Monde cruel ! C’est une trilogie ! Faut attendre le troisième pour THE révélation ! Le premier roman laisse sur sa faim : Léviathan, La chute n’a justement pas de chute, il laisse son lecteur assoiffé. J’aurai dû voir le "vol1" écrit en tout petit tout petit… J’aurai préféré un truc en trois mille pages, lourd de 5 kilos, lisible dans peu de positions, mais j’aurai connu la fin !

Bien fait pour moi, autant pour Lionel Davoust, qui possède le talent d’emmener son lecteur tellement loin qu’il ne peut pas revenir tout seul, je me suis perdue entre l’Antarctique et la Californie. J’en trépigne encore de rage impatiente, j’ai même ébauché un plan de cambriolage de la maison de l’auteur, suivi d’un vol de ses notes en bonne et due forme, il me faut la fin !

L’histoire commence comme un banal thriller, Michael Peterson et son démon : la mort de sa mère lors d’un naufrage, quand il n’était qu’un petit bout. Michael Peterson, son fils, sa femme, une gentille petite famille. Michael Peterson, chercheur en biologie marine, volontaire pour une mission en Antarctique, qui l’aidera à surmonter sa phobie des voyages en mer.

Et sous ces apparences banales, je n’ai rien vu venir, la machination est déjà en marche. La lutte entre la Main Gauche et la Main Droite a commencé depuis belle lurette. J’ai même eu l’impression de devoir courir après un bus pour recoller l’intrigue, savamment distillée par l’auteur. Lionel Davoust donne juste assez d’éléments pour suivre l’histoire, mais dès qu’on commence à croire avoir percé la machination, il accélère, obligeant les méninges à s’échauffer une fois de plus.

Il écrit à la manière d’un loup amical qui veut bien qu’on le suive, mais jamais qu’on le double. Il reste quelques pas devant nous, si jamais on s’avise de presser sa foulée pour le rattraper, il allonge la sienne, nous le perdons de vue au détour d’un chemin, nous avançons à tâtons, pour le retrouver quelques pas plus loin à nous attendre tranquillement, pour repartir d’un pas tranquille, jetant simplement de temps à autres un œil derrière son épaule pour vérifier que nous ne sommes pas largués.

C’est exactement l’effet que m’a produit la lecture, que dis-je : le dévorage de pages, l’engloutissage de phrases, le gobage de mots. J’ai à moitié arraché des pages en les tournant trop brusquement. Et j’étais en rage et en haleine quand je me suis rendue compte que je devrais continuer à me triturer les méninges, m’armer de patience avant de retrouver mon loup qui m’attend au coin du chemin, pour continuer le voyage ensemble. Mais j’ai adoré. Peut-être même mieux que le chocolat.

Je ne vous dévoilerai rien de l’intrigue, ce que j’ai dit plus haut est déjà de trop. Un thriller est bon quand on le découvre du début à la fin. Le résumé au dos du livre en dit également trop, et même s’il m’a décidé à choisir ce livre, la première phrase d’accroche aurait largement suffit. Le roman est construit de ce que quelque chose nous dépassera toujours, que ce soit la double personnalité d’un proche, que ce soit des desseins qui sont les nôtres, que ce soit le plus-haut, le plus-loin, l’au-delà, nous évoluons en aveugle (inconscient ou volontaire), loin d’imaginer la suite des évènements.

"Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin", Jung.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Léviathan : La nuit - volume 2" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Lionel Davoust


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=