Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nadéah
Interview  (Paris)  14 septembre 2011

A l'occasion de la sortie de Venus get even, l'ex Love Gods, Nadéah, venue d'Australie à Paris, nous reçoit chez son pianiste pour une Froggy's session endiablée et une interview intimiste.

Venus Gets Even ou la revanche de Vénus, quel est le message que tu as voulu faire passer ? Une revanche pour les femmes ?

Nadéah : Non, ce n’est pas la revanche des femmes mais plutôt ce que Venus représente pour moi, c’est-à-dire la beauté, l’amour. Cet album représente ce qu’il faut faire quand tu as eu des expériences très difficiles afin de les transformer dans quelque chose de joyeux. Pour moi Venus ou L’amour, c’est la conduite pour changer les choses. Et personnellement, c’est le premier album pour lequel je voulais tout écrire moi-même, sans les hommes, sans collaboration, je voulais avoir le courage de le défendre pour voir ce qu’il allait en sortir, peu importe.

Où as-tu enregistré ton album et combien de temps as-tu passé en studio ?

Nadéah : On l’a enregistré grâce à deux femmes : Katia et Marielle Labèque. Cela a été enregistré dans leur appartement par David Chalmin, mon guitariste et produit par Nicolas Tescari, mon pianiste. Cela a duré trois mois, mais, pour une chanson, cela a pris un an.

C’était laquelle ?

Nadéah : "Whatever lover say". Elle a été écrite assez vite mais entre le mixage et pour trouver un accord entre nous, cela a été très long !

Ton titre favori ?

Nadéah : Non je n’en ai pas. J’aime tout ! Les couleurs sont tellement différentes que c’est comme si je coupais une partie de ma personnalité. Avec certains titres, je suis un peu moins à l’aise, moins confortable. C’est-à-dire qu’ils font partie de ma personnalité que je ne connais pas encore, mais je voulais expérimenter. Chaque chanson est un scénario et pour certains je ne maitrise pas encore le personnage.

Pourquoi fais-tu de la musique ? Comment cela t’est venu ? Ta famille ou ton entourage t’ont-ils encouragée ?

Nadéah : Ça ne vient pas de ma famille. Ma mère chante du lyrique, à chaque fois que j’ai essayé d’étudier, j’ai arrêté car ce n’était pas mon truc, je ne sais pas. J’avais des sentiments pour un garçon donc je me suis mise au piano même si j’ai composé au piano quand  j’avais 5 ans mais c’était basique. La voix est mon instrument ! J’utilise la guitare et le piano pour composer.

Quelles sont tes influences, les groupes qui comptent ou ont compté pour toi, qui t'ont influencée dans ton style musical ?

Nadéah : Pour les paroles, Leonard Cohen et Tori Amos. Ces deux-là sont vraiment impressionnants. Bob Dylan aussi mais il est un peu trop politique pour moi. Plus politique que poétique même si les deux cohabitent chez lui. Les Beatles bien sûr.

Pour les chansons, Pink Floyd et Lou Reed. Lou Reed est incroyable car il parle de choses banales mais il est vraiment contemporain dans ses paroles. Moi j’essaie d’écrire les miennes avec un univers musical assez riche mais aussi assez rétro. Ses paroles sont assez provocantes.

Dans ton album il y a trois titres où tu collabores avec Olivia de The Do, (dont le magnifique "Scary Carol", "Suddenly afternoon" et "Odile"). Comment s’est passée cette collaboration ? Tu renouvellerais l’expérience de partager quelques titres ?

Nadéah : On a rencontré Dan (Dan Levy, The Do) dans une soirée, Olivia est venue par la suite lors d’un de mes concerts et elle a adoré. On lui a alors demandé si elle voulait être une "guest vocal" sur trois chansons de Venus Gets Even et elle a accepté. Elle a adoré la musique, ça s’est passé comme ça. En tout cas, j’adore sa voix, tout ce qu’elle fait en live, sa musique, c’est vraiment formidable.

Tes compositions sont pour la plupart autobiographiques aussi bizarre que cela puisse paraître à la vue de certains titres. Est-ce que cela t’aide de parler de choses tristes ou qui te touchent personnellement ou est-ce juste une source d’inspiration comme une autre ?

Nadéah : Personnellement, je ne peux écrire qu’avec une base de vérité, soit la mienne soit celle des autres. Mais si on veut aller en profondeur, parfois les histoires les plus bizarres du monde sont des histoires vraies. J’ai trouvé des histoires vraiment incroyables et c’est ce que je voulais faire quand j’ai écrit cet album. J’ai d’abord écrit des titres puis écrit la chanson puis j’ai trié car je savais que personne n’allait comprendre, ni le croire mais en tout cas, si je voyais ça au dos d’un album, ça me donnerait envie de l’acheter car c’est vraiment très bizarre. (rires)

Depuis quand composes-tu ?

Nadéah : Ma première composition date de mes 12 ans.

Dans ton album, quelle chanson a été ta première composition et laquelle est la petite dernière ?

Nadéah : "Scary Carol" est la plus ancienne, je l’ai composée avec un membre de The Lovegods et la plus récente est "Whatever lover say".

Tu fais appel à tes musiciens pour composer ou tu fais ça seule ?

Nadéah : C’est moi seule sauf pour "Scary Carol" faite avec Arthur qui a fait la guitare et moi la mélodie et les paroles. Sur l’EP, j’ai fait "L’exterminateur" mais je n’avais pas la mélodie et c’est le producteur Nicolas Tescari qui a fait les arrangements. Il remplit très bien l’espace et je ne pourrais jamais faire cela.

Sur ton album, toutes tes chansons sont écrites en anglais. Est-ce que tu penses que dans ton prochain album il y aura des chansons en français ? Tu te sens plutôt comme une artiste anglophone ou comme une artiste française ?

Nadéah : Non. Je suis tellement exigeante pour les paroles que je n’oserai jamais approcher la langue française. Cela m’est arrivé pour "L’exterminateur" mais ce n’était pas grave si je faisais des fautes. Mais pour des choses plus subtiles, je ne le ferai pas en français. Je n’ai pas cette capacité de poésie, je ne pourrais pas jouer avec les mots en français. Je connais ma langue maternelle depuis quelques décennies maintenant donc c’est plus facile pour moi. Je suis une artiste anglophone ça c’est sûr !

Ecris-tu uniquement pour toi ou as-tu déjà composé des titres ou mélodies pour d’autres artistes ?

Nadéah : Oui je commence à le faire. Car j’avais écrit des tonnes de chansons. Maintenant, je commence à les donner aux autres car elles ne me représentent plus.

Si tu avais une piste 12 sur ton album, quelle aurait été la reprise que tu aurais aimé t’approprier ?

Nadéah : C’est dur de faire des covers car les originaux sont toujours meilleurs. C’est rare que je me dise : "tiens, il faudrait que je reprenne telle chanson". Mais j’adore "The Sound of silence" ! J’ai entendu quelqu’un la reprendre dans Taratata, c’était magnifique ! Et "Jolene" de Dolly Parton, j’adore cette chanson depuis toujours, elle a été reprise des centaines de fois, mais elle reste géniale.

Quand on te voit sur scène, tu es clairement bien plus qu’une chanteuse, tu grimpes partout où tu peux : enceinte, ampli, poubelle… Bref un one woman show. Tu n’as jamais pensé au théâtre ou à jouer dans des films ?

Nadéah : J’y ai pensé, je suis en train de voir ça pour les films. Je voulais faire du théâtre au début mais le monde autour du théâtre ne m’a pas plu. Quand j’étais jeune, mon école était une école de théâtre mais c’était dans le milieu du drame et je ne le supportais pas.

Si tu veux conserver le côté musique tout en jouant la comédie, il reste toujours comme possibilité les comédies musicales, bon certes ce n’est pas très rock n roll…

Nadéah : J’ai fait ça jusqu'à mes 15-16 ans dans une école à Melbourne. Les gens étaient trop superficiels et trop politiques. Mais j'imagine que dans le milieu professionnel, c’est différent et ce qui me gênait dans cette école, c’est qu’on ne pouvait pas composer et j’ai besoin d’être créative.

Mais si tu pouvais jouer dans une comédie musicale, laquelle choisirais-tu ?

Nadéah : The Rocky Horror Picture Show mais je suis ouverte à toutes les autres.

Il paraît que tu es une excellente cuisinière : une recette à nous conseiller ?

Nadéah : Le chocolate brownie aux courgettes ou aux carottes mais les gens sont habitués au carrot cake alors plutôt aux courgettes !

Pour conclure, un petit portrait chinois. Tu es plutôt ville ou campagne ?

Nadéah : J’ai choisi la ville.

Chat ou chien ?

Nadéah : Chien.

Electrique ou acoustique ?

Nadéah : Acoustique… en fait non, électrique.

Vin ou bière ?

Nadéah : Vin, je déteste la bière.

Blanc ou rouge ?

Nadéah : Rouge.

Tatoo ou piercing ?

Nadéah : Tatoo.

Ce que tu écoutes en ce moment ?

Nadéah : Gnose et méditation.

Un sport ?

Nadéah : La danse.

Un objet dans ton sac à mains ?

Nadéah : Une crème pour les douleurs de sportifs.

Un poète ?

Nadéah : Patti Smith que je lis en ce moment.

Retrouvez Nadéah
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Nadéah parmi une sélection de singles (mai 2011)
La chronique de l'album Venus Gets Even de Nadéah
Nadéah parmi une sélection de singles (mai 2013)
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
Nadéah en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Nadéah
Le Myspace de Nadéah

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Gentiane         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Nadéah (14 septembre 2011)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=