Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lali Puna
Conférence de presse  (La route du Rock)  août 2004

Pour Lali Puna, groupe expérimental électro pop munichois signé par le label allemand Morr Music, c'est Valérie Trebeljahr (composition-claviers),petit bonbon rose, et Kaspar Brandner (batterie), look de docteur mabuse avec barbiche et lunettes arty qui prennent le micro.

Quels souvenirs gardez-vous de vos premières prestations scéniques notamment ici il y a 3 ans et quelle évolution percevez-vous?

Valérie Trebeljahr : C'est très différent car la mise en place au sein du groupe a changé. Nous jouions avec des samples sur lesquels tout était enregistré. Nous avons évolué dans le sens d'un groupe live et nous utilisons des ordinateurs.

Kaspar Brandner : L'utilisation d'ordinateur donne un son plus dense.

Votre son est-il très lié à Walheim, votre ville d'origine comme celle de Notwist qui a une scène musicale électro-pop très vivace, ou sonne-t-il plus international ?

Valérie Trebeljahr : Walheim est très important pour nous car nous sommes un cercle d'amis et il y a une terre commune. Beaucoup de projets tournent autour de Notwist c'est-à-dire des frères Acher, Console, Martin Gretschmann, MS john soda, Tied & Tickled Trio. Mais je ne pense pas que l'on fasse une musique dite allemande. Notre son sonne international. Le label Morr music s'ouvre aussi sur l'international.

Vous faites beaucoup de concerts; votre musique est-elle appréhendée de la même manière dans tous les pays?

Kaspar Brandner : Non. Il y a des perceptions nationales. Par exemple si on compare la Suède et la Pologne. En Suède, il y a une prédominance de la culture rock donc nous nous sommes sentis un peu hors contexte. En revanche, la Pologne est beaucoup plus réceptive.

Comment ressentez-vous le fait d'être très apprécié par Tom York de Radiohead ?

Valérie Trebeljahr : C'est la question que l'on nous pose à chaque fois. Nous en sommes très fiers. Cela nous a beaucoup aidé. Nous sommes en contact avec eux. Cela date de l'époque où Radiohead a été rédacteur en chef des Inrocks et il a fait une chronique sur Tricoder, notre premier album. Et en fait, c'est plutôt Colin Greenwood qui est fan.

Pensez-vous qu'on vous écoute uniquement parce que ce que vous faites plait à Radiohead ?

Valérie Trebeljahr : Non, je ne pense pas. C'est en fait comme si un de vos amis vous conseillait un groupe qu'il apprécie.

Pensez-vous que les évolutions techniques en matière électronique pourraient affecter ou influencer votre travail ?

Valérie Trebeljahr : Cela aura des influences mais pas tant pour moi que pour le public un peu âgé qui devra s'habituer à de nouvelles technologies.

Pensez-vous que cela pourrait conduire à la disparition de la chanson format 3 minutes?

Valérie Trebeljahr : Non, je ne pense pas. C'est le même débat que celui de l'impact d'internet sur le journal papier. Cela changera peut être la manière d'écouter de la musique mais certainement pas le processus de création de la musique.

Quels sont les projets de Lali Puna?

Valérie Trebeljahr : Les tournées sont vraiment très éprouvantes et fatigantes. Je ne travaille donc pas en tournée. Et puis Lali Puna va faire un break après cette tournée. Nous irons aux Etats Unis et nous ferons ensuite une pause. Il y a les projets d'album de Console et de Notwist donc Markus Acher sera très peu disponible. Je travaillerais sans doute pour moi mais le prochain album de Lali Puna ne sortira pas avant 3 ou 4 ans.

En quoi la présence de Markus Acher qui appartient aux groupes Notwist et Console affecte-t-il le répertoire de Lali Puna ?

Valérie Trebeljahr : Chaque membre de Lali Puna a droit à la parole et influence le groupe. Markus a écrit plus de chansons pour les albums précédents. Nous formons un vrai groupe. Les compositions sont écrites par Markus et moi-même mais en studio chacun apporte sa part pour faire évoluer le morceau.

Avec le recul, comment analysez-vous l'évolution de Lali Puna en 3 albums ?

Kaspar Brandner : "Tridecoder" était basé sur le son électro. Sur "Scary world theory" nous avons beaucoup travaillé sur les samples et "Faking the books" ressemble beaucoup à ce que Lali Puna donnait sur scène, un vrai groupe live.

Allez-vous aider Markus pour le prochain album de Notwist ?

Valérie Trebeljahr : Non. Il s'agit de groupes bien distincts. Et puis nous évitons ce genre de travers car cela deviendrait vite répétitif.

Le dernier album me paraît avoir un côté rock assez prononcé et fait penser au rock du début des années 90 comme Lush, Ride, même un peu Cure. Avez-vous ces influences ?

Valérie Trebeljahr : Oui, nous sommes conscients de ce côté plus rock. Nous voulions inclure plus de guitares dans le dernier l'album mais cela s'avère très difficile d'inclure dans la structure électronique de notre musique des morceaux de guitare solo. My Bloody Valentine était notre point de repère.

Pensez-vous qu'il y a un revival du shoegazing, Morr music ayant remis au goût du jour Slowdive ?

Valérie Trebeljahr : Pour moi, ce n'est pas vraiment ma culture sauf My Bloody Valentine mais beaucoup des gens qui gravitent autour de Morr Music ont grandi avec cette musique, celle de My Bloody Valentine, de Cocteau twins.

Vous venez ici pour la 2ème fois. Il y a 3 ans vous jouiez en début de soirée et il faisait extrêmement chaud. Aujourd'hui, le temps est plus frais et vous jouerez plus tard. Comment vous sentez-vous?

Valérie Trebeljahr : Nous voulions vraiment revenir ici car il s'agit d'un beau et important festival. Il y a 3 ans nous avions enchaîné sur une tournée en France et la Route du Rock était vraiment une référence de qualité.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lali Puna en concert au Festival de Dour 2004 (samedi)
Lali Puna en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Lali Puna en concert au Festival Microcosm 5


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=