Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peaches
Conférence de presse  (La route du Rock)  août 2004

Record d'affluence pour la conférence de presse de Peaches ; les curieux se pressent ! Un brin déçu sans doute par sa sobre tenue tant vestimentaire que comportementale. Car c'est Merrill Nisker qui répond, une petite bonne femme menue et fragile à l'air désespérement triste.

Les quelques questions concernent bien évidemment les incidents qui émaillent ses prestations scéniques qui provoquent souvent des réactions violentes des spectateurs à son encontre.

Et à plusieurs reprises, elle répétera :" I made music there is no question about my music ?"

Comment allez-vous?

Merrill Nisker : Bien. Merci.

La dernière fois que vous êtes venue à la Route du Rock ce fut épique. Vous étiez avec Gonzalès et vous aviez fait les fous.

Merrill Nisker : Oui, il y a 4 ans c'était complètement fou.

Quelle impression cela fait-il de jouer avec les Stooges ?

Merrill Nisker : C'était fantastique spécialement en Slovénie. Ça m'a rendu complètement dingue.

Dans votre album Fatherfucker, il y a une collaboration avec Iggy Pop. Comment cela est-il arrivé?

Merrill Nisker : Par accident. Iggy Pop est venu me voir jouer à LA et il a apprécié. Ensuite, Iggy Pop m'a rappelé pour savoir s'il pouvait faire une reprise de "Rockshow". Electric 6 voulait faire la même chose. Ensuite, Iggy Pop a joué sur mon album.

Vivez-vous toujours à Berlin et qu'aimez-vous dans cette ville?

Merrill Nisker : Oui. Mais vous savez beaucoup de choses arrivent par hasard pour Peaches. Je ne pensais pas faire une carrière avec Peaches. Je suis venue à Berlin pour un concert et un petit label Kitty Yo m'a signé. Je suis venue m'installer à Berlin parce que c'était en Europe et que je devais changer de vie.

Vous étiez sur la tournée de Marylin Manson. Quelle a été la réaction du public?

Merrill Nisker : Cette tournée s'appelait The grostesque burlesque tour et voulait recréer l'atmosphère burlesque des années 20. Je faisais une courte apparition sur scène mais j'ai néanmoins choqué le public. Du coup cela m'a amené plein de fans gothiques. Mais à Paris ça s'est mal passé parce que je me suis faite cracher dessus au moins une vingtaine de fois. Donc, ça m'a énervé et je suis allée dans le public. Je lui ai craché dessus et je lui ai tapé dessus avec mon micro.

A quoi doit-on s'attendre ce soir?

Merrill Nisker : J'ai amené mes danseuses qui seront barbues et munies de godemichets rouges. J'aurais une très belle guitare. Ça fera comme du Kiss.

Vous avez participé à un documentaire Sex and rock. Que pensez-vous de la place des femmes dans le rock et pensez-vous participer à cette histoire?

Merrill Nisker : Je pense que les femmes devarient commencer à parler des hommes dans le rock et les hommes devraient commencer à parler des femmes dans le rock. Je suis contre la getthoïsation. Le féminisme débouche sur une impasse qui a donné naissance aux groupes comme les Spice girls ou inclusifs comme les Riott girls. En tant que femme j'essaie d'intégrer la partie femme et la partie homme. Les hommes devraient être plus objectifs dans leur manière d'aborder les femmes. Beaucoup de chansons demandent aux femmes de bouger leurs corps, leurs fesses, leurs seins mais ne demandent jamais aux hommes de remuer leur bite. Ça manque énormément dans la musique.

Que s'est-il passé lors du concert à Nottingham ?

Merrill Nisker : On m'a lancé une pile, une canette. Cela me rend encore plus hardcore. J'ai renvoyé la pile dans la figure de celui qui me l'a lancé. Si je craquais lors de ces incidents, ils gagneraient. Or moi, je veux rester sur scène et je réponds par plus de provocation.

Toute l'équipe avec laquelle vous avez commencé, comme Gonzalès ou Feist, s'est reconvertie. Seule vous continuez dans la voie initiale. Ne craignez-vous pas la confusion entre vous Merrill Nisker et le personnage de Peaches ?

Merrill Nisker : Non. Je n'ai pas du tout peur car je ne commet aucune confusion. Je sais exactement qui je suis.

Je suis devenue musicienne rock par accident parce que je jouais de la guitare acoustique et de la musique folk. Ensuite j'ai fait de l'avant-jazz. Puis j'ai rencontré Feist et Gonzalès. Nous voulions innover dans la musique. J'ai trouvé ma voie. Feist a un visage d'ange et joue de la guitare comme un démon. Le premier amour de Gonzalès est le piano. Nous sommes restés des amis très proches.

Il n'y a jamais eu autant de monde présent à une conférence de presse depuis le début du festival. Etes-vous consciente du fait que vous attirez le public davantage par votre personnage que par votre musique ?

Merrill Nisker : Je me rends bien compte que peu de gens me posent des questions. Peut-être devrais-je poser des questions ? Pourquoi êtes-vous venus ?

Pourquoi êtes-vous venue à la Route du Rock ?

Merrill Nisker : Ce que je fais dans mes concerts est normal pour moi. Je ne cherche pas à choquer mais à être acceptée. Ici ce n'est pas un festival de rock mais de pop. J'aimerai bien que la musique mainstream soit un peu plus subversif et que la musique underground soit davantage mainstream.

Face aux réactions très violentes que vous essuyez en concert qui sont autant de manifestations d'intolérance, vous êtes-vous fixé une limite?

Merrill Nisker : Il n'y a pas de limite. Ce qui me dérange beaucoup pour les femmes dans le rock c'est que lors de stage diving, il y a toujours des hommes qui essaient de mettre le pouce dans la culotte, ce qui est souvent arrivé à Courtney Love qui est une de mes amies. La limite est dépassée par le gars et c'est à la femme de réagir, de se mettre devant lui, de lui ôter sa chemise, son pantalon et de l'attraper par les couilles et de les lui écraser. Les réactions violentes viennent également des femmes qui m'ont pressé les seins. On m'a mordu, piqué, griffé. Ça les excite aussi.

Je fais de la musique. Personne n'a de question sur ce sujet ?

Avez-vous un nouvel album en préparation et dans l'affirmative, quelle en sera la thématique?

Merrill Nisker : Non. Pour le moment, je n'ai aucun projet d'album. Je n'ai vraiment aucune idée de ce que cela pourrait être car je n'ai pas eu une minute pour y penser car je tourne sans arrêt depuis un an. Avez-vous une idée ?

Des chansons d'amour romantiques.

Merrill Nisker : Non désolée c'est à Feist de les faire.

Du blackmétal acoustique.

Merrill Nisker : Ça sonne fantastiquement bien.

Pour l'avenir abandonnerez-vous votre groove box qui revient à la mode chez beaucoup de groupes ?

Merrill Nisker : Il est vrai que cette formule est un peu à bout de course. En même temps, ce n'est pas vraiment une marque de fabrique puisqu'on a du mal à me mettre une étiquette. Dans les magasins, on trouve mes albums aussi bien au rayon indé qu'électro. J'ai fait quelques remixes intéressants cette année dont un pour Yoko Ono, Kiss Kiss Kiss que je vais jouer ce soir, les butthole Surfers qui s'appelle Red neck sex que j'adore. C'est un des moments les plus exaltants de ma carrière.

Vous disiez que pour les gens éprouvaient des difficultés à apposer une étiquette sur votre musique. Si vous deviez le faire quelle serait-elle ?

Merrill Nisker : Je ne suis pas française, je n'aime pas les étiquettes. S'il le fallait, ce serait bien, extraordinaire, brillante, merdique... Mais je ne sais vraiment pas. Electronique punk ?


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Unreleased Cutz + live Jamz 1994 de Moldy Peaches
La chronique de l'album Impeach my bush de Peaches
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Peaches en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème

crédit photos : Froggy


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=