Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce HEY ! Modern art & Pop culture
Halle Saint Pierre  (Paris)  Du 15 septembre 2011 au 4 mars 2012

Le Musée de la Halle Saint Pierre, spécialisé dans les arts singuliers dont l'art brut, et la revue française HEY!, consacrée à l’art plastique underground actuel, se sont associés pour présenter une exposition qui décoiffe en ce qu'elle emprunte les chemins de traverse de la monstration muséale.

Intitulée "HEY ! Modern art & Pop culture", elle invite à la découverte de la multitude de courants qui composent la nébuleuse qualifiée de subculture ou de culture undergound qui, par des racines qui puisent dans l'art populaire, entre parfois en résonance avec l'art brut.

Anne Richard et Julien Deflisques, fondateurs-rédacteurs en chef de la revue et co-comissaires de l'exposition, ont sélectionné un florilège de 64 artistes de toutes générations et originaires des quatre coins du monde pour représenter ce "mouvement alternatif planétaire, qui ne rentre pas dans une orthodoxie du dogme esthétique, du marché".

Ce qui n'est cependant pas synonyme d'artistes inconnus ou émergents car la plupart sont déjà reconnus, exposent dans des galeries et participent aux grandes manifestations d'art contemporain.

L'exposition investit les deux niveaux du musée : au rez-de-chaussée, cimaises noires et lumières minimalistes pour les oeuvres sombres, à l'étage, white cube pour les artistes qui travaillent dans un registre plus parodique et humoristique.

Six décades de création alternative

L'exposition présente quelques artistes reconnus d'art brut, essentiellement des artistes nés au début du 20ème siècle tels Clovis Trouille, Jean Tourlonias, Henry J. Darger, Pierre Molinier, Philippe Dereux et Pierre Bettencourt, ce qui permet une certaine mise en résonance avec les oeuvres des autres artistes présentés qui ne sont cependant pas dans la même dynamique créatrice.

Pour les premiers, essentiellement autodidactes et en marge absolue des mouvements et du milieu artistiques, la démarche est spontanée et la pratique de l'art innée, généralement autofictionnel et souvent cathartique.

Pour les seconds, formé aux beaux-arts, la démarche d'élaboration méthodique de leur oeuvre s'inscrit délibérément, même en rupture, dans le contexte artistique contemporain.

Ces derniers sont considérés comme les représentants du Lowbrow Art. Tel le serpent du jeu Snake qui s'allonge à chaque fois qu'il mange, ce mouvement d'art pictural né en Californie à la fin des années 70 n'a cessé de phagocyter, ou fédérer, les cultures populaires existantes en intégrant régulièrement au fil du temps les nouvelles subcultures.

L'exposition permet d'appréhender la diversité non seulement des techniques et des médiums mais des courants. Et à tout seigneur tout honneur, avec le pop art : le pop art classique (Véronique Dorey, Scott Hove), psychédélique (Elzo Durt), rococo (Kris Kuksi, Michel Gouery), surréaliste (Jeff Soto, Lin Shih-Yung) ou kitsch (Alex Gross).

Pour la figuration narrative avec les collages à la Erro, lui-même présent, Eudes Menichetti et l'incontournable Robert Combas pour la figuration libre tendance punk. Une tendance majeure avec le néo-gothique inspiré par l'univers tourmenté des peintres du gothique tardif avec des déclinaisons "nationales" (Chris Mars, Nuvish,Turf one, Murielle Belin et Daniel Martin Diaz).

Des registres inattendus avec le symbolisme post-apocalypse (Martin Wittfooth), le primitivisme pop avec les robots du Noun de Dirosa et le folk art des animaux de Aj Fosik.

Sont également bien représentés le street art avec Alexone, JonOne, Neozoon, et Dan Witz, le courant bd underground (Gilbert Shelton, Mezzo, Blanquet, Dave Cooper David B., Ludovic Debeurre) et le body art avec l'art tatoo (le précurseur Sailor Jerry Collins, Titine k-Leu dont une toile a été retenue comme visuel pour l'affiche de l'exposition, les bras de Guy le Tatooer et les "tatooo machines" de Karl Marc).

Le hardcore se défend bien (la porngeneration avec Mischa Good, les arts toys "Barbitch" de Carmen Gomez, les porcelaines gore de Jessica Harrison).

Impossible de rater les "Prédestinés" de Alexandre Nicolas, inclusion sous cristal de synthèse des héros notamment de comics, tels Spiderman et Hulk, à l'état de foetus, qui s'interroge sur les mythes et les symboles.

Et prendre le temps de découvrir le peuple invisible de Yu Jinyoung et les êtres hybrides de Silivia B.

A noter qu'il s'agit d'une exposition à géométrie variable : un nouvel accrochage intervenant en janvier 2012 ce qui milite pour une deuxième visite au sein d'un lieu convivial, avec un bel espace restauration proposant des délices maison, le tout au pied du Sacré Coeur.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Halle Saint Pierre
Le site officiel du magazine Hey

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Halle Saint Pierre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=