Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Louis Murat
Interview  (Paris)  20 septembre 2011

Rencontrer Jean-Louis Murat est une épreuve à laquelle on se prépare. Il est impressionnant d'une part en raison de son oeuvre et de chansons qui font de lui un des compositeurs/interprètes majeurs dans la chanson française de ces vingt dernières années, mais aussi parce qu'il a la réputation de ne pas avoir un caractère facile. Pourtant, c'est un homme agréable et chaleureux qui m'accueille, loin de l'image du chanteur torturé que je redoutais de rencontrer. Néanmoins, pour l'avoir vu de nombreuses fois en concert, je le sais capable de se fermer ou de se monter cinglant. Ainsi en rentrant dans la chambre de l'hôtel parisien où il enchaîne les interviews ("C'est quand même un métier moins dur que celui de maçon" me dira-t-il dans un sourire avant l'entretien), je n'ose pas faire de blague entre le lit défait et le titre de son single de 1991, "Le lien défait". Pourtant son dernier album, Grand lièvre, par la légèreté de ses mélodies et de ses arrangements, rappelle à bien des égards ses productions de l'époque. Rencontre avec un artisan passionné.

La pochette du disque est largement plus lumineuse que tout ce que vous avez pu faire dernièrement. Pourtant, c'est un album en clair-obscur. Pourquoi ce choix de pochette ?

Jean-Louis Murat : Je ne me suis pas occupé directement de la pochette, mais j'avais exprimé le souhait d'une pochette colorée, qui ressemble à une illustration de livre pour enfants. Je souhaitais une pochette allégée au maximum, parce que les paroles des chansons de ce disque sont déjà lourdes. Pour contrebalancer des chansons de plomb, je voulais une pochette de poils.

J'ai utilisé le terme de clair-obscur car les paroles restent graves, mais la musique, à mon sens, se fait moins pesante. Est-ce une question de production, d'enregistrement ?

Jean-Louis Murat : C'est en raison de la production. Il n'y a pas de chorus, presque pas de guitare électrique mais essentiellement de la guitare acoustique. De plus, il y a dans la structure de chaque chanson des passages qui allègent le propos. J'enregistre beaucoup d'albums, mais je me donne à chaque fois des règles très précises. En l'occurrence, pour celui-ci, je voulais alléger le ton général de l'album.

À l'écoute de Grand Lièvre, j'ai eu le ressenti que pour certaines chansons, comme "Qu'est-ce que ça veut dire ?", que la musique était écrite en premier, puis que ensuite venaient les paroles. Et que c'était l'inverse sur, par exemple, "Rémy est mort". J'ai aussi eu l'impression d'un enregistrement quasi live pour "Haut Arverne", mais d'un enregistrement en plusieurs couches pour "Alexandrie".

Jean-Louis Murat : Jamais je ne mets de texte en musique, j'écris toujours paroles et musique en même temps. Quant à l'enregistrement, il s'est déroulé de manière très rapide. Chaque chanson a été jouée deux ou trois fois, dans des conditions quasiment live, dans le même lieu, en cinq ou six jours. Je comprends vos impressions mais il n'y a pas eu de traitement particulier sur les chansons. Par exemple, "Alexandrie" est une prise live, seuls les choeurs ont été rajoutés ultérieurement. C'est plutôt la structure de la chanson qui procure cette impression. Mais les musiciens et moi avons joué les structures que j'avais définies. Il n'y a pas eu de travail par-dessus ensuite. Le principe était "on ne touche à rien". Mis à part les chants, c'est du live pur jus.

Avec "Champion espagnol", vous revenez à un thème que vous avez déjà abordé. Celui du sportif, du cycliste. Pourquoi cet intérêt ? Pour l'effort solitaire, pour le côté fête populaire du tour de France ?

Jean-Louis Murat : C'est pour le côté champion, dépassement de soi. Je suis un grand admirateur des sportifs. Les champions sont les personnes pour lesquelles j'ai le plus de respect. J'ai l'impression d'avoir beaucoup à apprendre des grands sportifs. J'aime les champions, les héros, les gens qui se dépassent. J'aime la dimension supérieure, pas ce qui rapetisse l'homme.

On trouve d'ailleurs souvent dans vos textes des symboles de la transcendance, l'utilisation d'images verticales...

Jean-Louis Murat : Je vois ce que vous voulez dire. Comme si ce qui était horizontal était plus narratif, chronologique, ordonné. En effet, instinctivement, j'ai tendance à organiser des choses à la verticale. Du bas vers le haut. Il est vrai que la spiritualité ou la métaphysique des choses, dans les chansons, m'intéressent plus que la description plane et horizontale. Pour l'horizontal, je trouve que la télé ou la presse se chargent très bien de tout remettre au même niveau, de traiter tous les sujets sur un même plan. C'est pourquoi la dimension horizontale m'attire.

D'ailleurs dans cet album, vous abordez le thème de la prière et vous citez au moins 3 fois Dieu...

Jean-Louis Murat : Je ne suis pas religieux pour deux sous, mais j'ai le sens du sacré. J'ai le sens du sacré comme par ailleurs j'ai le sens de l'effort, du champion ou du héros. J'ajouterais même du saint. Pour moi, le champion est dans l'antichambre de la sainteté.

Sur "Il faut vendre la terre", vous prenez encore cette direction puisqu'il y a l'idée de refus d’abandonner malgré la difficulté des conditions.

Jean-Louis Murat : C'est vrai qu'on retrouve dans cette chanson l'image du vertical opposée à celle de l'horizontal. J'aime beaucoup les habitants des montagnes, l'agriculture de montagne... Pas uniquement en France d'ailleurs. Je me sens proche aussi des tibétains ou des peuples andins. Or, depuis une quarantaine d'années, tout le monde finit dans des villes dans les plaines. Il y a un mouvement d'exode rural partout dans le monde qui entraîne le développement de mégapoles où règne la pauvreté. À l'échelle de la planète, l'homme est devenu citadin et vit désormais dans les plaines. C'est comme si la modernité gommait le vertical et mettait tout le monde au même niveau. Ça me dégoûte, je déteste le fait citadin.

Pourtant, même dans le Cantal, une ville que vous devez connaître comme Riom-ès-Montagnes est située en contrebas et tout y est au même niveau.

Jean-Louis Murat : Certes, mais Riom-ès-Montagnes était une ville de bourgeois, de marchands, qui vivaient du travail des agriculteurs et des éleveurs alentour. C'est une ville qui a prospéré par les foires et les marchés, et ensuite s'est développée grâce à l'arrivée de l'administration. Comme beaucoup d'autres villes d'Auvergne d'ailleurs.

En Auvergne, l’exode rural des montagnes est un phénomène qui a commencé très tôt, et qui étonnamment se répète un peu partout sur le globe aujourd'hui. Comme je le dis dans le texte, c'est comme si les gens des plaines accusait la montagne d'être un obstacle à la joie. Comme si les habitants des plaines ne pouvaient supporter que quiconque habite au-dessus d'eux.

Sur Grand Lièvre, on retrouve une des marques de fabrique des disques de Murat, à savoir certains passages parlés, parfois incompréhensibles, à l'arrière des chansons, ou des enregistrements de bruits de la vie. Quel est l'apport de ces ajouts ?

Jean-Louis Murat : Je sais que les auditeurs aiment bien suivre cela. Ça a un sens, mais je laisse à chacun la liberté de l'interpréter comme il le souhaite. Il faut laisser entrer la vie dans les chansons, et laisser l'esprit de l'auditeur travailler. Par exemple, sur "Rémy est mort", j'avais un long texte dont je n'ai gardé que quelques bribes. C'était un texte sur un officier américain qui arrivait à Dachau et téléphonait à son supérieur pour lui annoncer l'horreur qu'il avait découvert. Il ne reste que quelques bouts de phrases qui parlent d'infini et de désarroi. J'intègre ces passages dans mes chansons pour intriguer l'auditeur. Souvent ce sont des phrases que j'enregistre sur un dictaphone et que je glisse ensuite lors de l'enregistrement.

Ajouter ces morceaux de vie est aussi un moyen de lutter contre la technologie. Pour Grand Lièvre, on a enregistré sur un 24 pistes à l'ancienne parce qu'on voulait qu'il y ait du bruit de fond. La technologie numérique permet de gommer tous les bruits de fond, et paradoxalement aujourd'hui, c'est la musique qui est devenue un bruit de fond. J'aime le souffle et les craquements que produisent les disques vinyle, je trouve quelque chose de poétique à ce souffle qui enrichit l'écoute. Depuis 30 ans, il existe des micros qui coupent automatiquement les signaux trop faibles. Par exemple, dans le jazz, lorsqu'un saxophoniste est enregistré avec un micro de proximité, on ne l'entendra plus prendre son souffle et on n'entendra pas la note arriver de très loin. En perdant le bruit de fond, on perd aussi le fond et le sens des choses. C'est comme si dans la peinture, chez de Vinci ou chez Raphaël, on gommait l'arrière-plan du tableau. La signification ne serait plus la même.

De plus, il y a le format mp3 qui non seulement écrase l'espace, l'ampleur qu'on peut donner à la musique, mais qui aussi javellise l'ensemble. C'est-à-dire que tous les petit bruits, toutes les petites bactéries qui font la musique, disparaissent. Or ces petites bactéries, comme en biologie, participent de la vie dans la musique. Je peux m'enregistrer en guitare/voix, mais si je m'entends un mois plus tard en mp3, parfois je ne retrouve rien du tout de l'instant. C'est un format dégueulasse. La musique est déshumanisée et c'est, à mon sens, une des raisons du désamour des gens pour les chansons.

En dernière question, je voulais vous parler d'un disque que vous aviez réalisé et qui comportait beaucoup de bruits de fond, c'était les Rancheros. Après le volume 1 "Golden couillasse", le volume 2 qui était annoncé sortira-t-il un jour ?

Jean-Louis Murat : (rires) Alors là, en effet, il y avait du bruit de fond. Bien que les chansons du volume 2, "Silver connasse", existent, elles ne sortiront pas. C'était une blague. On avait même le titre pour un troisième album, "Platinium fucking". Il n'y aura eu que "Golden couillasse" finalement. (rires).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Jean-Louis Murat


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=