Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cézanne et Paris
Musée du Luxembourg  (Paris)  Du 12 octobre 2011 au 26 février 2012

Dans l'inconscient collectif, Paul Cézanne est le peintre aixois de la montagne Sainte-Victoire et des natures mortes aux pommes.

Avec l'exposition "Cézanne et Paris", en collaboration avec le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. le Musée du Luxembourg propose d'opérer un complètement indispensable en se penchant sur les relations entretenues par le peintre avec la capitale.

Cézanne a séjourné à de très nombreuses reprises à Paris et ses environs et y a peint un nombre de toiles, non négligeable au regard de l'ensemble de sa production qui scandent l'élaboration de son oeuvre dont Paris est le centre de gravité.

Sous le commissariat général de Gilles Chazal, directeur du Musée du Petit Palais et le commissariat scientifique de Denis Coutagne, conservateur honoraire du patrimoine et Président de la Société Paul Cézanne, et Maryline Assante di Panzillo, conservateur du patrimoine au département des Peintures du Musée du Petit Palais, l'exposition, structurée selon un parcours quasiment chronologique, invite à découvrir le processus créateur atypique de Cézanne.

Cézanne et Paris : un peintre, un lieu, un temps* pour construire une oeuvre

Pour Cézanne l'ambitieux, Paris c'est une capitale artistique effervescente, le lieu du Salon dont dépend la reconnaissance artistique et le siège du marché de l'art dont dépend la consécration. Pour Cézanne le peintre méridional, Paris c'est le Louvre qui lui permet l'étude des maîtres anciens qu'il admire mais également la modernité qui l'incite à la confrontation avec ses contemporains.

Ainsi Paris devient-il un lieu d'expérimentations et de recherches thématiques successives, un laboratoire qui détermine les orientations et constructions picturales qu'il développera dans son pays du Sud.

Dans les années 1870, Cézanne s'exerce à la scène de genre (les lectures de Paul Alexis chez Zola) et au portrait ("Le nègre Scipion") et explore les problèmes de la peinture ("La pendule noire") avec une peinture opaque.

Cézanne peint Paris à doses homéopathiques.

Seules quatre toiles connues, dont les superbes et surprenants "Toits de Paris" résolument pré-cubiste, toile rarement vue car figurant dans une collection particulière depuis 1939, ont Paris pour sujet et encore ne s'agit-il pas d'une peinture sur la modernité du Paris urbain mais d'une peinture intemporelle qui de surcroît dépourvue de contenu narratif.

La rencontre avec les impressionnistes, dont Pissaro et Monet, fait sortir Cézanne de l'atelier pour pratiquer la peinture sur le motif sur les bords de la Seine ou de l'Oise, alléger sa touche, éclaircir sa palette ("La maison du pendu" et "Le pont de Maincy") et initier sa "décennie impressionniste".

A Paris, il se collette à la tentation du nu, de l'érotisme taraudant et violent ("Une moderne Olympia", "La Lutte d’amour") au calme de la baigneuse qui deviendra un des thèmes provençaux privilégiés.

A Paris, il rencontre la femme de sa vie, Hortense qu'il peindra maintes fois, toujours impassible comme une nature morte, dont il disait d'ailleurs qu'elle posait "comme une pomme", et dont les portraits accrochés en pendant des natures mortes témoignent de la déclinaison de son travail sur la matière.

Avec ses dernières toiles "parisiennes", vient l'apaisement et Cézanne entraîne le visiteur sur les bords de Marne avec des paysages presque monochromes ("Bord de la Marne, sur l'île Machefer", "Le moulin brûlé de Charentonneau") qui tendent vers l'abstraction.

 

 

* cf. Denis Coutagne dans l'essai introductif du catalogue

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

A voir :

L'interview en vidéo de Denis Coutagne commissaire de l'exposition

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 avril 2018 : Summertime

Voilà enfin les beaux jours, de l'hiver à l'été il n'y a qu'un pas que les premiers pique-niques sur les pelouses parisiennes ont déjà franchi. Quoi qu'il en soit voici le programme culturel de la semaine.

Du côté de la musique :

"La grande effusion" de Kent
"Fontaine Wallace" de Fontaine Wallace
"A l'abri du vent" de Vanessa Philippe
"Live in vienna, Schumann piano concerto, Brahms Handel Variations" de Alfred Brendel
"Brainbow" de Brainbow
Ughett, Laake, Theodora et P4N4 dans une compilation Disquaire Day 2018
"Orphéon" de France de Griessen
"IT" de Frantic
"Hommage à Jacques Higelin
"Richard Strauss, Don Quixote & Cello works" de Ophélie Gaillard
Ramon Pipin au Café de la Danse
et toujours :
"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"The Beggar's Opera" au Théâtre des Bouffes du Nord
"L'Affaire Courteline" au Théâtre Le Lucernaire
"Too Much Time - Women in prison" à La Loge
"Mon Lou" au Théâtre Le Lucernaire
"Lady Macbeth" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Billie Holiday - Sunny Side" au Théâtre Essaion
"Frédrick Sigrist - Tout le monde croit que je suis un mec bien" au Théâtre Le Funambule Montmartre
dans le cadre du Festival La semaine Extra au Théâtre Le Nest à Thionville : "Price "- "Jours radieux" - "Les Imposteurs" - "Longueurs d'ondes"
des reprises à ne pas rater :
"La loi des prodiges" au Théâtre de la Tempête
"Ciel, mon placard !" à La Loge
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Exposition avec :

"Subodh Gupta - Adda/Rendez-vous" au 11 Conti-Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Foxtrot" de Samuel Maoz
"La Route sauvage" de Andrew Haigh
"Mes Provinciales" de Jean-Paul Civeyrac
"La Révolte des jouets" de Bretislav Pojar et Hermina Tyrlova
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Derniers jours à Berlin" de Harald Gilbers
"La confession" de John Herdman
"La fabrique des coincidences" de Yoav Blum
"La journée de la vierge" de Julie Marx
"Manhattan vertigo" de Colin Harrison
"Meurtres, en toute intelligence" de Jacques Attali
"Sparte" de Nicolas Richer

et toujours :
"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

Froggeek's Delight :
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=