Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moloko Velocet - Connan Mockasin
L'Aéronef  (Lille)  mardi 11 octobre 2011

J'ai déjà écrit ici tout le bien que je pensais de l'album de Connan Mockasin, chose inclassable et fascinante dont on n'a pas encore fini de cerner toutes les trouvailles. La question se pose cependant sur la mise en place scénique : est-il possible de recréer toutes les subtilités et pseudo-accidents qui donnent à l'album ce caractère vaporeux et insaisisable ?

La réponse se fera attendre tout le long du set de Moloko Velocet, groupe indie - shoegaze ayant visiblement découvert la musique avec The Brian Jonestown Massacre pour ne plus jamais s'en remettre. L'ensemble et chiant, facile et ne montre aucune perspective d'évolution. Comme souvent lorsque je m'ennuie lors d'une première partie (ce qui arrive bien plus fréquemment que je ne le voudrais), je sors pour fumer des clopes et tenter de battre mon meilleur score sur Super Copter (la suite de la soirée s'annonçait sous les meilleures auspices puisque j'y suis parvenu à 3 reprises).

Entre donc Connan Mockasin avec une sorte de chemise pyjama et des cheveux pleins les yeux. Le reste du groupe semble être un assemblage très hétéroclite de gens au style vestimentaire et capilaire douteux ("original" diront les plus polis). Il semble en effet que pour intégrer le groupe, chaque membre doit rivaliser à qui portera le pull ou la veste la plus horriblement dégradante. Ces considérations mises à part, le concert commence et toutes les suppositions faites sur le groupe (peut-être s'agit-il de vieux potes un peu dans la merde que Connan cherche à aider, peut-être étaient-ils à court de fringues et que leurs mamies les ont dépannés...) explosent pour en constater l'excellent niveau technique.

La section rythmique se dégage principalement par une cohésion incroyable sans jamais tomber dans le démonstratif et toujours au service des chansons. Chansons qui sont ici rendues parfaitement, avec des accents légérement plus violents que sur l'album mais toujours avec cette impression de flou qui les caractérisent. Les contours ne semblent pas très nets (voire opaques) et pourtant tout est en place, en équilibre certes précaire mais fascinant.

Peu avant le concert, j'ai entendu des gens définir la musique de Connan Mockasin comme "un mélange entre Gainsbourg et Syd Barrett". Si le côté Gainsbourg de la chose s'exprime en effet au travers des lignes de basse semblant droit sorties de Melody Nelson, l'aspect Syd Barrett semble légèrement plus abscons. Cette remarque me fait surtout penser que dès qu'un mec chante un peu bizzarement, il est immédiatement labelisé comme influencé par Syd Barrett ou Daniel Johnston (Syd Barrett si le mec joue de la guitare électrique, Daniel Johnston s'il joue sur guitare folk).

La musique de Connan Mockasin est enfumée certes mais reste trop cérébrale pour les gens qui se droguent (dans un souci de professionalisme, j'ai tenté de vérifier cette théorie et j'ai commencé à me sentir terriblement mal et opressé au bout d'une vingtaine de minutes). Ce qui en fait la force et l'élégance, c'est son aspect flottant, mouvant presque sous-marin dans le sens où les contours ne semblent pas nets mais entourés d'un halo de couleurs surréelles. Les poissons rouges doivent adorer ça.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Moloko Velocet en concert au Grand Mix (mercredi 10 novembre 2010)
La chronique de l'album Forever Dolphin Love de Connan Mockasin
Connan Mockasin parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Connan Mockasin en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Moloko Velocet
Le Myspace de Moloko Velocet
Le Myspace de Connan Mockasin


Bealdo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=