Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Handsome Furs
Sound Kapital  (Sub Pop Records / PIAS)  juin 2011

Dan Boekner et sa femme Alexei Perry forment à eux deux Handsome Furs.  Le duo Montréalais sort Sound Kapital, son troisième album aux sons provenant des finalement  trop décriées eighties.

Dans les épisodes précédents, Dan Boekner était guitariste et chanteur dans Wolf Parade. Afin d’éviter l’oisiveté qui guette tout à chacun entre deux albums, pour canaliser un trop plein créatif ou bien pour les beaux yeux de sa belle, il fonde en 2005 Handsome Furs avec sa compagne Alexei. Cette dernière, écrivaine de poésies et de nouvelles, empruntera le titre d’un de ses écrits pour donner à la formation son nom original.

Le premier album Plaguepark sort en 2007, suivi de près par Face control tiré d’un roadtrip en Europe de l’est. Le style est alors hybride, mélange de guitares, de beats électroniques, de sons synthétiques mais muni d’une payante persévérance pour l’accroche. Une identité propre commence ainsi à se créer, s’éloignant de ce que faisait monsieur auparavant.

Pour Sound Kapital, sans renier les influences précédentes, c’est suite à leurs errements asiatiques que les routards musiciens ont trouvé l’inspiration. Et comme d’une pierre avertie un coup en vaut deux, ils ont alors réalisé pour CNN Indie Asia, une web série suivant leurs pas à travers la Thaïlande, le Vietnam et la Chine.

De Wham! à The Kills en passant par The White Stripes, le duo mixte a toujours été une affaire qui roule. La preuve en est une fois de plus avec ces fourrures magnifiques, groupe au nom tellement kitchi-érotico-punk qu’il en est distingué. C’est complètement décomplexé et heureusement car il aurait été sot de se lancer à moitié dans les années  80 (car en plus, à cette époque-là, c’était la guerre !). Avant d’écouter ce disque, je n’étais pas sûr qu’il y avait quelque chose de bien à sauver de ces années-là. Mais disons-le tout net, le disque à la pochette à la femme nue sous des voies d’autoroutes (titre alternatif !), m’a fait changer d’avis. Les eighties font un retour en force ou comment faire du nouveau avec du daté, proscrit et enterré.

Un sentiment d’urgence traverse les neuf titres de cet album. Le son synthé de prime abord un brin too much apprivoise peu à peu l’oreille, bien aidé par des titres porteurs et dansants comme "When I get back" et "Bury me standing". Pousser les basses, allumer les stroboscopes, replonger dans les ambiances kaléidoscopiques, telle est la charge de l’auditeur. Mais sans trop de naïveté non plus, car l’électro rock eighties s’acoquine avec l’indus pour une atmosphère dangereuse où l’impératif se fait sentir.

Avec New Order ou Depeche Mode en embuscade, "What about us ?" ou "Memories of the future" au son du synthé intergalactique qui déboule à la moitié du morceau font mouche. Puis "Repatriated" au gimmick hyper entendu mais terriblement recommandable prodigue son solo guitare solidement distordu. Et alors que "Serve the people" ralentit le tempo pour une marche à pas cadencé, la cavalcade "Cheap music" déboule, pressée par le temps, au son de la six cordes toujours un peu plus délicieusement  trashy. Enfin l’album se clôture sur 7 minutes de "No feelings" qui ne se perd dans le bruitisme que pour mieux repartir et finir en beauté.

Le groupe bicéphale a su intelligemment insuffler de l’urgence, amener  du  viscéral, transformer le synthétique en organique. Voyage de nuit à bord d’une merco défoncée sur des routes de terre, au travers de villes-entrepôts désertes et  gangrénées de lampadaires blafards, Sound Kapital transporte. Une tension latente explose dans les rythmes électroniques dansatoires, une énergie perturbante éclate sous les néons. Un album à laisser tourner et insidieusement monter progressivement le volume sonore. C’est punk, indus, électro, pop, rock, synthétique, eighties. Une allure underground, une pop au synthé décomplexé, du tube vynilique, impossible de passer à côté.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Face Control de Handsome Furs
L'interview de Handsome Furs (10 février 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Handsome Furs
Le Myspace de Handsome Furs


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=