Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patti Smith
Théatre Sébastopol  (Lille)  mercredi 2 novembre 2011

Les salles de concert c'est bien, mais qu'y a-t-il de plus relaxant que d'aller voir un concert dans un théatre ? Etre assis et placé a parfois du bon, même quand il s'agit d'aller à la rencontre de l'égérie du punk US (tout en espérant que la situation tourne au vinaigre, comme à un concert de Sid Vicious à l'Olympia).

En Août 1974, Patti Smith est en effet la première de la vague punk (qui peut être qualifiée d' "intellectuel" dans le cas de New-York, car bien plus torturée et poétique, à part Les Ramones qui avait le mérite d'être de vrais crétins bourrés et qui furent à eux seul un cas d'école) à sortir un 45 tours auto-produit et qui donnera 10 mois plus tard le fameux Horses, disque historique et indispensable produit par John Cale.

Car Patti avait avec elle un groupe préhistorique et sauvage que seul le co-fondateur du Velvet Underground et producteur du premier effort des Stooges était capable de poser sur bande.

Parlons-en du groupe d'ailleurs car ce soir Patti Smith ne joue pas seule (et ne touchera que par deux fois à sa guitare) et reste épaulée, comme depuis toujours, par le fidèle guitariste Lenny Kaye (qui quand même, précisons-le, est le mec responsable de la mythique compilation Nuggets, pyramide du garage), d'un second guitariste et d'un bassiste, de sa fille au piano, et enfin d'un batteur.

Le groupe arrive sur scène et nous assistons donc à la première date de la tournée, qui est uniquement française. Plus tôt dans l'après-midi, j'assistais à une lecture par Patti Smith de son propre bouquin. Car cette tournée est avant tout organisée autour de celui-ci et non du énième best of sorti il y a un mois. Ce sera alors l'occasion au petit reporter de demander pourquoi cette tournée se déroule exclusivement de par chez nous. La réponse allait de soit et Patti prétend être fort sensible à ce qui touche à la France, nous confiant que lorsqu'elle avait 20 ans, elle tenait une liste des endroits où elle rêvait d'aller et que Paris était la destination numéro un.

Car l'ensemble des productions françaises la fascinait, notamment la peinture, l'architecture et le cinéma (celui de la nouvelle vague ; d'ailleurs, il est possible de l'apercevoir accompagnée de Lenny Kaye dans le dernier film de Jean-Luc Godard, Film Socialisme). Elle avoua aussi que le public français avait toujours été l'un des plus fidèles. Rappelons alors qu'à l'époque le mouvement punk débarqua en France grâce à des musiciens comme Patrick Eudeline (Asphalte Jungle), Vincent Palmer (Bijou), ou encore Jacno (Stinky Toys), mais surtout un certain Marc Zermatti, qui monta en 1976 le premier festival de punk national à Mont-de-Marsan et qui était derrière l'organisation de ce mythique concert de 77 à l'Elysée Montmartre où Bijou était programmé en première partie de Patti Smith, donnant alors au groupe une vraie popularité et lançant définitivement l'aventure punk dans nos contrées.

Le public de ce soir est assez âgé et surtout féminin, ce qui de par l'engagement féministe de Patti Smith n'est pas étonnant et fut parfois agaçant, au même titre que de long discours spirituel sur le Christ et la sainteté, lassant à la longue. Néanmoins malgré une courte setlist, les morceaux étaient aussi bien choisis qu'interprétés, malgré quelques fausses notes qui finalement donnèrent plus d'âme aux morceaux, ce qui est assez rare chez des pointures.

Set-list se concentrant notamment sur les deux premiers album de sa discographie (Horses et Easter), tout en mêlant des morceaux de la période rock FM de la fin des années 80, avec le fameux "People Have The Power", interprété avec une force et une conviction hallucinantes devant une foule de plus en plus énergique et maintenant debout sur les sièges ; ou avec des morceaux bien plus intimistes, en début de concert, comme "Grateful" de l'excellent album acoustique Gung Ho sorti au début des années 2000.

La force de la set-list résidait alors dans le fait que tout y allait crescendo. On reviendra sur le tournant du concert, où Patti Smith descendit de scène, allant saluer une bonne partie du public pendant que Lenny Kaye lançait une reprise tonitruante de "You pushin' too hard" des Seeds, épique et mieux interprété que par le regretté Sky Saxon en fin de carrière.

On retrouvera par la suite tous les classiques enchainés avec intensité, comme si la vie du groupe en dépendait soit "Because The Night" et un "Gloria" d'anthologie de plus de 10 minutes, avec une Patti endiablée prête à se jeter dans la foule devenue compacte grâce aux gens du balcon maintenant descendus devant la scène.

Place maintenant à l'unique rappel qui commence par une transe psychédélique limite bruitiste à la "The End" sur laquelle est récité un poème (d'ailleurs beaucoup d'allusion à la poésie ce soir avec des reprises de textes de Baudelaire, Rimbaud et aussi de Verlaine, celui du groupe Television), qui débouchera sur une version survoltée de "Rock'n'roll Nigger", où l'on retrouve une Patti définitivement punk beuglant comme un chien enragé "Jesus Christ is a nigger" et autres paroles provocantes, atteignant des sommets avec une voix rauque sortant du fin fond des tripes.

Le tout suivi d'une standing ovation plus que méritée, par un public conquis et rajeuni quoiqu'un peu frustré par la courte durée du show (un peu moins d'une heure vingt), qui se jetta sur les posters vendus au marché noir.

Patti Smith aura donc prouvé ce soir que ce que les mauvaises langues appellent "les papys et mamies du rock" sont encore loin d'avoir émis leur dernier souffle, ont toujours le poing levé et sont bien plus à l'aise sur scène que la majorités des groupes actuels.

A l'école on appelle ça une bonne leçon. "Respect" comme dirait l'autre !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Trampin' de Patti Smith
Articles : Patti Smith - Commandeur des Arts et Lettres
Patti Smith en concert à Brixton Academy (3 juillet 2004)
Patti Smith en concert au Bataclan (7 juillet 2004)
Patti Smith en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Patti Smith en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Patti Smith en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Patti Smith en concert à Fondation Cartier (jeudi 23 octobre 2014)
Patti Smith en concert à La Passerelle.2 (samedi 24 juin 2017)
Patti Smith en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
Patti Smith en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août
La vidéo de Dream of Life - DVD par Patti Smith

En savoir plus :
Le site officiel de Patti Smith
Le Myspace de Patti Smith


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=