Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pigeon John
Interview  (Le Fil, Saint-Etienne)  dimanche 27 octobre 2011

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Pigeon John, ce gars émane de la scène hip hop underground américaine. Los Angeles plus précisément. Ayant fréquenté les mêmes tremplins que les célèbres Blackalicious, Black Eyed Peas, etc., John Kenneth Dunkin célèbre près de vingt années de carrière avec un cinquième album révolutionnaire.

Dragon Slayer est sorti en octobre 2010. Un savant mélange de Soul, Funk, Rock, Hip-Hop… Que sais-je encore ? Symbole d’une évolution dans son style, ses nouvelles inspirations nous ouvrent les portes d’un rap alternatif. Cela ne vous dit toujours  rien ? Allez, si je vous dis le générique du grand journal de Canal + ? "’The bomb", c’est lui !

Pigeon John était programmé au fil ce jeudi soir. L’occasion pour les Supporters d’artistes good vibes de voir en live ce messager de la West Coast américaine. Quelques minutes avant d’entrer en scène, Pigeon John accepte de nous livrer une interview.

Que peux-tu nous dire sur ton dernier album ?

Pigeon John : Mon album s’appelle Dragon Slayer, il a été produit par RV Salters de General Electriks et c’est la première fois que je joue avec un groupe sur scène. Je me produisais avant avec des dj’s. J’aime ces nouvelles chansons car elles représentent une nouvelle période aussi bien dans ma vie que dans ma musique. Chaque concert est un peu un nouveau né, "a fresh experience".

Qu’est-ce qui t’a donné envie de jouer avec des musiciens sur scène ?

Pigeon John : Pour cet album, j’ai composé les morceaux de l’album au piano. D’abord la musique puis ensuite les paroles. C’était la première fois pour moi. En fait, jouer en live était le but que j’avais en tête en composant ces chansons. Avant, je chantais plus sur des beats hip-hop un petit peu classiques, qui sortent d’un ordinateur. Là, le but était de composer comme un vrai musicien et ramener ce que j’aime : de la musique hip hop mélangée à un format pop et à une sorte de rock. Le fait de l’avoir composé m’a donné envie de poursuivre le concept aussi sur scène. C’était le but, le faire en live, original !  "Original music from my head !"

Tu connaissais déjà les musiciens ?

Pigeon John : Non, on ne se connaissait pas du tout ! Le groupe s’est formé deux semaines avant la première tournée en France  qui avait lieu en avril. C’était de nouvelles relations, une nouvelle musique, un nouvel album, une nouvelle façon de l’écrire. En plus, dans des nouveaux pays, avec des nouvelles langues ! (il hausse les sourcils, rires) Et des nouvelles cultures… C’était comme si tout recommençait à zéro. C’est ce qui m’a fait un peu peur. Peur, mais je suis vraiment fier en même temps, parce que c’est une approche qui est nouvelle et très enrichissante, autant sur un plan personnel, professionnel, que humain.

La nouveauté ne te fait pas peur ?

Pigeon John : Non, ça ne me fait pas peur mais cela fait me sentir comme un enfant. Cela rend les choses excitantes. C’est comme des nouvelles couleurs sur la palette que tu ne connais pas. Tu te demandes ce que c’est et tu essaies. Cela me rend curieux, j’ai envie de le faire même si je ne sais pas, même si je ne connais pas. A la fois cela fait très peur et à la fois c’est très attirant. C‘est stressant, mais c’est du bon stress.

Comment se passe ta tournée en France ?

Pigeon John : C’est vraiment cool. Il y a ce phénomène de découverte : de nouveaux festivals, chanter aux côtés de différents groupes, dans des nouveaux lieux. Il n’y avait pas de problème de langue lorsque je chantais en Amérique, au Canada ou en Angleterre. Je ne savais pas ce qu’était réellement la barrière des langues. En fait, je n’en avais aucune idée.

En avril, lorsqu’on a débuté la tournée, je l’ai compris. Au début, j’avais cette appréhension,  je me demandais comment les gens allaient le percevoir ça. Et puis je me suis aperçu que sur scène c’était finalement plus une question de feeling donc j’ai commencé à beaucoup plus mimer les chansons, montrer ce que signifiaient les paroles. Vous savez, lorsque que vous ne connaissez pas un endroit et que vous demandez l’arrêt de bus :
"- Savez-vous où se trouve l’arrêt de bus ?
- L’arrêt de bus ? (Puis John se met à mimer le conducteur d’un bus)
- Oh oui, l’arrêt de bus !" (rires)
On devient comme des enfants. John mime une autre scène :
"- Manger !
- Manger ? (Il mime quelqu'un qui mange)
- Ah ok, tu veux manger ? 
- Oui !" (rires)
C’est la connexion humaine qui fait tomber la barrière des langues, un peu comme deux enfants qui ne savent pas parler mais qui s’expliquent les choses avec beaucoup de gestuelle.

Caroline, bookeuse pour 3C Tour qui faisait office de traductrice pour l’occasion, émet un commentaire personnel.

Caroline : Il a la même façon de se comporter sur scène. Cela va au-delà de la performance du mime car il interprète vraiment ses chansons. Avec le mime et la gestuelle, les gens captent très bien, même s’ils ne comprennent pas toutes les paroles. Donc c’est plus humain qu’autre chose, c’est une communication humaine et pas forcément de langue.

John, une dernière question avant de te laisser te préparer pour le concert : où as-tu appris tout ça ?

Pigeon John : La première fois, c’était dans un open mic qui s’appelle le Good Life Café. Il y avait des poètes, des rappeurs, des danseurs… Je pense que j’ai appris là-bas car le public du Good Life café est vraiment très critique. Soit ils aiment ce que tu fais et ils te lancent des fleurs, soit ils n’aiment pas et te lancent des choux. C’est une très bonne école. Chaque semaine j’y chantais, pendant des années et des années et j’ai évolué grâce à ça. Tu regardes le barman, tu regardes la serveuse, puis les gens et tu te dis : Ok, essayons ! Je pense que c’est là que j’ai tout appris, dans les open mics.

J’ai pu le voir à l’œuvre, sur scène, entouré de Terry Harrison à la batterie et de Ian Sloane à la basse. C’est de la fantaisie tambours battants. Ce que j’entends par fantaisie, c’est que différents styles de musique y sont abordés, permettant à chacun des spectateurs d’y trouver son compte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dragon Slayer de Pigeon John
Pigeon John en concert au Fil (dimanche 27 octobre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Pigeon John
Le Myspace de Pigeon John

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Jenni Bik         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=