Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Frànçois and The Atlas Mountains
Interview  (Paris)  10 octobre 2011

Frànçois and The Atlas Mountains est une formation qu'on rencontre déjà depuis plusieurs années au gré de la route, des concerts et des festivals. Après avoir vécu à Bordeaux, à Bristol ou avoir accompagné le groupe glasgwegien Camera Obscura, l'élégant Frànçois est la première signature française du label Domino Records (Kills, Tricky, Anna Calvi, Arctic Monkeys...) avec son album E volo love chanté à la fois en français et en anglais. Nous avions donc rendez-vous en fin d'après-midi dans les locaux parisiens de son nouveau label afin d'en savoir un peu plus sur son parcours, son disque et la manière dont il vivait cette récente exposition médiatique.

L'album est à la croisée de multiples couleurs musicales, "Soyons les plus beaux" inspiré de musique malienne ou "Muddy heart" dans un esprit de pop écossaise. Est-ce une écriture qui se nourrit des voyages, ou trouves-tu ton inspiration à l'écoute d'autres artistes au gré de l'humeur du moment ?

Frànçois : Tu as tapé dans le mille, tu as en plus bien choisi tes exemples. Ces deux morceaux ont été composés à l'étranger. J'ai écrit "Soyons les plus beaux" alors que je voyageais dans le maghreb. Quant à "Muddy heart", c'est une chanson que j'ai composée sur le piano de mon colocataire lorsque j'habitais Glasgow. Je me nourris de l'univers dans lequel je suis plongé, de ce qui m'entoure au moment de l'écriture.

Par contre, sur "La piscine", on retrouve l'influence de Dominique A. Sur la musique, mais aussi dans l'écriture des textes.

Frànçois : J'ai écrit des chansons encore plus "dominique-aïennes". "La piscine" est une chanson déjà un peu ancienne. A l'époque, sa musique me remplissait vraiment.

Sur "Cherchons des ponts", chanté en duo avec Françoiz Breut, apporte-t-elle autre chose qu'uniquement sa voix ?

Frànçois : Je ne sais pas comment elle le prendrait si je lui disais ça, mais mon idée était d'avoir un couplet chanté par une voix plus mûre qui pourrait apparaître comme celle d'une aînée porteuse d'une certaine sagesse.

"City kiss" me fait penser au groupe bordelais Gamine. Bordeaux, encore un endroit où tu as vécu.

Frànçois : On m'a parlé en effet plusieurs fois de Gamine. Je ne les ai jamais écoutés, il faut que je m'y mette. J'ai passé du temps à Bordeaux dans les années 2000. Les popeux bordelais que je fréquentais alors le plus, c'était les Calc. L'inspiration sur "City kiss" vient plutôt d'Electrelane.

Lors de la conception de l'album, puisque tu es la première signature française du label indépendant anglais Domino, as-tu dû faire des concessions ?

Frànçois : Non, au contraire. Lorsque j'avais des doutes pendant l'enregistrement, je leur envoyais parfois des pistes pour leur demander leur avis. Mais je n'avais comme retour que des "Oui. C'est bien. Super !". J'étais toujours le critère qualitatif final. Aujourd'hui j'ai des retours très positifs sur l'album, pourtant je n'en suis pas entièrement satisfait. Je suis très critique envers mon propre travail.

Quel était, par rapport à tes disques précédents, la ligne directrice pour celui-ci ?

Frànçois : Je voulais un album plus pop, moins contemplatif. D'ailleurs la pochette, plus lumineuse, va dans ce sens. L'image attire plus l'attention que les pochettes de mes précédents disques. Les titres sont aussi plus directs, parlent d'eux-mêmes plus rapidement. Je crois qu'on peut les apprécier dès la première écoute, sans devoir forcément s'y plonger longuement.

D'ailleurs à propos de la pochette avais-tu ton mot à dire ?

Frànçois : Oui, c'était d'après une de mes idées. N'étant pas photographe moi-même, j'ai expliqué à la photographe ce que je souhaitais. Elle a très bien cerné l'idée, une sorte d' Icare héberlué, tombé du ciel, au petit matin qui ne sait pas où il est.

Ton expérience d'artiste peintre influence-t-elle aussi ton écriture ? On trouve beaucoup d'images dans tes textes.

Frànçois : Je pense plutôt être devenu peintre parce que j'ai un amour de la contemplation. En peinture, j'aime par exemple énormément Sisley. Je peux aussi rester des heures à regarder la pluie tomber. Je ne m'ennuie jamais. C'est donc plutôt à cause de ma personnalité que j'écris des chansons descriptives où il ne se passe pas grand-chose.

A l'écoute de l'album, il m'a semblé que tu cherchais une forme d'approbation plus que de succès, d'approbation de tes pairs, des autres artistes ou autres musiciens.

Frànçois : Je ne recherche absolument pas l'approbation de mes pairs. Dans ce milieu, il est très difficile de se fier à ce que les gens te disent et à leur jugement. Comme tu as beaucoup d'amis, par courtoisie ou parce qu'ils te connaissent, les gens ne vont pas toujours exprimer leurs impressions. Tous les musiciens que je fréquente sont devenus des amis, ils ne vont donc pas me dire que ce que je fais est pourri. En revanche, je suis en recherche d'approbation par rapport à la société. Par exemple, le fait d'être ici en interview, d'avoir un horaire à respecter, me donne l'impression d'avoir trouvé une place dans la société.

Comment se présente ton avenir après cet album ?

Frànçois : J'ai envie de continuer à tourner. J'aime vraiment bien donner des concerts. Pour le groupe, c'est un moyen de développement musical. On est ravi de continuer à faire cela, d'autant que les conditions de concert deviennent de plus en plus confortables. J'aimerais néanmoins pouvoir m'aménager des plages de temps pour retourner à une routine plus réelle.

Est-ce que ces conditions de concert plus confortables signifient aussi de pouvoir tourner avec un nombre de musiciens plus conséquent ?

Frànçois : Dans l'idéal, j'aimerais bien qu'on soit six ou sept sur scène, mais financièrement actuellement il nous est impossible d'être plus de quatre. Si ça marche bien, peut-être pourrons-nous être cinq l'année prochaine.

Tu parlais en tout début d'interview d'inspiration venue durant les voyages, mais réussis-tu aussi à écrire en tournée ?

Frànçois : Il y a beaucoup de groupes qui écrivent sur la vie de musiciens en tournée, voire sur la vie de rock star. Je trouve cela un peu stérile. Comme je nourris mon inspiration de ce qui m'entoure, la tournée ne me semble pas du tout le meilleur moment pour écrire. Par contre, c'est un moment privilégié pour approfondir les échanges avec les musiciens.

Les musiciens de l'album et ceux de la tournée sont-ils les mêmes ?

Frànçois : Justement, non. Cela nous permet d'ailleurs d'interpréter les chansons différemment. On s'ennuierait si on devait les interpréter à l'identique du disque. On trouve ainsi une énergie différente.

Derrière ton projet, où est la femme ?

Frànçois : (rire) Elle est multiple. C'est beaucoup de projection, de rêve de partage et d'échange, de femmes que j'ai cotoyées, des rapports que j'ai établis avec elles. Oui, la femme est multiple.

Retrouvez Frànçois and The Atlas Mountains en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Her river raves recollections de François and the Atlas Mountains
La chronique de l'album E Volo Love de Frànçois and The Atlas Mountains
La chronique de l'album Solide Mirage de Frànçois and The Atlas Mountains
Frànçois and the Atlas Mountains en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Frànçois and the Atlas Mountains en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Frànçois and The Atlas Mountains (lundi 13 février 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Frànçois & the Atlas Mountains
Le Bandcamp de Frànçois & the Atlas Mountains
Le Myspace de Frànçois & the Atlas Mountains
Le Facebook de Frànçois & the Atlas Mountains

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=