Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bonnie Prince Billy
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 2 novembre 2011

Will Oldham a sorti tellement de disques depuis le début des années 90 qu’il est devenu difficile de le suivre, à moins de faire partie des fans inconditionnels.

En vingt ans le chanteur américain a composé une quarantaine de disques, c’est-à-dire en moyenne deux par an, sans compter ses nombreuses collaborations musicales (par exemple avec le groupe de post-rock Tortoise).

Malgré les différents noms sous lesquels Oldham sort ses disques – Palace Brothers, Palace Music, Palace, Bonnie "Prince" Music, Bonny Billy – ses chansons suivent une même continuité, par leur sécheresse leur lenteur, leur complexité.

Mais lorsqu’on pose un regard plus large sur sa carrière on remarque une ligne de rupture entre deux périodes assez distinctes.

La première commencerait aux premiers Palace Brothers − dont l’album fondateur serait ce chef-d’œuvre de noirceur qu’est There is no one what will take care of you (1993) − et s’arrêterait en 1999 à la date de sortie de l’excellent I See a Darkness de Bonnie Prince Billy (on regrette d’ailleurs qu’aucune chanson de cet album-ci n’ait été jouée, je pense en particulier à la terrible "Death To Everyone"). La seconde concernerait tout le reste où une certaine routine prédomine sur l’inventivité.

C’est plutôt cette deuxième période qui l’emporte sur scène. Les chansons atteignent un point d’équivalence que le groupe arrive difficilement à dépasser. Le concert est bon si l’on reste une demi-heure ; au-delà, le risque de s’ennuyer est possible.

On peut tout de même féliciter Oldham d’avoir choisi une choriste remarquable : pendant tout le concert on prenait plaisir à suivre les mouvements aléatoires de son foulard noir − mouvements contenant une pointe d’érotisme qui compensait en urgence ce que le concert ne parvenait à nous donner.

Finalement, il faut du temps pour habiter ces chansons-là : cette musique donne à penser, même si elle répète ou approfondit ce qui existe déjà (Bob Dylan évidemment). Sur la scène de l’Aéronef un réel plaisir de jouer était perceptible, se transmettant directement au public qui a accueilli à sa juste mesure le chanteur américain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Brave And The Bold de Tortoise and Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (juillet 2006)
La chronique de l'album The Letting Go de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (décembre 2006)
La chronique de l'album Is It The Sea ? de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Beware de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album The Wonder Show Of The World de Bonnie Prince Billy & The Cairo Gang
La chronique de l'album Wolfroy goes to town de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Singer's grave a sea of tongues de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Pond Scum de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy en concert à Mains d'Oeuvres (30 mars 2003)

En savoir plus :
Le site officiel de Bonnie Prince Billy
Le Myspace de Bonnie Prince Billy

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=