Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Séverin
L'amour triangulaire  (Wagram Music / Cinq 7)  mai 2011

On l’a vu avec un groupe One-two, puis dans des collaborations féminines, puis dans un Cheesecake. Il a baroudé je ne sais où, a rencontré une super nana, a vécu une superbe histoire qui a fini mal, comme toutes les histoires d’amour en général, ce qui lui a inspiré la totalité de L’amour Triangulaire, ci-contre : Séverin, un nouveau petit jeune qui vient enrichir les rangs des descendants des chanteurs de la nouvelle vague des années 80.

L’album commence par une description lucide de la routine d’un couple, rien de tel que "Caresses automatiques" pour mettre les choses à plat, quand tout ne devient qu’habitude, quand la passion s’efface pour laisser place à cette espèce d’habitude confortable d’attendre et d’être attendu. C’est clair que c’est particulièrement morne, long et ennuyeux. Et il chante ça sur un air pop et des synthétiseurs sifflotant. Et c’est là que réside toute la dualité de l’album : des airs enjoués pour des thèmes tristounets. Mieux ! A la place de faire des disgracieux grumeaux, la sauce prend plutôt pas mal, résultant une galette amère et sucrée, comme si la nostalgie pouvait trépigner.

Sur des airs pop-électro, Séverin nous livre la panoplie complète de la plaie d’amour, tout seul, à deux, à trois, en trichant, en mentant, en partageant, la routine, la rupture, les espoirs, les envies et les avoirs… Tout y passe. Même la rupture pour cause de déprime, la maturité d’un type qui ose dire : "laisse-moi au vestiaire", je suis trop nul, va voir ailleurs : laisse-moi "Pendu à la pendule", ou une façon un peu douce amère de dire "tu me les casses".

"Les yeux dans les yeux", ou les quatre vérités à celui que l’on n’aime pas, à mon avis, un bon beauf vantard : "ton beau mariage, ton écran plat, ton île de Ré, ton job, ta vie de m...", ou la fille qui t’a piqué ton homme, ou le contraire, le type qui lui a arraché sa femme… L’envie de dire merde à tout ce qu’on voulait avec lui (ou elle), parce qu’elle (il) a construit ailleurs ce qu’on avait tendrement envisagé ensemble…"j’aurai du lire dans nos désirs pour qu’on puisse joliment se dire adieu" : "L’amour triangulaire".

Et puis il grandit et guérit au fur et à mesure, trouve dans ce quelque part l’énergie d’aller plus loin, de retrouver des habitudes "j’apprends à faire les courses, à repérer la grande Ourse" ("En noir et blanc"). Je suis d’avis que ce bazar aura duré 3 mois, c’est ce que disent les statistiques, 3 mois pour passer à autre chose, 3 mois pour cuver son amour mal tourné, 3 mois d’angoisse, 3 mois "dans cet état là, aveuglé, désabusé, les yeux tout ankylosés", 3 mois de déprime post-love ("3 mois sous terre").

Pour ce nouvel album, Séverin signe la bande son de la rupture, à mettre de côté au cas où, à la fois cynique et cinglant de réalisme, c’est un album parfaitement réjouissant, qui inspire pour l’après, la suite, comme quoi, une rupture amoureuse peut aussi déboucher sur mieux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cheesecake de Severin
La chronique de l'album Ca ira tu verras de Séverin
L'interview de Séverin (vendredi 8 avril 2016)

En savoir plus :
Le Myspace de Séverin


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Séverin (08-04-2016)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=