Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arthur H
Baba Love  (Polydor / Universal)  octobre 2011

Depuis plus de vingt ans qu'il sort des albums, Arthur H l'imprévisible a fini par habituer les amateurs à ne s'attendre à rien, si ce n'est à tout. Après l'album-témoignage d'une tournée délicate (Mystic Rumba, 2010), après un album quasi-katerinien tant il était faussement dance (L'homme du monde, 2008), l'ex jazz-singer fantaisiste propose un album de chanson française lorgnant vers la soul et même le r'n'b, avec sa touche d'électronique bancroche et minimaliste à l'arrière-goût finalement pas si loin d'être 80s. On y retrouve son goût prononcé pour les images d'un ailleurs aussi grotesque que notre ici ("Jésus il est chinois, chinois comme moi"), pour les histoires individuelles, les compositions alambiquées, les langues étrangères.

Rayon familial, c'est cette fois Izïa Higelin, sa demi-soeur, qui se colle au featuring pour une "Beauté de l'amour" sans grand génie. On avait déjà été déçu par l'intervention du papounet sur Le destin du voyageur (en 2005) et l'on en viendrait presque à se demander si tout cela ne serait pas avant tout une concession tardive au familly business pour celui qui avait d'abord préféré ne garder de son patronyme que l'initiale pour faire carrière. Mais la présence d'autres invités (Saul Williams, Claire Farah, Jean-Louis Trintignant) nous rassure sur ce point : il ne faut y voir que l'expression de cette pratique en passe de devenir mode dans la chanson française, consistant à multiplier par quatre ou cinq les voix chantantes, comme si un seul timbre risquait de ne pas suffire à acheminer les compositions jusqu'à l'oreille du grand public. Comme souvent dans ces cas-là, on aura tout de même tendance à penser que les meilleurs titres de l'album sont ceux que l'artiste aura pris soin de se mettre en gorge propre.

Cette précision faite, on dira que Baba Love, s'il n'est pas le plus grand album de son auteur (ah ! la folie et la liberté de ses années 90 !), pourra parfaitement tenir dans sa discographie la place de l'album de la maturité, le milieu de la quarantaine méritant forcément à celui qui l'atteint une certaine bienveillance lorsqu'il commence à manifester une certaine modération – le déclin du groove et de la chaleur naturels de son auteur annonçant une transition, on l'espère, vers des compositions plus profondes encore à venir. Vivement le prochain album, donc, dans lequel Arthur H n'aura peut-être plus besoin que Jean-Louis Trintignant lui tienne la main le temps d'une "Ivresse des hauteurs" : sept minutes de grâce récitative, mais au goût encore de trop peu osé.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Adieu tristesse de Arthur H
Arthur H en concert au Fil (11 décembre 2008)
Arthur H en concert au Festival Furia Sound 2009
Arthur H en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Arthur H en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Arthur H
Le Myspace de Arthur H


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=