Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lilly Wood & The Prick - Rewind - Bach in the days - Lilly Wood & The Prick Dj Set
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 25 novembre 2011

Conversation avec mon acupuncteur :
"- Il semblerait que la méchanceté soit la seule chose encore gratuite en ce monde.
- Oui, mais alors pourquoi certains en fond leur fond de commerce ?
- Comment ça ?
- Les meilleurs critiques sont les méchants, les enfonceurs, les casseurs, les insulteurs, ceux qui trouvent la petite bête, qui appuient sur le moindre point faible...". Ceci l'a laissé grandement perplexe. Il s'en est même piqué la quenouille.

J'en étais exactement à ces considérations quand je m'en fus voir le concert du vendredi. Je me suis donc résulue à vous livrer une critique potentiellement méchante, afin de côtoyer les gloires des chroniqueurs. Voyons voir...

Après une première partie présentant un pianiste et un imposteur, Lilly Wood et sa bande de Prick nous a livré un concert... Hum... comment dire... dythirambique ! Zut, ce n'est pas méchant ça. Je recommence. Lilly Wood a dû participer à la foire aux vêtements organisée par ma grand-mère, ce qui lui donnait un look à la fois folk et kitch, parfaitement en phase avec l'ambiance soul-pop-electro de sa musique. Rhââââ... c'est trop dur. Tant pis.

Il était une fois un homme orchestre très très pauvre (ou qui s'ennuyait, au choix). Passionné de musique, ce petit bonhomme n'a de la musique qu'une vision fantomatique. Il vit au sous-sol d'une grande maison peuplée de musiciens qui passent leurs journées et leurs nuits à faire des gammes, à pousser la chansonnette dans la cage d'escaliers, à battre des rythmes, à délier leurs doigts. Mais il ne peut posséder ces coffres de bois producteurs de si jolis sons, le seul coffre qu'il possède, c'est sa cage thoracique.

Et c'est là que le petit bonhomme devient un génie : son corps est son instrument. Sa voix est sa corde. Son coeur est sa basse. Son souffle est sa batterie. Tout, chaque partie de lui devient producteur de son, comme un type qui aurait avalé un orchestre entier, qui chanterait avec ses oreilles en claquant des orteils.

Loin d'être un imposteur, ce Rewind est un génie, rien d'autre. Et son talent prend toute son ampleur quand Bach in The Days l'accompagne au piano, pour jouer Bach, évidemment.

Loin d'une vulgaire démonstration de Beat Box ordinaire, à grands coups de postillons et de tapotage de thorax, Rewind - Bach In the Days nous a livré un hip-hop franc et ultra bien exécuté.

Lilly Wood est un petit bout de femme énergique, portant le doux nom de Nili Hadida, doublé d'un discret acolyte (si, à droite, le monsieur en noir, c'est Benjamin Cotto), et de ses musiciens (The Prick).

Tout commence dans le noir, deux énormes papillons de nuit dans le fond, la même voix que Selah Sue (mais si, vous savez, ce timbre particulier que savent prendre certaines femmes, entre le chevrotement et l'exagération sensuelle...), rythme lent, voix omniprésente, un petit coucou au public, une autre couleur, un autre titre, endiablé, encore un autre, enfin une "Love song" qui parle justement de l'amour, sans mièvrerie, avec des promesses de folie et de youplaboum à tous les étages ! Vous ne savez pas de quoi je parle ? Mais si : la pub du parfum Idylle de Guerlain.

Tout s'enchaîne tellement vite, les coeurs battent avec sa batterie, les mains se lèvent avec les siennes, le public est le choeur, la suite, le prolongement de ses créations. C'est donc ça un artiste "en phase avec son public".

Wouah ! Et au beau milieu, tiens, mais je connais ça ? C'est "L.E.S Artistes" de Santogold, LA reprise qui a fait connaître Lilly Wood & The Prick en 2008. Et en petit cadeau pour la fin: le nouveau titre, "Hopeless Kids".

Une musique folk, electro, soul, pop-anglaise... Moui... Tellement réducteur de réduire des sensations à quelques mots qui ne me disent rien.

A mon avis, Lilly Wood and The Prick sont sauvages, mutins, endiablés, passionnés et trépidants de bonne humeur.

Et je ne dis pas ça pour la charismatique chanteuse, dans ce groupe, elle devient une espiègle Esméralda usant de ses envoûtements pour mieux faire vibrer la foule.

Ils vivent la musique comme on mange du chocolat : avec gourmandise et sans arrière-pensée, si ça fait du bien, ça ne peut pas faire de mal.

Et pour bien terminer la soirée, v'là-t'y pas que Miss Wood se transforme en DJ, avec ses platines, ses musiques, jusqu'au bout de la nuit.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lilly Wood and The Prick EP de Lilly Wood & The Prick
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
La chronique de l'album Press Rewind de Devil Jo & the Blackdoormen
Bach in the days en concert à Arpad Flynn - Scratch Bandits Crew - Bach in the Days (Rewind et Thomas Fresneau) - Loduband (31 janvier 2009)
Bach in the days en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Lilly Wood & The Prick
Le Myspace de Lilly Wood & The Prick
Le Myspace de Rewind - Bach in the days


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=