Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bonnie Prince Billy
Wolfroy goes to town  (Domino / PIAS)  octobre 2011

Comme autant de petits cailloux blancs laissés sur le chemin, Will Oldham a annuellement parsemé d’albums son parcours musical avec une précision métronomique. Le dernier en date, Wolfroy goes to town, est dans l’ère du temps : décroissance et minimalisme.

Une schizophrénie patronymique tient Will Oldham depuis ses débuts. Que ce soit caché derrière Palace Brothers, Palace Music ou simplement Palace, sous son vrai nom ou sous celui de Bonnie "Prince" Billy, le songwriter du Kentucky assure depuis près de vingt ans un folkwriting de qualité. On ne compte plus ses albums et une étagère entière ne serait pas suffisante pour sa discographie complète. Du long, du court, du collaboratif, de l’autonome, du très bon, mais il est vrai aussi, parfois du  sensiblement moins inventif.

Depuis un premier album country en 1993, Will Oldham a investi et personnifié un style lo-fi. En 1999, I see a darkness voit l’arrivée du pseudo Bonnie "Prince" Billy et suivront de nombreux albums encensés dont Ease down the road en 2001 et Master and everyone en 2003.

S’il faut bien avouer que l’on avait dernièrement un peu décroché, Wolfroy goes to town nous prend par surprise. De prime abord, il faut une certaine volonté pour entrer dans ce disque, le laisser tourner jusqu’à ce qu’il prenne emprise. Et c’est au moment où la somnolence pointe que, d’un coup, un rayon de soleil traverse et empêche la paupière de l’auditeur de s’affaisser. On se laisse finalement prendre tranquillement par la douceur des titres qui se suivent, sans forcément faire une distinction formelle entre chacun.

Avec un dépouillement assumé et la sobriété de la guitare acoustique, Will Oldham déroule 10 titres, pures ballades folks. La voix grave et profonde de l’américain envoûte délicatement. La bien nommée Angel Olsen accompagne le chant du vieux baroudeur et leurs voix se mélangent et se complètent à merveille. Rescapés de précédentes aventures, les musiciens Emmett Kelly et Shazad Ismaily accompagnent également Will Oldham mais a minima, avec une parcimonie éclairée. L’album fait l’éloge du peu et du lent. Formellement folk et sobre, seul "Quail and Dumplings" dénote quelque peu. Beaucoup plus arrangé que les autres titres, il claironne fièrement avec son refrain country et, chose rare dans cet album, voit même s’égarer une guitare électrique.

Intimiste et épuré, Wolfroy goes to town amène l’auditeur vers un niveau supérieur de sérénité. L’écoute de ce disque est pourtant à proscrire en cas de mélancolie profonde qui pourrait alors s’aggraver en dépression…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Brave And The Bold de Tortoise and Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (juillet 2006)
La chronique de l'album The Letting Go de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (décembre 2006)
La chronique de l'album Is It The Sea ? de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Beware de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album The Wonder Show Of The World de Bonnie Prince Billy & The Cairo Gang
La chronique de l'album Singer's grave a sea of tongues de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Pond Scum de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy en concert à Mains d'Oeuvres (30 mars 2003)
Bonnie Prince Billy en concert à L'Aéronef (mercredi 2 novembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Bonnie Prince Billy
Le Myspace de Bonnie Prince Billy


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=