Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Betsch
Pas de bras, pas de chocolat  (Labels)  août 2004

On se souvient, le siècle dernier, d'un album étonnement touchant, La soupe à la grimace, d'un jeune inconnu un peu malingre. Bertrand Betsch y parlait de la vie et de l'amour, pas en héros, juste comme tout un chacun, avec petites joies et ses grands malheurs.

Ce premier album contenait quelques incontournables comme "Passer sous le métro" ("Je passerais pas sous le métro, je te ferais pas ce cadeau") ou encore le morceau de bravoure (notamment en live avec son petit clavier aux touches cassées) "La complainte du psycho killer" ("Si tu savais combien ça me coûte de te tordre les doigts, de te briser les os....").

Depuis Bertrand Betsch a fait une timide apparition en 2002 avec les BB sides, sorte de compilation hommage en demi teinte, reprenant faces B et chansons de ses artistes préférés, de Dominique A à Lou Barlow, en passant par Leonard Cohen.

Un peu perdu de vue, son label Lithium ayant entre temps cessé momentanément ses activités, lui-même ayant eu des problèmes de voix, ce fût donc une surprise que de revoir resurgir un disque de Bertrand Betsch, cette fois ci par l'intermédiaire de Labels.

Et quelle bonne surprise puisque Pas de bras, pas de chocolat est largement à la hauteur de La soupe à la grimace et plus si affinités !

D'abord le titre, vieille blague qui fait toujours recette et qui pour le coup est parfaitement adaptée au texte de la chanson titre. Une sombre histoire d'amour façon "With or Without you" de U2 en beaucoup plus cynique et drôle ("Je peux vivre sans toi, je peux vivre sans bras, mais ... pas de bras pas de chocolat"). Chanson Titre d'ailleurs en double exemplaire sur ce disque puisqu'il y a une version classique et une version disco parfaitement tubesque au demeurant.

On retrouve donc ce qui nous avait touché dans son premier disque. Le cynisme, l'humour noir et désabusé d'un homme sensible et fragile.

Ainsi, en dehors de l'exercice de style sans complexe (peut être décomplexé d'ailleurs après les reprises de BB Sides) qui lui fait écrire des morceaux raggae aussi bien que plus folk ou carrément rock voire fanfare (je vous laisse découvrir par vous même chaque morceau), Bertrand Betsch de sa plume aiguisée nous administre quelques petites vérités sur l'existence, comme dirait Fred Vargas.

Ainsi "Lundi c'est maladie" ou "L'important c'est de participer" sont autant de complaintes, d'état des lieux de lui même mais aussi des autres que le laissent augurer les titres ("Peu importe que t'es une vie de merde, l'important c'est de participer").

"Les mots ont leur importance" chante Bertrand et il sait de quoi il parle. Non seulement ils sont musicalement bien enrobés sur ce nouvel album mais les mots de Betsch sont parmi les plus inspirés de la chanson française qui se respecte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La chaleur humaine de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Je Vais Au Silence de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Le temps qu'il faut de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La nuit nous appartient de Bertrand Betsch
La chronique de l'album My love is for free de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La Vie Apprivoisée de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Tout doux de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Pour mémoire de Bertrand Betsch
Bertrand Betsch en concert au Café de la Danse (9 mars 2005)
Bertrand Betsch en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
L'interview de Bertrand Betsch (23 janvier 2007)
L'interview de Bertrand Betsch (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch - Seconde partie (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch (dimanche 17 novembre 2013)
L'interview de Bertrand Betsch (février 2015)
L'interview de Bertrand Betsch (mecredi 11 mai 2016)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Betsch (11 mai 2016)
Bertrand Betsch (17 novembre 2013)
Bertrand Betsch (4 mars 2012)


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=